Life

Et vous, comment réagiriez-vous à un désastre?

Slate.fr, mis à jour le 03.03.2010 à 11 h 46

Il y a les normes, la politesse, la civilité. Et puis il y a les catastrophes qui surviennent, les tremblements de terre, les guerres. Et là, l'homme revient parfois à ses instincts premiers. Plus de conventions sociales qui tiennent, ce qui compte, c'est la survie.

Le magazine Time consacre un article à la comparaison de deux drames, le naufrage du Titanic, et celui du Lusitania, et aux statistiques expliquant qui a survécu et ce que cela dit des normes sociales et des comportements humains lors de catastrophes.

Une équipe de chercheurs en économie comportementale ont publié une enquête expliquant comment les chances de survie sur le Titanic étaient beaucoup plus importantes pour les riches que pour les pauvres. Mais ce ne fut pas le cas pour le Lusitania (qui comportait pourtant environ le même nombre de passagers, de différentes classes sociales, et répartis en fonction sur le bateau).

Cela est dû notamment au fait que le Lusitania ayant coulé très vite, les normes sociales se sont immédiatement dissoutes et n'ont pas eu le temps de réapparaître. Pour le Titanic en revanche, qui a mis plusieurs heures à couler, les normes ont eu le temps de réapparaître. Les calculs des chercheurs déterminent que lorsqu'une catastrophe survient, il y a d'abord une réaction instinctive et biologique de panique. Ce n'est qu'au bout d'un laps de temps compris entre 18 minutes et 2 heures que les normes sociales refont surface.

Lire l'article complet dans Time

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Image de une: Titanic, wikipedia.

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte