Monde

Une algue tue des dizaines de chiens aux États-Unis, mais pas seulement

Temps de lecture : 2 min

Ces fleurs d'eau aussi appelées «blooms» fleurissent dans les eaux du monde entier.

Dans les lacs du monde entier, on peut observer des algues bleu-vert, parfois mortelles. | Atanas Teodosiev via Unsplash
Dans les lacs du monde entier, on peut observer des algues bleu-vert, parfois mortelles. | Atanas Teodosiev via Unsplash

C'est l'été sur le Lady Bird Lake à Austin. Les eaux sont calmes et claires. Au loin, un kayak file sur sa surface. Britanny Stanton rame, accompagnée d'Oliver, son golden retriever de 2 ans, qui ne cesse de se jeter à l'eau. Arrivés à la plage, Oliver s'effondre. «Il n'aura fallu qu'une heure après qu'on soit sortis pour qu'Oliver pousse son dernier souffle», racontera-t-elle au New York Times.

Mais à y regarder de plus près, les eaux du Lady Bird Lake n'étaient pas tout à fait claires. On pouvait apercevoir des tâches bleu-vert, intensément colorées, comme si on avait déversé de la peinture dans l'eau. Ces fleurs d'eau appelées «blooms» sont aussi belles à regarder qu'elles sont dangereuses.

Des neurotoxines

Les blooms recèlent une forte concentration de cyanobactéries aussi appelées «algues bleues», ces microorganismes vieux comme le monde, les premiers à avoir fabriqué de l'oxygène, il y a de ça deux ou trois milliards d'années. Pour fonctionner, elles produisent des toxines qui, ingérées, peuvent s'avérer dangereuses –voire mortelles pour certains animaux. Plus la concentration est élevée, plus le risque d'être en contact avec les toxines est fort.

Les neurotoxines qu'elle dégagent peuvent bloquer la transmission nerveuse et provoquent des convulsions, qui se soldent par un arrêt des organes respiratoires. C'est ce qu'il s'est passé pour Oliver et pour les trois chiens d'une femme en Caroline du Nord, dont la mort brutale l'un après l'autre après avoir barboté dans un lac près d'Atlanta a fait la une des journaux américains. «À minuit, ils étaient tous morts», dira-t-elle au Washington Post.

Les chiens, qui tendent à se baigner en eau peu profonde, là où la concentration est la plus élevée et à avaler de l'eau contaminée, sont à cet égard les plus vulnérables à l'algue. Pour les humains en général, on ne recense que peu de cas de décès. «Il n'y a pas de chiffre fiable en ce qui concerne le nombre de personnes touchées dans le monde et les seuls décès humains dus à des toxines cyanobactériennes, qui sont documentés et étayés par des preuves scientifiques, ont été causés par l'exposition durant une dialyse (eau contaminée insuffisamment traitée)», indique l'OMS. Il convient de prendre ses précautions vis-à-vis des enfants et de notre propre comportement en zone contaminée.

Si le problème des cyanobactéries n'est ni récent, ni propre aux États-Unis (nous avons également connu des drames canins dans le bassin de la Loire), il pose la question de leur prolifération depuis quelques années.

Les blooms fleurissent dans les eaux du monde entier, de la Nouvelle-Zélande à la Scandinavie. Sans doute l'activité humaine n'est-elle pas en reste, dans la mesure où chaleur grandissante et rejets de phosphate et de nitrate dans les eaux, deux nutriments dont ces algues se nourrissent, sont des conditions qui favorisent leur prolifération. Changement climatique aidant, on peut s'attendre à voir survenir au cours des prochains étés d'autres tragédies du même ordre que celle d'Oliver et Bettany.

Slate.fr

Newsletters

Au Liban, des manifestations inédites s'emparent du pays

Au Liban, des manifestations inédites s'emparent du pays

L'annonce d'une taxe WhatsApp a poussé des centaines de milliers de personnes dans la rue. Son annulation n'a rien entamé au mouvement, qui réclame la chute du régime.

Face au changement climatique, des assureurs de plus en plus frileux

Face au changement climatique, des assureurs de plus en plus frileux

L'augmentation et l'intensification des chocs climatiques extrêmes entraînent déjà le retrait des assureurs dans certaines zones.

Pourquoi les États-Unis ne doivent pas entrer en guerre contre l'Iran

Pourquoi les États-Unis ne doivent pas entrer en guerre contre l'Iran

Tweets menaçants, discours belliqueux, attaques de drones et de tankers notamment dans le Golfe Persique. À quoi bon, puisque ces deux puissances ne souhaitent pas déclencher de conflit?

Newsletters