Tech & internet

Les applis menstruelles partagent vos données personnelles

Temps de lecture : 2 min

Elles renseignent Facebook sur l'état du cycle de millions de femmes –et sur la date de leur dernière relation sexuelle.

Les application de suivi fournissent des informations relatives à votre contraception et aux variations de votre humeur. | glencarrie via Unsplash
Les application de suivi fournissent des informations relatives à votre contraception et aux variations de votre humeur. | glencarrie via Unsplash

En plus de savoir où vous allez, à qui vous parlez et pour qui vous votez, Facebook connaît désormais la date de votre dernière relation sexuelle. Des millions de femmes gèrent leur cycle menstruel à l'aide d'applications de suivi pour être averties de la date d'arrivée de leurs règles ou de leur période d'ovulation. Il est avéré que ces applis, notamment MIA Fem et Maya, ont partagé ces données personnelles avec Facebook et d'autres services tiers, selon une enquête de BuzzFeed.

Le groupe de défense des droits britannique Privacy International a découvert que ces informations incluaient les moyens de contraception utilisés, les symptômes physiques, le suivi des menstruations et la date du derniers rapport sexuel.

Maya informe Facebook et commence à partager certaines données avec le géant du web avant même que les femmes qui l'utilisent acceptent sa politique de confidentialité. «Lorsque l'appli vous demande d'entrer ce que vous ressentez et vous suggère une liste de symptômes éventuels –pression artérielle, gonflement ou acné–, on a le droit d'espérer que ces données seront traitées avec soin, stipule le rapport de Privacy International. Mais non, cette information est partagée avec Facebook.»

Annonceurs en quête d'humeurs

Le partage de données s'effectue via le kit de développement logiciel de Facebook, qui permet de les collecter afin que la plateforme puisse cibler les publicités.

L'enquête révèle également que l'application transmet la manière dont les femmes utilisent leur contraception et le suivi des variations de leur humeur. Les annonceurs s'intéressent aux humeurs, qui les aident à placer leurs messages promotionnels au moment stratégique où les personnes visées seraient plus susceptibles d'acheter.

Newsletters

Le coronavirus révèle aussi une géopolitique de l'intelligence artificielle

Le coronavirus révèle aussi une géopolitique de l'intelligence artificielle

L'IA a son rôle à jouer en matière de gestion sanitaire. Mais tous les gouvernements n'ont pas les mêmes sensibilités sur la question.

N'oubliez pas que derrière nos écrans se cache un nouveau prolétariat

N'oubliez pas que derrière nos écrans se cache un nouveau prolétariat

Dans certains cas, la révolution numérique du travail ne consiste pas à automatiser, mais à faire travailler des gens dans des conditions pourries à l'autre bout du monde –ou en France.

Salt Bae ou fist-fucking: les différentes interprétations d'un nouvel émoji

Salt Bae ou fist-fucking: les différentes interprétations d'un nouvel émoji

L'émoticône des «doigts pincés» fait beaucoup parler d'elle sur internet.

Newsletters