Sciences / Monde

Il faut cultiver plus d'algues pour lutter contre le changement climatique

Temps de lecture : 2 min

Elles seraient un puits de carbone important et pourraient contrer l'acidification et la désoxygénation des océans.

«Les algues marines sont enfin sous les feux de la rampe», s'enthousiasme Halley Froehlich, l'une des autrices de l'étude. | bluemorphos via Pixabay
«Les algues marines sont enfin sous les feux de la rampe», s'enthousiasme Halley Froehlich, l'une des autrices de l'étude. | bluemorphos via Pixabay

Les arbres sont essentiels à la lutte contre le changement climatique. Ils absorbent une grande quantité de CO2 et sont à ce titre un puits de carbone crucial. Par exemple, «un arbre de 5 mètres cubes peut absorber l'équivalent de 5 tonnes de CO2», selon l'Office national des forêts. Problème: le réchauffement global de la surface terrestre augmente la fréquence des feux de forêt.

De plus en plus de scientifiques tentent de trouver des plantes qui auraient le même potentiel d'absorption du CO2 mais qui résisteraient au feu. La solution pourrait se trouver dans les fonds marins.

Selon de nombreuses recherches, la culture des algues marines présenterait l'avantage de lutter, comme le font les arbres, contre le changement climatique.

De multiples effets

Les jungles océaniques à croissance rapide de varech et d'autres macroalgues sont très efficaces pour stocker du carbone.

D'après une étude publiée jeudi 29 août dans la revue Current Biology, la culture d'algues marines dans seulement 3,8% des zones économiques exclusives (ZEE) de la côte ouest des États-Unis pourrait neutraliser l'ensemble des émissions de l'agro-industrie de Californie.

Mais pas que. «Depuis le début de l'ère industrielle, l'absorption de CO2 par les océans entraîne une acidification de l'eau de mer», peut-on lire dans le rapport du Giec de 2014. Un phénomène qui met en péril la biodiversité marine (poissons, coquillages, etc.). Les macroalgues auraient également la capacité d'amortir ces effets, explicite la même étude, en plus d'apporter des nutriments et un habitat à la vie marine.

Elles peuvent aussi être transformées en biocarburant ou utilisées comme supplément pour les sols agricoles, afin de remplacer les engrais chimiques.

Des cultures à développer

Actuellement, ces algues sont cultivées à petite échelle et sont principalement utilisées dans les aliments, les médicaments et les produits de beauté. Les scientifiques proposent de créer des fermes de taille industrielle pour cultiver ces herbes marines jusqu'à maturité, les récolter et les immerger dans les profondeurs océaniques où le dioxyde de carbone capturé serait enseveli pendant des centaines ou des milliers d'années.

L'étude conclut que l'élevage de macroalgues dans seulement 0,001% des eaux du globe propices à leur développement pourrait compenser la totalité des émissions de carbone de l'industrie de l'aquaculture, qui connaît une croissance rapide et fournit la moitié des fruits de mer consommés dans le monde. Au total, près de 30 millions de kilomètres carrés marins peuvent se prêter à la culture des algues marines.

Newsletters

Une découverte alarmante dans le sang d'un astronaute

Une découverte alarmante dans le sang d'un astronaute

Les astronautes de la station spatiale internationale ont découvert un risque supplémentaire aux séjours passés dans l’espace.

La rénovation thermique de votre logement réduira à peine votre facture​​​​​​​

La rénovation thermique de votre logement réduira à peine votre facture​​​​​​​

Une étude montre que la facture énergétique des ménages est bien moins sensible à la rénovation que prévu, ce qui interroge l'action publique en la matière.

«Il a un besoin énorme de tout contrôler»

«Il a un besoin énorme de tout contrôler»

[C'est compliqué] Cette semaine, Lucile conseille Marie, dont le conjoint aimerait pouvoir tout régenter au sein de leur couple, quitte à ne pas tenir compte de ce qu'elle désire.

Newsletters