Culture

Fausses couches, accidents et morts, l'autre facette de Woodstock

Temps de lecture : 2 min

L'image d'un festival Flower Power est un mythe qui occulte son côté destructeur.

Concert des Canned Heat le samedi 16 août 1969 à Woodstock. | Image du documentaire Woodstock, de Michael Wadleigh (1970)
Concert des Canned Heat le samedi 16 août 1969 à Woodstock. | Image du documentaire Woodstock, de Michael Wadleigh (1970)

Le 16 août 1969, il y a tout juste 50 ans. Alors qu'au Vietnam le ciel est déchiré de missiles, de l'autre côté de la planète, à Woodstock, dans un champ près de New York, il est fendu par la voix de Janis Joplin et par les accords de Hendrix. Pèlerins et pèlerines aux longs cheveux ne forment qu'un, ondulant au rythme de la musique. «C'est qu'on doit être au paradis!», s'exalte le maître de cérémonie du festival, Wavy Gravy, face au demi-million de visages tournés vers ce petit autel de bois qu'est la scène.

Ces images, celle du garçon qui monte sur scène pendant le concert des Canned Heat pour enlacer le chanteur, des lunettes rondes et des pieds nus, sont issues des photos de l'époque ou du documentaire Woodstock, de Michael Wadleigh. Elles ont façonné la légende du festival.

Woodstock 1969 est un mythe: il suffit de le comparer à sa version de 1999, qui fut un désastre dans le feu et la boue, où se mêlèrent vols et viols, ou à l'annulation de Woodstock 2019 pour nous laisser le goût amer d'une époque révolue.

Woodstock 1969 n'était pas, à mieux y regarder, le paradis de Wavy Gravy; il a même failli causer des milliers de morts.

Électrocution et tracteur tueur

Les images de Michael Wadleigh ne montrent pas la zone qui fut déclarée sinistrée après le festival. Ni les champs de maïs dévastés par les festivaliè·res au moment où la nourriture a manqué. On parle des deux naissances mythiques; on n'évoque pas les huit fausses couches, encore moins les plus de 5.000 autres personnes blessées et les deux morts qui ont endeuillé l'événement: une overdose et un jeune écrasé par un tracteur. «Le sac de couchage avait pris la couleur de la boue de sorte que le conducteur n'a pas pu le distinguer du sol», peut-on lire dans une archive.

On ne s'étend pas non plus sur le désastre tout juste évité de l'électrocution de masse, qui aurait pu être causée par la pluie et les milliers de pieds en sandales piétinant la boue et les fils électriques sortis de terre. «C'était un cauchemar», confiera Joel Rosenman, l'un des organisateurs, quarante ans plus tard. Impossible aussi d'éteindre la musique de peur que la danse ne se transforme en émeute.

Un désastre, Woodstock 1969 l'était donc déjà. Nous l'avons simplement oublié. Selon Andy Zax, producteur de l'anthologie des artistes qui y ont participé, «tout ce que nous considérons comme réel, ces images canoniques de Woodstock... ce sont celles du film». Ce festival n'est qu'un «conte de fée».

C'est précisément parce qu'on en a gardé cette vision liturgique que sa version 1999 a été ce qu'elle fut et que 2019 n'a pu exister. «Il y avait l'idée que le mélange d'un festival organisé à la dernière minute dans de piètres conditions et un environnement chaotique étaient le seul moyen de parvenir à une telle beauté dans la communion», analyse Steven Hyden, critique de musique. «En vérité, si on ne planifie pas bien, à moins d'avoir énormément de chance, ça se passe mal. C'est qui est arrivé à Woodstock 1999.»

Il serait donc temps de cesser de voir dans l'évolution du festival l'expression de la décadence d'une époque.

Slate.fr

Newsletters

Deux romans «la vie cette pute» qui ne donnent pas franchement envie de reprendre du pop-corn

Deux romans «la vie cette pute» qui ne donnent pas franchement envie de reprendre du pop-corn

RENTRÉE LITTÉRAIRE – Pessimisme de l'écrivain sans avenir et Jésus-Christ désabusé: les chemins de croix d'Olivier Adam et Amélie Nothomb montrent la difficulté à peindre une noirceur crédible.

Le Luberon de Willy Ronis

Le Luberon de Willy Ronis

«Willy Ronis a découvert le Luberon en 1947 et a fini par s'y installer définitivement, en 1972. Il y a mené de nombreux reportages et avait en permanence son appareil photo avec lui, avec l'envie, toujours, de montrer les gens au...

«Unbelievable», série palpitante et indispensable

«Unbelievable», série palpitante et indispensable

La nouvelle série Netflix n'est pas que le portrait d'une femme victime d'un prédateur puis d'un système sexiste et défaillant.

Newsletters