Égalités / Monde

Une présentatrice américaine s'excuse après avoir comparé son collègue noir à un gorille

Temps de lecture : 2 min

Sur une chaîne télé de l'Oklahoma, une journaliste a fait une remarque raciste lors d'une séquence sur un zoo local.

Jason Hackett et Alex Housden sur le plateau de KOCO-TV, le 22 août 2019. | Joy Shana via Facebook
Jason Hackett et Alex Housden sur le plateau de KOCO-TV, le 22 août 2019. | Joy Shana via Facebook

Sur KOCO-TV dans l'Oklahoma, Jason Hackett et Alex Housden présentent les informations du matin en binôme. Le ton de l'émission est souvent léger, à l'image d'un reportage diffusé le 22 août sur Fin, un jeune gorille du zoo d'Oklahoma City qui s'est filmé avec une caméra.

Alors qu'un extrait du gorille filmé en gros plan apparaît à l'antenne, les deux journalistes commentent les images:

– Comme vous pouvez le voir, Fin est fasciné.
– Il était vraiment prêt pour les gros plans.
– Il ressemble un peu à toi quand tu prends une photo.
– Oui, c'est vrai, ouais, très proche de la caméra.

Ce qui est gênant dans cet échange, c'est qu'Alex Housden, qui est blanche, fait un rapprochement entre son collègue afro-américain et un singe, une comparaison souvent utilisée comme insulte raciste, que ce soit contre Michelle Obama, Christiane Taubira ou des joueurs de foot.

«Je sais combien je t'ai blessé»

La chaîne KOCO-TV a reçu de nombreuses plaintes et le lendemain, Alex Housden a présenté ses excuses à l'antenne, en larmes et tapotant régulièrement le bras de son collègue.

«Hier, j'ai dit quelque chose de choquant, de déplacé, quelque chose qui a blessé les gens. Je sais à quel point je vous ai blessés, et combien je t'ai blessé», a-t-elle déclaré en s'adressant à son confrère. Elle lui a ensuite dit qu'elle l'aimait et qu'il avait été son «meilleur ami pendant les dix-huit derniers mois».

Après l'avoir écoutée, visiblement gêné, Jason Hackett a répondu qu'il acceptait ses excuses et confirmé qu'ils étaient des amis proches hors antenne.

Le journaliste a aussi souligné que l'ignorance n'était pas une excuse: «Nous devons comprendre les stéréotypes. Nous devons comprendre d'où nous venons les uns les autres et les mots qui peuvent blesser, les mots qui font du mal. Nous devons trouver un moyen de remplacer ces mots par de l'amour et des expressions de soutien.»

Newsletters

Les questions à se poser avant de «cancel» quelqu'un

Les questions à se poser avant de «cancel» quelqu'un

On est à un stade où il est évident qu'on sera tous et toutes un jour annulé·es. Alors avant de continuer, calmons-nous un peu, le temps de comprendre les enjeux.

La Nouvelle-Zélande s'apprête enfin à décriminaliser l'avortement

La Nouvelle-Zélande s'apprête enfin à décriminaliser l'avortement

Pourtant progressiste concernant les droits des femmes, le pays considère toujours l'IVG comme un crime. Une réforme est en cours d'examen au Parlement pour remédier à la situation.

Au Maghreb, des cafés réservés aux femmes font débat

Au Maghreb, des cafés réservés aux femmes font débat

Passer un moment à l'abri de la pression sociale, c'est la promesse faite aux clientes de ces établissements. Deux d'entre eux viennent d'ouvrir dans le nord du Maroc.

Newsletters