France

Xynthia pourrait coûter un milliard d'euros

Temps de lecture : 2 min

Selon des informations recueillies par Le Figaro, les dégâts provoqués par la tempête Xynthia en Charente-Maritime, Deux-Sèvres et Vendée devraient coûter près d'un milliard d'euros aux assureurs français.

La facture reste donc inférieure à celle du passage de la tempête Kaus en janvier 2009 dans le sud-ouest de la France. 1,68 milliards d'euros avaient dû être rassemblés par les compagnies d'assurance pour venir en aide aux sinistrés.

Jusqu'à aujourd'hui, la catastrophe ayant le plus coûté reste celle de décembre 1999 et ses 6,9 milliards d'euros de dégâts.

Cependant, le coût de Xynthia pourrait être revu à la hausse à mesure que le recensement des différents sinistres avance.

[Lire l'article complet sur Le Figaro]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Image de une: Chatelaillon dans le sud-ouest de la France après le passage de Xynthia, le 2 mars 2010. REUTERS/Regis Duvignau

Slate.fr

Newsletters

Non, je ne crois pas que le voile soit compatible avec le féminisme

Non, je ne crois pas que le voile soit compatible avec le féminisme

Prétendre que le voile islamique est compatible avec le féminisme est pour le moins hasardeux. Comment un marqueur religieux établissant une différence entre les sexes pourrait-il porter des idées d'émancipation, de liberté et d'égalité?

Est-on libre d’écrire ce qu’on veut dans une tribune de stade?

Est-on libre d’écrire ce qu’on veut dans une tribune de stade?

La banderole est l'un des moyens d'expression privilégiés des supporters. Il arrive pourtant qu'elle soit interdite de match, comme à Toulouse, fin février.

La France continue à vivre au-dessus de ses moyens

La France continue à vivre au-dessus de ses moyens

Prudence... et action rapide. Selon Pierre-Yves Cossé, commissaire au Plan de 1988 en 1992, l'embellie apparente de certains indicateurs économiques ne signifie absolument pas une prochaine sortie de crise.

Newsletters