Parents & enfants / Monde

Une ado condamnée pour pédopornographie dans un cas de sexting

Temps de lecture : 2 min

Aux États-Unis, une lycéenne de 16 ans qui avait envoyé une vidéo d'elle en train de faire une fellation a été inculpée pour distribution de pornographie infantile.

La jeune femme a été inculpée pour distribution de pornographie infantile. | Daria Nepriakhina via Unsplash
La jeune femme a été inculpée pour distribution de pornographie infantile. | Daria Nepriakhina via Unsplash

Une cour d'appel du Maryland vient de statuer qu'une adolescente qui avait envoyé une vidéo d'elle-même en train d'effectuer un acte sexuel consenti pouvait être considérée comme une pédopornographe.

Le jeune fille, surnommée SK dans les comptes-rendus du procès, avait envoyé, dans le cadre d'un défi entre amis, une vidéo d'une minute dans laquelle on pouvait la voir faire une fellation à un homme. Mais quelques mois après, un des deux amis qui avait reçu la vidéo a décidé de la transmettre à un responsable de la sécurité dans leur lycée. Il l'a aussi partagée avec d'autres élèves de l'établissement.

Au lieu d'essayer de mettre un terme à la propagation de la vidéo, ce reponsable a interrogé SK et transmis sa déposition à un procureur de l'État du Maryland. La jeune femme a alors été inculpée pour distribution de pornographie infantile et exhibition de contenu obscène auprès d'un mineur. Elle a été reconnue coupable et condamnée à être placée sous surveillance électronique. Elle doit aussi demander une permission à son conseiller de probation si elle veut quitter le Maryland, est obligée de se soumettre à des dépistages de drogue hebdomadaire et doit suivre des cours de maîtrise de soi.

Les complexités du sexting entre ados

Le récent jugement vient confirmer la première décision de justice, dont la jeune fille avait fait appel. Un des juges, Joseph M. Getty, a expliqué que le tribunal avait réfléchi à la question suivante: «Une mineure impliquée dans une activité sexuelle consentie peut-elle être sa propre pornographe à travers le sexting?»

La majorité des juges –six contre un– ont répondu que oui, mais ont aussi demandé aux législateurs de l'État de clarifier le statut de pédopornographie afin qu'il corresponde mieux aux complexités du sexting entre ados. Dans l'état actuel des choses, la loi punit tous les individus qui distribuent des images pornographiques de personnes mineures, y compris celles qui partagent des images d'elles-mêmes.

Sur Slate.com, Mark Joseph Stern critique ainsi cette décision de justice: «S'il y a une victime dans cette histoire, c'est SK, qui est victime de revenge porn. Or l'ami qui a diffusé la vidéo n'a pas été inquiété, ni aucun autre élève qui a partagé ce contenu. Seule SK, humiliée et horrifiée, a été inculpée comme pédopornographe. Le système a été totalement injuste à son égard.»

Newsletters

En Espagne, des élèves ont cours sur la plage

En Espagne, des élèves ont cours sur la plage

Une initiative qui plaît autant aux enfants qu'aux professeurs. 

Ne pas fermer les écoles était une décision économique et non pas éducative

Ne pas fermer les écoles était une décision économique et non pas éducative

[BLOG You Will Never Hate Alone] Je serais plus inquiet pour un enfant qui aura eu un de ses parents atteint d'une forme de Covid grave que pour celui dont la scolarité aura connu une traversée du désert.

Lettre à un parent en «continuité pédagogique»

Lettre à un parent en «continuité pédagogique»

Tu es un bon prof, tu es mon seul repère et tu permets à ton enfant de garder le lien avec sa classe, son enseignant, son école.

Podcasts Grands Formats Séries
Newsletters