Économie

Des milliards sous conditions pour l'automobile française

Temps de lecture : 2 min

Nissan supprime 20.000 postes

C’était prévisible depuis l’interview télévisée de Nicolas Sarkozy jeudi dernier, c’est confirmé lundi: l’Etat va injecter beaucoup d’argent dans le secteur de l’automobile français dans un contexte mondial très morose. 6,5 milliards vont être ainsi prêtés à PSA Peugeot Citroën et à Renault pour «financer leur effort d’innovation», note Le Monde.

Ces aides viennent s’ajouter à la prime à la casse déjà mise en place et au premier milliard d’aides destinées à favoriser l’emprunt et l’achat de véhicules. Selon Le Monde, Nicolas Sarkozy conditionne «l'aide de l'Etat à un engagement de Renault et PSA à ne pas fermer d'usine en France, à ne pas licencier et enfin à ne pas délocaliser la production à l'étranger de voiture vendue en France.»

Le même jour, Carlos Ghosn, patron de Renault et de Nissan, a annoncé que Nissan allait supprimer 20.000 emplois. Le constructeur japonais a subi une perte de 849 millions d’euros au troisième trimestre 2008. L'entreprise est principalement victime de l’effondrement du marché américain et de l'envolée de la valeur du yen.

Lire aussi sur le blog Engrenages, le témoignage d'un ouvrier de Renault au chômage partiel.

(Photo capture d'écran de la gamme de Renault, site internet.)

Vous souhaitez proposer un autre lien que vous jugez plus pertinent ou complémentaire? Envoyez-le à infos @ slate.fr

En savoir plus:

Newsletters

Le plan de relance économique ou comment gâcher 100 milliards d'euros

Le plan de relance économique ou comment gâcher 100 milliards d'euros

Les mesures annoncées le 3 septembre sont plus inspirées par des considérations politiques que par une logique économique rigoureuse.

Fermetures d'usines: le début de la tempête sur l'emploi en France?

Fermetures d'usines: le début de la tempête sur l'emploi en France?

Le fabricant de pneumatiques Bridgestone a annoncé brutalement la fermeture de son usine dans le Pas-de-Calais.

Avec le déconfinement, la société de consommation reprend ses droits

Avec le déconfinement, la société de consommation reprend ses droits

La prise de conscience que beaucoup ont expérimentée pendant la quarantaine risque de n'avoir été qu'une parenthèse dans une société régie par le productivisme et la politique de l'offre.

Newsletters