Égalités / Culture

La bande dessinée, une échappatoire à la honte pour beaucoup de femmes

Temps de lecture : 2 min

Se dessiner soi-même, c'est peut-être déjà s'accepter.

«Ce personnage ne me ressemble pas, mais d'une certaine façon, c'est une impression de moi.» | Rawpixel via Pixabay
«Ce personnage ne me ressemble pas, mais d'une certaine façon, c'est une impression de moi.» | Rawpixel via Pixabay

Personne ne peut échapper à son corps: on se projette sur le monde à travers lui, et il est souvent la première chose que l'on soumet au regard des autres. Certain·es l'assument, d'autres le rejettent.

Généralement, la honte est associée au physique ou au désir –surtout celle des femmes. Comme l'écrit Erin Williams dans sa bande dessinée Commute: An Illustrated Memoir of Female Shame, elle est «un instrument d'oppression».

Pour s'en détacher, des femmes décident de se représenter en dessin, de manière parfois réaliste, parfois caricaturale. La bande dessinée est un médium de prédilection pour parler de son corps. «Ce personnage ne me ressemble pas, mais d'une certaine façon, c'est une impression de moi», déclarait la dessinatrice Allie Brosh, connue pour son album et webcomic Hyperbole and a Half, dans une interview accordée à NPR en 2013.

La critique Tahneer Oksman déplore que la honte mène parfois à «une forme d'auto-isolement», où l'on apprend aux femmes à garder leurs sentiments pour elles afin d'éviter la honte supplémentaire liée au fait de les partager.

Mais si la honte est bien un vecteur d'oppression, puiser dans ses expériences quotidiennes d'humiliation et les partager peut devenir un véritable exercice de libération.

Illustrer sa réalité

Dessiner des corps ancrés dans des contextes différents permet d'évoquer la femme à travers ce qu'elle est, et non ce que la société en a fait.

Dans des histoires personnelles ou non, réelles ou inventées, les autrices abordent la vie des femmes, leur quotidien, leurs peurs, leurs joies. La BD a cet avantage: des dialogues simples, bruts, qui peuvent parfois heurter mais portent un message clair et facilement compréhensible.

La sexualité avec Cher Corps de Léa Bordier, l'avortement avec Il fallait que je vous le dise d'Aude Mermilliod, les sextoys ou la dilatation des pores avec Maléfiques de Nine Antico, mais aussi le harcèlement, la société patriarcale ou le clitoris sont autant de sujets merveilleusement traités en bande dessinée.

Bien plus qu'une vision militante, ce support aura permis à de nombreuses illustratrices de se confronter à la vision de leur propre corps tout en dénonçant le regard porté sur lui par la société.

Newsletters

«Toi, tu as le démon de l'homosexualité»: Thomas a subi cinq ans de thérapies de conversion

«Toi, tu as le démon de l'homosexualité»: Thomas a subi cinq ans de thérapies de conversion

Prières, jeûnes, séances d'exorcisme de plus en plus terrifiantes... entre ses 8 et ses 12 ans, le garçon a vécu cinq années de peur, de pratiques d'un autre âge et d'humiliation.

L’Union américaine pour les libertés civiles accusée de «racisme systémique»

L’Union américaine pour les libertés civiles accusée de «racisme systémique»

L’ACLU défend les droits de l’homme aux USA et ses actions ont parfois changé le droit constitutionnel américain. Mais un ancien directeur clame avoir été licencié pour avoir dénoncé le racisme interne dans l’organisation.

Pas de panique, en Espagne les bébés portent le nom du père et de la mère, et ça se passe bien

Pas de panique, en Espagne les bébés portent le nom du père et de la mère, et ça se passe bien

Au pays d'Isabelle la Catholique, tout le monde porte deux noms de famille depuis des siècles. Cet usage ressemble au système que propose le collectif Porte mon nom, relayé par le député Patrick Vial, qui a sollicité une réforme en ce sens début juin.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio