Égalités / Tech & internet

Les applications d'alerte aident-elles vraiment les femmes victimes de violences?

Temps de lecture : 10 min

Sur le papier, elles semblent partir de la meilleure des intentions. Certains de leurs choix peu avisés de conception peuvent pourtant se retourner contre leurs utilisatrices.

«La plupart de ces applis nous font prendre des risques en nous mettant en contact avec de parfaits inconnus.» | Geronimo Giqueaux via Unsplash
«La plupart de ces applis nous font prendre des risques en nous mettant en contact avec de parfaits inconnus.» | Geronimo Giqueaux via Unsplash

Il est deux heures du matin, vous rentrez seule chez vous, un homme vous aborde. Vous sentez que la situation peut prendre une tournure dangereuse à tout moment, que faire?

Des start-ups pensent avoir trouvé la réponse à cette question grâce aux nouvelles technologies ou, plus précisément, à des applications aux fonctionnalités bien spécifiques.

Depuis quelques temps déjà florissent les apps visant à lutter contre les violences sexistes et sexuelles. Sur les réseaux sociaux, leurs opérations de communication battent leur plein, au point d'agacer certaines militantes.

App-Elles, la pionnière

Quand elle a lancé App-Elles en 2015, Diariata N'Diaye travaillait depuis sept ans avec l'Observatoire des violences faites aux femmes et avait été formée par Ernestine Ronai, Muriel Salmona ou Emmanuelle Piet, toutes spécialistes du sujet.

L'application, simple d'utilisation, garantit un anonymat complet à celles qui le souhaitent. L'utilisatrice rentre le compte préalablement créé de trois personnes de confiance, qui seront immédiatement prévenues en cas de signalement de sa part.

«Pas de mise en relation avec des inconnus, donc, uniquement des proches, appuie Diariata N'Diaye, et l'on conseille aux utilisatrices de bien leur expliquer en quoi consiste leur rôle via cette application.»

En cas d'alerte, les trois contacts ont la possibilité d'entendre le déroulement de la situation, de connaître la position de la victime et d'appeler au besoin les secours. Un enregistrement est également mis à leur disposition.

Au-delà des violences subies dans la rue, App-Elles peut jouer un rôle dans le cadre de violences conjugales: une option permet de dissimuler l'app en lui donnant l'apparence d'une autre application, une protection utile en cas de cybersurveillance du conjoint.

Selon Anaïs Leleux, de l'association NousToutes, il s'agit à ce jour de l'application la plus aboutie en matière de lutte contre les violences sexistes et sexuelles. «Diariata est engagée depuis longtemps, s'est d'emblée entourée d'expertes et a toujours réfléchi à ce que son appli ne puisse pas se retourner contre ses usagères, souligne-t-elle. J'en ai de très bons échos. Une femme victime de violences conjugales me disait il y a quelques jours que grâce à Diariata et son application, elle osait à nouveau sortir dans la rue.»

En juillet dernier, App-Elles a été désignée parmi les douze lauréats 2019 du concours national de la Fondation La France s'engage. Un pas de plus pour l'association Résonantes, à l'origine de l'appli, qui souhaite désormais renforcer sa présence sur le territoire grâce à des antennes locales.

HandsAway et Smart Shield, les émules

Depuis l'arrivée d'App-Elles, deux autres applications tentent de s'imposer dans le paysage de la lutte technologique contre les violences faites aux femmes: HandsAway et Smart Shield. Point commun entre les trois: le fameux bouton d'alerte.

Sur HandsAway, il permet à une victime ou à un témoin de faire part aux utilisatrices alentour du déroulement d'une agression à un instant T. Ces personnes reçoivent une notification pour les avertir, et elles peuvent entrer en contact avec la victime ou le témoin via un chat.

Une troisième fonction propose de devenir street angel, un «ange gardien» pouvant joindre la personne ayant émis l'alerte pour la rassurer ou lui proposer de faire un bout de chemin ensemble, afin qu'elle ne reste pas seule.

Chez Smart Shield, on dément toute inspiration vis-à-vis d'App-Elles. Pourtant, l'app entretient de fortes similitudes avec celle de Résonantes –jusqu'au choix du logo. «Non, ce n'est pas du tout pareil», tranchent ses fondateurs.

Les différences entre les deux? App-Elles est gratuite, avertit trois personnes de confiance en cas d'alerte et leur permet d'entendre en temps réel la situation; Smart Shield est payante et garantit une analyse auditive par une tierce personne disponible 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, ainsi que l'intervention des secours sur demande.

«Le problème, ce n'est pas qu'il y ait une offre large en matière d'applications luttant contre les violences sexistes et sexuelles, commente Emma, militante féministe de 27 ans. C'est surtout que la plupart de ces applis ne connaissent même pas le fond de leur sujet et nous font prendre des risques supplémentaires en nous mettant en contact avec de parfaits inconnus ou en remettant l'analyse d'une situation sexiste entre les mains de personnes inexpérimentées.»

Où sont les spécialistes?

C'est sur ce point que la patience d'Anaïs Leleux a été mise à rude épreuve. Lorsqu'en avril 2019, la militante a lancé sur les réseaux #BalanceTonMetro, un hashtag invitant les victimes de violences sexistes au sein des transports en commun de la RATP à témoigner, elle a noté l'affluence de messages provenant du compte Twitter HandsAway, qui rebondissait sous chaque récit afin d'inciter au téléchargement de l'app.

«Cela ne m'aurait posé aucun problème si l'application avait été de qualité, mais je la trouve particulièrement dangereuse, confie-t-elle. Quand Smart Shield est apparue et a commencé à procéder de la même façon, vantant les mérites de leur application soi-disant innovante sous mes tweets, ceux d'amies et ceux du collectif NousToutes, j'ai vu rouge –d'autant qu'elles refusaient de nous dire quelles étaient leurs qualifications en matière de violences sexuelles.»

Si chez HandsAway, la proximité avec certaines associations et collectifs féministes –notamment Stop Harcèlement de rue– est revendiquée, leur récent partenariat avec l'application VTC Uber n'en reste pas moins décrié.

«Faire un partenariat avec une application qui ne forme pas ses chauffeurs, à tel point que des femmes ont déjà été agressées par ceux-ci, c'est gonflé», dénonce Emma.

La jeune femme sait de quoi elle parle: il y a un an, de lourds propos sexistes ont été proférés à son encontre lors d'une course Uber au cœur de Paris. «J'ai eu de la chance, puisque j'ai eu le réflexe d'envoyer un message à mon copain, qui m'a attendu en bas de chez nous pour dissuader le chauffeur de faire ce dont il me menaçait.»

«Faire un partenariat avec une application qui ne forme pas
ses chauffeurs, c'est gonflé.»
Emma, militante féministe

HandsAway se défend de toute mauvaise intention, brandissant pour preuves la tenue d'une opération de sensibilisation des chauffeurs et du support client il y a quelques mois, et la mise en place d'un podcast en ce sens.

«Le problème, c'est que les chauffeurs Uber n'étant pas des salariés, on ne peut pas les obliger à assister à ces formations», avance Lucile Dupuy, cheffe de projet et responsable du développement pour l'association HandsAway.

Du côté des autres applications, les consultations auprès de spécialistes des violences sexistes et sexuelles sont faibles voire inexistantes, augmentant le risque de sur-agression des victimes, faute d'expérience en matière d'accompagnement.

Smart Shield balaye la question: «On a vraiment fonctionné en mode innovation.» Lorsque l'on insiste, la réponse reste tout aussi vague: «On a l'un de nos associés qui est un peu engagé dans tous ces mouvements-là, et actuellement, on échange avec des spécialistes, mais on voulait plutôt échanger sur la base du produit.»

Pour ce qui est des formations délivrées aux personnes censées évaluer la dangerosité de la situation, les «opérateurs d'écoute», les porte-parole de l'application sont clairs: «Leur mission se limite à écouter les sons ambiants durant l'incident. Ils seront formés pour évaluer les risques de dérapage en agression, pour identifier les situations dans lesquelles il est nécessaire de faire intervenir les secours. Ces formations seront conçues en liaison avec des professionnels de la sécurité, anciens policiers, gendarmes…»

Quant aux personnes chargées de l'accompagnement des victimes, on précise chez Smart Shield que plusieurs formules sont encore «à l'étude».

À ce jour, il n'existe qu'une seule application dont le contenu, qui prodigue conseils et explications, est intégralement issu des travaux d'une chercheuse reconnue: App-Elles, conçue en tandem avec Muriel Salmona, psychiatre, psychotraumatologue et présidente de l'association Mémoire traumatique et victimologie.

Monétisation de la sécurité

«La sécurité ne doit pas être une question d'argent», soutient Frédéric-Michel Chevalier, le directeur de Smart Shield. L'application sera pourtant bel et bien payante dès sa sortie, via un forfait mensuel ou annuel.

«Après, ce ne sera que 5 euros par mois, c'est moins cher qu'un paquet de cigarettes ou que deux cafés en terrasse à Paris», se défend le directeur qui, dans un entretien vidéo, évoque le «marché» de la sécurité des femmes et mise sur un chiffre d'affaires cumulé pour l'entreprise allant jusqu'à «3,4 millions d'euros d'ici fin 2020» et «20.000 euros de bénéfices».

«Dès lors que cela devient une manne financière, ils n'ont clairement aucun intérêt à ce que les violences faites aux femmes s'arrêtent, s'inquiète Anaïs Leleux. Je regrette également que [ces applis] n'hésitent pas à culpabiliser les femmes, arguant que la sécurité a un coût ou que “celles qui tiennent à leur sécurité” feront l'effort financier.»

Pour les femmes les plus précaires, Smart Shield envisage néanmoins un système de «codes de réduction qui mettront l'abonnement à zéro euro, distribués via des associations compétentes aux personnes dont la rémunération serait située en dessous d'un certain montant, non déterminé à ce jour».

«Dès lors que cela devient une manne financière, ils n'ont clairement aucun intérêt à ce que les violences faites aux femmes s'arrêtent.»
Anaïs Leleux, de l'association NousToutes

Pas de code promo envisagé en revanche pour les objets connectés, et notamment pour les bracelets dédiés que les fondateurs souhaitent commercialiser. «L'application sera compatible avec d'autres objets que ceux que nous proposerons», nuance Frédéric-Michel Chevalier.

Pour Mona, 34 ans, l'argument n'est pas suffisant: «Je n'ai pas les moyens de me payer une application, j'aurai encore moins les moyens de me payer un objet technologique comme ça.»

Risque de victim blaming

Reste deux autres écueils, soulevés par les spécialistes: la géolocalisation et le victim blaming, soit le fait de reporter la responsabilité de l'agression sur la victime elle-même.

«À mon sens, donner la localisation d'une agression est déjà un premier problème, affirme Coline, 31 ans. Des personnes mal intentionnées pourraient vouloir rejoindre la victime sur les lieux; on ne sait pas qui est derrière ces “anges gardiens”.»

De fait, lors du signalement d'une agression, un pin s'affiche sur la carte, visible par toutes les personnes connectées à l'appli. La localisation est précise à la rue près.

«Je trouve ça dangereux, poursuit Coline. Autant le jour, dans des lieux publics et fréquentés, ça peut aller, mais la nuit, si une victime signale son agression, ça veut dire qu'elle peut être localisable par n'importe qui s'étant enregistré comme “ange gardien”.»

La possibilité d'échanger avec la victime a quant à elle déjà causé quelques soucis. Dans un rapport daté de 2017, l'association Résonantes pointait du doigt l'apparition du victim blaming dans les échanges au sein des chats de l'application HandsAway.

Capture écran d'un post Facebook sur la page de HandsAway, depuis supprimé.

Au-delà des utilisateurs et utilisatrices situées aux alentours d'une alerte, n'importe qui possédant l'application peut commenter n'importe quel signalement, à proximité ou à l'autre bout de la France.

Si, d'après la porte-parole de l'association, la modération des commentaires permet de garder la situation sous contrôle, le phénomène de sur-agression des victimes existe réellement –et avec une communauté grandissante, c'est également ce risque qui s'accroît.

«On ne s'en rend pas forcément compte lorsque l'on développe ce genre d'application, mais le victim blaming, même occasionnel, peut détruire d'autant plus une victime, lance Emma. Ce ne sont pas que des mots, ce sont des agressions, et nous ne voulons pas être des dommages collatéraux de ces applications.»

Attention aux données personnelles

La question de la gestion des données personnelles par HandsAway est elle aussi très floue. Même si la localisation des victimes ne reste disponible que quarante-huit heures sur l'application, «avec des données aussi sensibles, et le fait qu'il n'y ait pas forcément des agressions tous les jours dans les mêmes zones, il faut faire attention à ce que l'on ne puisse pas remonter à la victime en faisant le lien entre la localisation donnée et un article de presse, par exemple», avertit la permanence juridique de la Commission nationale de l'informatique et des libertés (CNIL).

L'enjeu est d'autant plus important que les ambitions de HandsAway dépassent les fonctions «alerter», «témoigner» et «devenir un street angel». Lucile Dupuy précise le projet actuel de l'application: mettre en place une carte interactive permettant aux victimes de trouver les lieux d'aide à proximité –à l'image de celle proposée par App-Elles depuis octobre 2018.

C'est en grande partie pour faire aboutir cette idée que l'association a candidaté à l'appel à projets lancé fin 2018 par la région Île-de-France. «HandsAway a fait l'objet d'une subvention en mars 2019 de 30.000 euros pour la mise au point de cette application», explique le porte-parole de la région.

Le pitch était clair: «L'association s'appuie sur l'application mobile développée au préalable afin de réaliser une carte recensant l'ensemble des lieux d'aide aux victimes (commissariats de police, hôpitaux, associations). Ces données seront ainsi accessibles via l'application mobile et permettront une large diffusion des informations aux victimes. De ce fait, la mise en contact du secteur associatif et des victimes d'agressions sexistes et sexuelles sera facilitée et permettra aux associations du secteur de l'agression, averties par une notification, d'entrer en contact avec les victimes. L'association pourra alors offrir son aide à la victime, qu'elle soit médicale, psychologique, morale ou juridique. L'association pourra également accompagner la victime au commissariat pour porter plainte, lui proposer de suivre des groupes de parole, lui trouver un avocat, mais également la conseiller.»

Sur ce type de projet, la permanence juridique de la CNIL émet une mise en garde: «Concernant des données aussi sensibles, une analyse d'impact doit être menée et mise à disposition de la CNIL en cas de contrôle.»

Alors que la date de sortie de la nouvelle carte est «prévue pour la mi-2020», aucune analyse d'impact n'a pour l'instant été programmée par HandsAway. «On aimerait bien, mais on n'a pas les ressources internes pour faire ça, nous confie-t-on. Il faut que l'on voit si la région Île-de-France peut nous accompagner sur ça.»

À défaut de garanties en matière de gestion des données personnelles, jugées dans ce cas particulièrement sensibles car liées à des victimes, la CNIL recommande la plus grande vigilance.

Newsletters

Trois semaines de violences conjugales en France

Trois semaines de violences conjugales en France

Tous les jours, partout sur le territoire, des femmes sont menacées, battues et tuées. C'est pour elles que nous marcherons demain samedi 23 novembre contre les violences sexistes et sexuelles.

Le monde n'est pas habitué aux voyageuses noires

Le monde n'est pas habitué aux voyageuses noires

Cette dernière décennie a démocratisé la manière de voyager, notamment pour les femmes. Pourtant, les Noires sont encore sur le carreau, malgré une meilleure représentation.

Enceinte et malade, j'ai été traitée comme une hystérique

Enceinte et malade, j'ai été traitée comme une hystérique

L'hyperémèse gravidique, cette maladie qui provoque des vomissements incoercibles pendant la grossesse, peut se soigner. Mais pour ça, il faudrait écouter les femmes qui en souffrent.

Newsletters