Sciences / Société

Un mémorial pour le premier glacier d'Islande à disparaître

Temps de lecture : 2 min

Une plaque avertissant la population des conséquences du changement climatique sera installée à l'endroit où il se trouvait.

Le glacier Okjökull ne mesure plus qu'un kilomètre carré alors qu'il en recouvrait 15 en 1901. | Capture d'écran via YouTube
Le glacier Okjökull ne mesure plus qu'un kilomètre carré alors qu'il en recouvrait 15 en 1901. | Capture d'écran via YouTube

Okjökull était, il y a un siècle, un glacier couvrant une superficie d'environ 15 kilomètres carrés. Situé dans le centre-ouest de l'Islande, il a aujourd'hui pratiquement disparu. Tout ça à cause du changement climatique.

Ce glacier emblématique a fondu au cours du XXe siècle et a même été officiellement déclassé par les glaciologues en 2014. Il n'est donc plus considéré comme un glacier.

Des scientifiques de l'Université de Rice, l'écrivain Andri Snær Magnason, le glaciologue Oddur Sigurðsson et des membres de la Société islandaise de randonnée pédestre ont décidé d'installer une plaque commémorative titrée «Une lettre pour l'avenir». Cette plaque aux allures d'avertissement sera installée le 18 août 2019.

Sensibiliser pour le futur

Sur cette plaque, un message fort: «Okjökull est le premier glacier islandais à avoir perdu son statut de glacier. Au cours des 200 prochaines années, tous nos glaciers devraient suivre la même voie. Avec ce monument, nous reconnaissons que nous savons ce qui est en train de se produire et ce qui doit être fait. Vous seuls savez si nous l'avons fait.»

Après avoir mis sous le feu des projecteurs les conséquences du changement climatique sur ce glacier avec le documentaire Not Ok [Ok est le diminutif donné au glacier], les anthropologues Cymene Howe et Dominic Boyer ont été les architectes de ce projet. «Nous parlons des conséquences éthiques pour le futur de ce que nous entreprenons aujourd'hui», expliquent-ils dans une interview accordée à Euronews.

Slate.fr

Newsletters

Le poisson-lion, l'espèce qui menace la biodiversité en Méditerranée

Le poisson-lion, l'espèce qui menace la biodiversité en Méditerranée

Originaire du Pacifique Sud et de l'océan Indien, ce prédateur redoutable dévaste les écosystèmes marins.

Boire du thé vert ne réduit pas les risques de cancer

Boire du thé vert ne réduit pas les risques de cancer

On prête au thé, et notamment au thé vert, d'innombrables vertus. Pourtant, aucun effet n'a jamais été mis en évidence chez l'être humain.

Nous détruisons la planète, ne nous étonnons pas si les animaux nous mangent

Nous détruisons la planète, ne nous étonnons pas si les animaux nous mangent

En dégradant la nature, nous nous exposons à en devenir les victimes.

Newsletters