Monde

Obama révèle le plan de sécurité informatique de Bush

Temps de lecture : 2 min

La Maison Blanche a déclassifié une partie de la cyber-sécurité américaine mardi 2 mars en dévoilant les plans secrets de l'administration Bush pour défendre les réseaux informatiques du pays, rapporte le Christian Science Monitor.

Lors d'une conférence à San Francisco, Howard Schmidt, conseiller en sécurité informatique d'Obama, a révélé que son administration était en train de partiellement déclassifier la Comprehensive National Cybersecurity Initiative (CNCI), un plan d'action lancé par Bush pour protéger les réseaux des agences fédérales américaines contre les attaques d'hackers ou de nations.

«La transparence est particulièrement vitale dans les domaines comme le CNCI où il y a eu des questions légitimes sur des sujets aussi sensibles que le rôle de la communauté du renseignement dans la sécurité informatique», écrit Schmidt dans un communiqué sur le blog de la Maison Blanche.

Selon le site Wired, «la partie la plus controversée du plan déclassifié est la discussion autour du besoin pour le gouvernement de définir son rôle dans la protection des réseaux d'infrastructure privés cruciaux» comme le réseau d'électricité, les fournisseurs d'accès à Internet ou encore les banques.

[Lire l'article complet sur csmonitor.com]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Slate.fr

Newsletters

Au Japon, une application pour dénoncer les frotteurs du métro cartonne

Au Japon, une application pour dénoncer les frotteurs du métro cartonne

Téléchargée plus de 200.000 fois, Digi Police devrait permettre de lutter contre le harcèlement sexuel dans les transports en commun.

Fox News encourage Trump à gracier des criminels de guerre

Fox News encourage Trump à gracier des criminels de guerre

Un journaliste de la chaîne a plusieurs fois rencontré le président américain pour lui demander de gracier un Navy Seal inculpé de crimes de guerre.

Siéger au Parlement européen avec moins de 12.000 voix? C'est possible

Siéger au Parlement européen avec moins de 12.000 voix? C'est possible

Plus de 300 millions de personnes issues de vingt-sept pays sont appelées aux urnes pour élire 705 eurodéputé·es –dont un siège un peu particulier.

Newsletters