Monde

Trump veut faire surveiller les personnes atteintes de troubles mentaux

Temps de lecture : 2 min

Pour prédire et empêcher les fusillades de masse.

Seul un quart de ces massacres est perpétré par une personne atteinte de troubles psychiques. | Foundry Co via Pixabay 
Seul un quart de ces massacres est perpétré par une personne atteinte de troubles psychiques. | Foundry Co via Pixabay 

Après les récentes fusillades d'El Paso et de Dayton (trente-et-un morts en tout), Donald Trump a préféré évoquer la question du rôle des troubles psychiatriques plutôt que celle de l'accès aux armes à feu. Le président américain avait déclaré juste après les événements: «C'est la maladie mentale et la haine qui appuient sur la gachette. Pas l'arme à feu.»

Depuis, l'un de ses proches, l'ancien président de la chaîne NBC, Bob Wright, a proposé de lancer un programme de recherche sur la façon dont l'intelligence artificielle pourrait prédire le passage à l'acte violent de ce type de personnes. Afin de mener ces études à bien, des volontaires autoriseraient l'accès aux données de leurs smartphones.

Il ne s'agit à ce stade que d'un projet, qui a été présenté au président Trump, à sa fille Ivanka et au ministre de la Santé, mais l'idée est déjà critiquée par plusieurs spécialistes.

Impossible prédiction

Interviewée par le Washington Post, une ancienne psychologue des services secrets américains explique que ce genre de technologie donnerait un nombre très élevé de fausses alertes et qu'il serait impossible de déceler les personnes potentiellement dangereuses. Elle ajoute que les recherches actuelles ne permettent pas d'établir de lien direct entre maladie mentale et fusillades de masse.

Des études ont montré que seulement un quart des responsables de ces tueries était atteint d'un trouble psychiatrique. D'autres facteurs sont partagés par ce genre d'individus: l'impression d'être victime d'injustice, le désir d'être célèbre, la volonté de copier d'autres massacres, un passé de violence conjugale, le narcissisme et l'accès aux armes à feu. Une étude sur la tuerie de Fort Hood en 2009, au cours de laquelle un commandant militaire avait tué quatorze personnes sur une base au Texas, avait conclu que les tentatives de prédiction de ce genre d'incidents étaient presque impossibles.

Interviewée par le site The Hill, la directrice d'une association de défense des personnes souffrant de désordres psychiques a réagi à cette proposition: «L'augmentation de la violence par armes à feu n'est pas causée par les maladies mentales, elle est le produit de l'inaction politique et de l'absence de réforme sur les armes.»

Slate.fr

Newsletters

Les noisettes de votre Nutella ont été récoltées par des enfants

Les noisettes de votre Nutella ont été récoltées par des enfants

En Turquie, des migrant·es kurdes, y compris des enfants, s'affairent durant de longues heures dans les champs de noisetiers pour un salaire dérisoire.

Climat

Climat

C'était la Tunisie de Ben Ali

C'était la Tunisie de Ben Ali

Le dictateur est mort le jeudi 19 septembre à l'âge de 83 ans en Arabie saoudite, où il vivait en exil.

Newsletters