Égalités / Tech & internet

Des youtubeurs LGBT attaquent YouTube pour discrimination

Temps de lecture : 2 min

La plateforme démonétise et restreint l'accès des vidéos proposant des contenus LGBT+, les considérant par défaut comme «inappropriées» et «sexuellement explicites».

Le couple de youtubeuses lesbiennes Bria Kam et Chrissy Chambers, qui font partie des plaignant·es contre YouTube, le 14 août 2019 | Capture d'écran YouTube
Le couple de youtubeuses lesbiennes Bria Kam et Chrissy Chambers, qui font partie des plaignant·es contre YouTube, le 14 août 2019 | Capture d'écran YouTube

«Discrimination, fraude, pratiques commerciales déloyales et trompeuses et restriction illégale de la liberté d’expression»: ce sont les chefs d’accusation portés par un groupe de youtubeur·euses LGBT+ contre la plateforme qui abrite –et restreint– leurs vidéos.

Ces griefs ne sont pas nouveaux, mais c’est la première fois qu’ils font l’objet d’une action en justice: en 2018, YouTube avait décidé de démonétiser les vidéos proposant des contenus sur les questions LGBT+, quels qu’ils soient. Depuis, les algorithmes de la plateforme signalent automatiquement ces vidéos comme «choquantes», «inappropriées», «offensantes» et «sexuellement explicites» –c’était déjà le cas en 2017 pour des vidéos de couples de même sexe échangeant des vœux et des tutoriels de maquillage destinés aux femmes transgenres.

Or qui dit «contenu sensible» dit restriction d’accès: dans la plupart des cas, il faut donc avoir un compte sur YouTube et plus de 18 ans pour visionner ces vidéos, ce qui exclut d’emblée une grande partie de l’audience adolescente.

Censurer les contenus LGBT+

L’action contre YouTube et sa société mère, Google, a été intentée par huit célébrités du YouTube LGBT+ anglophone, Bria Kam et Chrissy Chambers, Chase Ross, Amp Somers de Watts The Safeword, Lindsay Amer de Queer Kid Stuff, et Celso Dulay, Chris Knight et Cameron Stiehl de GlitterBombTV.

Leurs chaînes proposent des contenus en majorité humoristiques, éducatifs ou relatifs à la santé sexuelle, qui sont la plupart du temps les seules fenêtres des jeunes générations sur les questions d’identité sexuelle ou de genre, peu abordées dans les médias mainstream.

Le couple de youtubeuses lesbiennes Bria Kam et Chrissy Chambers expliquent les raisons de leur plainte contre YouTube et Google.

Selon les plaignant·es, cette invisibilisation des sujets LGBT+ sur YouTube permet par revers le développement d’une parole homophobe, qui elle, ne tombe pas sous le coup de la modération de la plateforme. Alors que les vidéastes LGBT+ ne peuvent pas acheter de publicités sur d’autres vidéos, plusieurs cas d’annonces anti-LGBT achetées par d’autres youtubeur·euses ont déjà été repérées au début de leurs propres vidéos, qui donnent lieu à des vagues de harcèlement et de commentaires homophobes.

L'homophobie reste prospère

Lindsay Amer, qui s’identifie comme non-binaire, raconte qu’après que le site néonazi The Daily Stormer ait mentionné sa chaîne dans un article, un raid homophobe et l’absence de réaction de YouTube l’a poussé·e à devoir désactiver tous les commentaires, ce qui a eu un impact financier direct sur ses revenus, dans la mesure où le taux d’engagement dans la section des commentaires est pris en compte pour mesurer la popularité d’une vidéo. Inévitablement, cela a aussi un impact sur le nombre d’abonnés.

«Le procès consiste à s’assurer que nous ne sommes pas censuré·es en tant que communauté, explique le youtubeur transgenre Chase Ross. J'ai découvert YouTube à 15 ans et cela m'a sauvé la vie. Tous les jours, des gens me disent qu’ils veulent créer une chaîne, mais ils ont peur de voir leur contenu être restreint. »

D’après Ross, une vidéo postée ce mercredi au sujet du procès avait été immédiatement démonétisée, avant d’être remonétisée quelques heures plus tard.

Newsletters

La femme-objet ne fait pas vendre, elle rend malheureuse

La femme-objet ne fait pas vendre, elle rend malheureuse

En mettant le corps parfait de Léa Seydoux dans une position lascive entre des draps pour vendre un sac, Nicolas Ghesquière fait comme s'il n'avait jamais entendu parler de «male gaze».

Disney supprime les références au genre de son code vestimentaire

Disney supprime les références au genre de son code vestimentaire

Le groupe adopte une politique vestimentaire plus inclusive pour le personnel des parcs américains.

La crise sanitaire a exposé les violences conjugales au grand jour

La crise sanitaire a exposé les violences conjugales au grand jour

Au cours des confinements et couvre-feux, des femmes victimes et leurs proches ont ouvert les yeux sur leur situation, pendant que les associations et institutions ont mis les bouchées doubles pour leur venir en aide. Il faut continuer à ne rien lâcher.

Podcasts Grands Formats Séries
Newsletters