Monde

Fidel Castro nie tout assassinat politique

Temps de lecture : 2 min

«Jamais Cuba n'a commandité l'assassinat d'un adversaire», a affirmé Fidel Castro lors d'une allocution à la télévision nationale cubaine rapportée par El Pais ce mardi 2 mars. Si le Lider Màximo monte au créneau, c'est parce que le gouvernement cubain est accusé d'avoir torturé et laissé mourir le dissident politique Orlando Zapata. Emprisonné depuis 2003, ce dernier est décédé le 23 février dernier après avoir été en grève de la faim pendant 85 jours.

Cette mort a suscité une vive émotion à l'intérieur du pays. Trois autres prisonniers politiques cubains ont entamé, eux aussi, une grève de la faim et au moins 120 personnes venues assister aux funérailles de Zapata auraient été arrêtées sur ordre du gouvernement cubain.

Fidel Castro a tenté de justifier ces actions lundi, au cours d'un discours où il a pris à témoin Luiz Inacio Lula, en visite à Cuba le jour du décès de Zapata: «Le président brésilien sait que jamais notre pays n'a torturé, assassiné ou menti au peuple.»

Son allocution a été suivie à la télévision cubaine d'un reportage sur la mort de Zapata, dans lequel des médecins assurent avoir fait le maximum pour sauver le prisonnier. Pas sûr que cela ait suffit à convaincre les Cubains.

[Lire l'article complet sur El Pais.com]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Photo de une: pablo/T sur Flickr

Newsletters

La Chine lance son concours du bâtiment le plus moche

La Chine lance son concours du bâtiment le plus moche

Le président Xi Jinping a publié il y a quelques années une directive pour mettre fin aux structures excentriques.

Avec le «Senate Bill 1», le Texas essaie-t-il vraiment d'empêcher les minorités de voter?

Avec le «Senate Bill 1», le Texas essaie-t-il vraiment d'empêcher les minorités de voter?

Ses soutiens y voient une réponse à la fraude électorale. L'opposition dénonce quant à elle une entrave au droit de vote.

Au Liberia, l'impossible devoir de mémoire

Au Liberia, l'impossible devoir de mémoire

Meurtri par une guerre civile sanglante qui a fait 200.000 morts et 2 millions de déplacés entre 1989 et 2003, le Liberia tente toujours, tant bien que mal, de composer avec son passé douloureux. Comment une nation se reconstruit-elle sans mémoire...

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio