Politique / Tech & internet

Les prochaines élections américaines se passeront-elles de vote électronique?

Temps de lecture : 2 min

Responsables politiques et spécialistes de la cybersécurité prônent un retour au papier.

Pour les élections présidentielles aux États-Unis en 2020, 16 millions de personnes devraient utiliser cette technologie. | Karen Bleier / AFP
Pour les élections présidentielles aux États-Unis en 2020, 16 millions de personnes devraient utiliser cette technologie. | Karen Bleier / AFP

Les machines à voter, vous y croyez? Ce système de vote dématérialisé à comptage automatisé utilise des systèmes informatiques.

Lors des élections présidentielles américaines de 2016, 27,5 millions de personnes ont dû faire leur choix via un écran électronique, selon un rapport du Brennan Center. Pour celles de 2020, huit États utiliseront cette technologie, soit environ 16 millions d'Américain·es.

Pourtant, un fort consensus existe outre-Atlantique parmi les spécialistes de la cybersécurité et de la sécurité nationale sur la fiabilité d'un tel mode de scrutin facilement piratable. Ces personnes plaident pour le retour des bulletins en papier afin d'écarter toute menace d'intrusion par des puissances étrangères.

Vulnérabilité

L'expérience de l'élection présidentielle de 2016 laisse planer de nombreux doutes sur celle à venir. Le rapport Mueller avait mis au premier plan l'ingérence «systématique et de grande envergure» de la Russie au moment de la victoire de Donald Trump.

Parallèlement, un rapport publié le 25 juin 2019 par la commission du renseignement du Sénat a fait état d'une fraude dont l'ampleur est bien plus inquiétante que celle initialement rapportée.

Selon le document, la Russie a essayé d’attaquer les logiciels et les machines à voter dans la totalité des cinquante États américains. L'enquête n’a pas pu déterminer si des votes avaient été modifiés, mais des hackers russes «se sont trouvés en position de supprimer ou de changer des données» concernant l’électorat d’au moins un État, l’Illinois.

De plus, lors de la Def Con 2019, la convention annuelle du hacking, plusieurs personnes qui y ont participé ont montré à quel point il était simple de prendre le contrôle de ce dispositif. De quoi confirmer la vulnérabilité de ces systèmes informatiques développés par des sociétés privées comme Dominion Voting Systems ou Hart InterCivic.

Projet de loi pro-papier

La plupart des institutions américaines appellent au retour du vote papier. Un rapport de 2018 des Académies nationales des sciences, du génie et de la médecine intitulé Securing the Vote fait écho à ce consensus: les élections ont besoin de bulletins lisibles et vérifiés par un être humain avant que les résultats des élections ne soient certifiés.

Le sénateur Ron Wyden, l'un des principaux porte-parole du Capitole en matière de sécurité électorale, n'a cessé de faire pression en faveur d'un projet de loi qui rendrait les bulletins en papier obligatoires au niveau fédéral.

Il a déclaré: «Les experts s'accordent à dire que les bulletins de vote papier marqués à la main et les vérifications postélectorales constituent la meilleure défense contre le piratage informatique étranger.» Le projet de loi a été bloqué par le leader de la majorité républicaine au Sénat, Mitch McConnell.

Newsletters

Déconfinement progressif: commence-t-on à voir le bout du tunnel?

Déconfinement progressif: commence-t-on à voir le bout du tunnel?

Le calendrier annoncé par Emmanuel Macron donne un peu plus de visibilité que ce que nous avions jusqu'à présent.

«Monsieur le Premier ministre, il y a urgence à sortir de cette spirale délétère pour la démocratie»

«Monsieur le Premier ministre, il y a urgence à sortir de cette spirale délétère pour la démocratie»

[TRIBUNE] Une quarantaine de sociétés de journalistes et de rédacteurs de la presse nationale, régionale, de l'audiovisuel et du web demandent le retrait des articles 21, 22 et 24 de la loi sur la Sécurité globale.

«Sécurité globale»: l'article 24 vous effraie, attendez de lire le 25

«Sécurité globale»: l'article 24 vous effraie, attendez de lire le 25

Il permet aux forces de l'ordre de conserver leur arme, en dehors de leur service, dans les établissements recevant du public. Même les forces américaines n'ont jamais obtenu une telle faveur.

Newsletters