Culture

Faut-il croire à la retraite de Nicki Minaj?

Temps de lecture : 5 min

Alors qu'elle préparait un nouvel album, la rappeuse a annoncé le 5 septembre 2019 qu'elle mettait un terme à sa carrière –une décision radicale, mais loin d'être irréversible.

Nicki Minaj au Met Gala, le 6 mai 2019 à New York. | Angela Weiss / AFP
Nicki Minaj au Met Gala, le 6 mai 2019 à New York. | Angela Weiss / AFP

Âge pivot, durée de cotisation, système à points... Les débats sur la réforme des retraites rythment l'actualité française. Loin des préoccupations du gouvernement d'Édouard Philippe, l'Américaine Nicki Minaj n'a pas attendu la mouture définitive du texte pour annoncer la sienne à seulement 36 ans, après quinze ans de carrière.

«J'ai décidé de prendre ma retraite et de m'occuper de ma famille», a tweeté le 5 septembre la rappeuse aux 100 millions de disques vendus, qui se mariera dans les prochains mois à son compagnon Kenneth Petty.

Décision surprise

L'immense communauté de fans de la star –106 millions d'abonné·es sur Instagram– semble désemparée face à ce départ sans préavis.

«J'ai vraiment été surprise par cette annonce. Je me sens triste, choquée et abandonnée. Cela peut paraître excessif, mais Nicki a bercé toute mon adolescence», se désole Joela Marina, 21 ans.

«Elle est et restera une légende, renchérit Leslie Ekotto, 20 ans. C'est une mauvaise nouvelle pour l'industrie musicale, j'espère vraiment qu'elle reviendra.»

Face à la tristesse de sa fanbase, la native de Trinité-et-Tobago s'est empressée d'effacer son annonce, qu'elle a qualifiée d'«abrupte et insensible», avant de promettre une explication sur sa webradio.

Ces derniers jours pourtant, rien ne laissait présager un tel scénario. La tendance était plutôt au retour en force de Nicki Minaj, un an après la sortie de Queen, son quatrième album. Deux jours avant sa déclaration, la rappeuse signait un couplet et jouait dans le clip du tube «Hot Girl Summer» de Megan Thee Stallion.

La performance venait clore un été studieux, marqué par une collaboration avec Lil Durk, mais surtout par la sortie en juin dernier de «Megatron», premier single d'un cinquième album qui ne verra pas le jour –du moins pour l'instant.

De fait, un espoir subsiste malgré tout: selon le site américain TMZ, la star aurait passé de nombreuses heures en studio ces dernières semaines pour mettre au point cet opus.

Rivalité avec Cardi B

L'ancienne protégée de Lil Wayne est-elle sincère ou orchestre-t-elle un vaste coup de bluff pour promouvoir son prochain disque? Fif Tobossi, co-fondateur du média rap Booska-P et réalisateur de la série documentaire Les Femmes du Rap pour Mouv', penche pour la seconde option.

«Pendant plus de dix ans, Nicki Minaj était numéro 1 sans contestation possible. Aujourd'hui, elle est fortement concurrencée par Cardi B, analyse-t-il. De plus en plus de rappeuses la poussent dans ses retranchements. Elle veut faire un coup commercial pour se repositionner sur le devant de la scène.»

Depuis la sortie en 2010 de son premier album, Pink Friday, Nicki Minaj avait pourtant l'habitude d'éclipser ses rivales, armée d'une technique hors norme, d'une polyvalence lui permettant de toucher les passionné·es de rap mais aussi le grand public et d'une identité visuelle marquée, faite de tenues extravagantes et de changements de look incessants.

«La donne a changé par rapport au début des années 2010. Aujourd'hui, il y a de plus en plus de rappeurs et donc de rappeuses. Cardi B a placé plusieurs singles au sommet des ventes. Dans le rap américain, chaque époque a été dominé par une seule rappeuse», observe Sylvain Bertot, critique rap et auteur de Ladies first - Le rap féminin en 100 albums, à paraître le 21 novembre aux éditions Le Mot et le reste. Lorsque deux rappeuses se sont battues pour le leadership, comme Foxy Brown et Lil' Kim dans les années 1990, il y a eu conflit.»

Depuis leur collaboration en 2017 sur le morceau «Motosport», il est vrai que rien ne va plus entre les deux divas. La brouille a atteint son paroxysme en juillet 2018 lorsque, lors d'une soirée en marge de la Fashion Week de New York, Cardi B a balancé sa chaussure à la figure de Nicki Minaj.

Encore plus décomplexée que ne l'était sa concurrente à son apogée, Cardi B, 25 ans, prend de l'ampleur, tandis que son aînée plafonne. «Elle a une attitude moins propre, moins lisse. C'est un peu une mise à jour de Nicki Minaj», illustre Fif Tobossi.

Cette rivalité aurait-elle eu raison de la carrière de la «black Barbie»? L'hypothèse semble peu plausible, tant l'histoire du rap américain est ponctuée par les fausses annonces de départ à la retraite, suivies de retours plus ou moins probants.

Come-back express

14 novembre 2003. Le Black Album, huitième opus de Jay-Z, devait être son dernier. Quelques jours auparavant, le rappeur de Brooklyn se confie dans une interview; il affirme mettre fin à sa carrière.

«C'est l'exemple le plus frappant. C'est l'une des plus grandes stars du rap de tous les temps. Son annonce intervient alors qu'il semble être au sommet de sa gloire», rappelle Sylvain Bertot.

Mais Shawn Carter reste Jay-Z et ne se tient à l'écart de l'industrie que quelques mois. Après le succès commercial du Black Album, l'appel du studio et l'attrait du business sont trop évidents pour être ignorés. Le rappeur sort de sa retraite dès 2004 pour collaborer avec R. Kelly.

S'en suivent des tournées mondiales, un album en duo avec Kanye West, un avec sa femme Beyoncé et cinq en solo. À bientôt 50 ans, Jay-Z ne semble finalement pas prêt à raccrocher.

Autre poids lourd, autre méthode: pour surpasser Kanye West, le musculeux 50 Cent n'avait pas hésité à mettre sa carrière dans la balance. Son troisième album, Curtis, sorti le 11 septembre 2007, faisait face à Graduation, le disque de son concurrent, disponible le même jour dans les bacs. «Si Kanye West vend plus de disques que moi le 11 septembre, j'arrête la musique», avait juré l'auteur des tubes «In Da Club» et «Candy Shop».

Une défaite plus tard, Curtis Jackson, qui a avoué que ce duel avait été monté en épingle à des fins commerciales, ne s'est pas fait prier pour rompre sa promesse.

«Les rappeurs américains sont tellement nombreux à avoir annoncé leur retraite que cela devient de moins en moins crédible, reconnaît Sylvain Bertot. Pour autant, le fait de se dédire n'a pas d'effet négatif sur les fans. Aujourd'hui, on va écouter un album en streaming en fonction d'un tweet qu'on a lu cinq minutes plus tôt. Faire ce type d'annonce attire l'attention, ce n'est pas de la mauvaise publicité.»

Les artistes du hip-hop français, eux, suivent souvent la démarche inverse et s'en vont réellement, avec ou sans annonce. Si certains rappeurs majeurs sont partis sans prendre la peine de prévenir autrement que sur disque (Salif, Fabe), d'autres, comme Diam's, ont tenu parole depuis l'annonce de leur départ.

«Il y a moins de communication autour de cet enjeu. Par contre, quand les artistes font de longues pauses pour finalement revenir aux affaires, ils n'hésiteront pas à justifier leur absence auprès de leurs fans, à l'image de Kery James ou Lefa du groupe Sexion d'Assaut», constate Fif Tobossi.

Quand bien même Nicki Minaj déciderait de ne jamais remonter sur scène, elle aura déjà marqué son époque par ses tubes, ses records et ses collaborations avec d'autres géants de l'industrie (Lil Wayne, Drake, Kanye West...). «On peut la situer très haut. Elle aura été incontournable sur quasiment toute la décennie 2010», confirme Sylvain Bertot.

Avec des gains s'élevant à 16 millions de dollars sur la seule année 2017 et une fortune estimée à plus de 120 millions de dollars, la star peut envisager sereinement les préparatifs de son mariage. De nos jours, dépenser sans compter est un luxe de plus en plus rare pour les retraité·es.

Octave Odola

Newsletters

«Let's party like it's 1999» (en attendant le bug de l'an 2000)

«Let's party like it's 1999» (en attendant le bug de l'an 2000)

Cette année-là, nombre de chansons véhiculaient la peur du bug qui nous aurait fait passer sans transition de 1999 à 1900.

Les cours d'anglais ruinent-ils les chansons pop?

Les cours d'anglais ruinent-ils les chansons pop?

En théorie, elles sont plus sexy que les leçons de grammaire. En pratique, parfois beaucoup moins.

«La chute du Monstre», le livre qui fait trembler Marseille

«La chute du Monstre», le livre qui fait trembler Marseille

Philippe Pujol, prix Albert Londres en 2014, signe un réquisitoire implacable contre le système politique marseillais, à l'heure où Jean-Claude Gaudin s'apprête à céder son fauteuil de maire.

Newsletters