Monde

TripAdvisor, le «papi nazi» et l'hôtel 4 étoiles

Temps de lecture : 2 min

Un couple allemand fait l'objet d'une plainte pour diffamation après avoir dénoncé sur internet l'affichage de deux soldats en uniforme de la Wehrmacht à la réception d'un hôtel tyrolien.

Vue des montagnes de Gerlos que le couple allemand n'a pas pu apprécier après avoir découvert les portraits nazis affichés dans leur hôtel | Google Photo Sphere
Vue des montagnes de Gerlos que le couple allemand n'a pas pu apprécier après avoir découvert les portraits nazis affichés dans leur hôtel | Google Photo Sphere

L'histoire se passe dans la petite commune autrichienne de Gerlos, dans le Tyrol alpin. Il n'est pas rare d'y voir dans les entrées des demeures les portraits des ancêtres de la famille, accrochés en hommage: ainsi le veut la coutume en zone rurale. Évidemment, la pratique devient plus gênante lorsque les aînés ont un passé nazi.

Alors que Thomas K. et son épouse souhaitaient passer des vacances à la montagne, le couple allemand a tôt fait de tomber nez à nez avec deux hommes en uniforme de la Wehrmacht, encadrés et cloués au mur de l'hôtel quatre étoiles dans lequel ils venaient d'arriver. Au-dessus d'un petit arrangement floral, on pouvait donc contempler l'aigle caractéristique du Troisième Reich, et une croix gammée, accrochées sur l'habit de l'un des aïeuls.

L'accusateur accusé

Une semaine après leur séjour, Thomas K. laissait sur les sites de réservation et de notation Booking et TripAdvisor deux commentaires, signés de la seule initiale de son nom, et titrés: «à l'entrée, ils affichent la photo d'un papi nazi». Indigné, le couple rapportait s'être demandé ce que les propriétaires cherchaient à dire en exposant ces photographies, ajoutant : «cet incident en dit long sur la situation actuelle de cette région de l'Autriche. Malheureusement, notre envie de découvrir cette région montagneuse a complètement disparu».

Mais depuis, les époux font l'objet d'une plainte pour diffamation. Les propriétaires de l'hôtel ont d'abord réclamé que les commentaires soient supprimés des sites de référencement au motif que la qualification de «papi nazi» était calomnieuse et diffamatoire, arguant que les deux hommes figurant sur les photographies, le grand-père et l'oncle du propriétaire, avaient seulement été membres de la Wehrmacht, soit de l'armée officielle de l'Allemagne nazie entre 1935 et 1946, ce qui, selon le propriétaire, ne préjugeait pas de leur idéologie nazie.

Si Booking a accepté leur requête, TripAdvisor a refusé d'y donner suite. Le propriétaire de l'hôtel a conséquemment engagé une action en justice contre Thomas K. devant un tribunal régional d'Innsbruck. Or depuis, parcourant les fonds des Archives fédérales d'Allemagne à Berlin, Thomas K. a pu prouver que les deux soldats photographiés avaient tour à tour rejoint le parti nazi (NSDAP), en 1941 et en 1943 –ce que le propriétaire de l'hôtel a déclaré ignorer.

Une nouvelle plainte pour harcèlement

Les charges sont pourtant maintenues contre Thomas K., puisque le tribunal d'Innsbruck a considéré que la protection de la réputation du propriétaire de l'hôtel prenait le pas sur la liberté d'expression de son client, dont les commentaires laissaient entendre que le gérant partageait, ou était un sympathisant des idées national-socialistes.

Le procès devrait se poursuivre jusqu'à la fin de l'année, puisque Thomas K. a déposé une autre plainte pour harcèlement dans la foulée, accusant la famille du propriétaire de l'avoir harcelé par téléphone afin qu'il supprime son commentaire. Ce dernier a fini par disparaître de TripAdvisor, de même que les portraits des aïeuls nazis des murs de l'hôtel.

Slate.fr

Newsletters

Comment des enfants syriens ont sauvé un village allemand

Comment des enfants syriens ont sauvé un village allemand

Quatre ans après l'arrivée de réfugié·es, le village de Golzow a changé pour le mieux.

L'affaire Epstein remplit toutes les cases de la théorie du complot

L'affaire Epstein remplit toutes les cases de la théorie du complot

De nombreuses personnes sont convaincues qu'il a simulé sa mort –pour s'enfuir, ajoutent d'autres.

Aux États-Unis, le taux d'avortement est au plus bas depuis 1973

Aux États-Unis, le taux d'avortement est au plus bas depuis 1973

Les lois limitant l'accès à l'avortement adoptées dans divers États américains ne seraient pas le facteur principal de son déclin.

Newsletters