Parents & enfants / Culture

«Docteur La Peluche pourrait être la première femme afro-américaine à la Maison-Blanche»

Temps de lecture : 5 min

Tout semblait sur les rails: Dottie allait devenir un grand médecin. Mais Michelle Obama est passée par là.

Dottie, alias Docteur La Peluche. | Capture d'écran via YouTube
Dottie, alias Docteur La Peluche. | Capture d'écran via YouTube

Je pense que je me souviendrai toute ma vie de Docteur La Peluche. Il y a quelques années, ma fille aînée a contracté une pneumopathie tenace qui lui a valu de séjourner plusieurs semaines à l'hôpital. Âgée de 2 ans et demi, elle a subi d'innombrables poses de cathéters, des séances de kinésithérapie, mais aussi des auscultations en pagaille.

Comme nous n'avons pas respecté la fameuse règle du «pas d'écran avant trois ans» (allez-y, jugez-moi), il se trouve que ma fille avait déjà vu des épisodes de Docteur La Peluche et que lui offrir la mallette contenant tout l'attirail de cette petite médecin a constitué la meilleure idée du monde.

Nous avons pu essayer de dédramatiser, aborder chaque étape du processus médical en essayant de garder le sourire et en faisant référence à la série animée. Ce fut une aide précieuse.

Depuis, Enfant n°2 et et Enfant n°3 ont également écumé les aventures de la médecin en culotte courte, et je ne peux m'empêcher d'avoir un petit pincement au cœur lorsque j'aperçois sa frimousse sur Netflix ou ailleurs.

Leçons de vie et représentations

Mais commençons par le commencement. Docteur La Peluche n'est sans doute pas l'héroïne la plus célèbre de l'univers. Il faut vraiment avoir été parent au cours des années 2010 pour connaître ce personnage créé par l'autrice et productrice Chris Nee en 2012.

Alors voilà: il s'agit en fait d'une petite fille racisée nommé Dottie, âgée d'environ 6 ans, qui rêve de marcher sur les traces de sa mère, médecin. Dottie est entourée d'une ribambelle de jouets et de peluches, qui prennent vie dans son imagination et à l'écran dès que les adultes ne sont pas présents. Elle s'imagine alors en soignante cinq étoiles, qui parvient à soigner les petits bobos et les crises d'angoisse de ses petits camarades de jeu (dragon, bonhomme de neige, brebis, chevalier...).

Chaque épisode consiste en une mini-aventure façon Dr House, dans laquelle Dottie découvre les symptômes de tel ou tel personnage puis tente d'en comprendre la nature.

Le tout est accompagné par au moins une chanson en forme de leçon de vie, qui nous explique qu'il faut faire preuve de patience / bien se laver les mains / parler de ses soucis.

Docteur La Peluche est une série formidable, car tout en étant très positive dans sa façon de présenter les choses, elle parle notamment de l'inquiétude des patient·es à l'idée que personne ne puisse établir le bon diagnostic ou de leur peur d'avoir mal.

En matière de représentations, le dessin animé est aussi une merveille. On parle quand même d'une petite fille noire dont le père gère le foyer tandis que sa mère mène sa carrière professionnelle avec ambition. Il y a de quoi inspirer pas mal d'enfants –comme quoi on peut trouver d'autres modèles à leur montrer.

La série est si inspirante qu'en 2016, on a assisté à une véritable levée de boucliers face à l'annonce de son annulation. Le hashtag #RenewDocMcStuffins, en référence au titre original de la série, avait alors inondé les réseaux sociaux.

Porte-parole écoutée

Forcément, j'ai du mal à imaginer que Dottie, une fois adulte, puisse devenir autre chose qu'un grand médecin. Pour tout dire, je rêve même d'une série animée –ou pourquoi pas d'un film– qui donnerait corps à sa carrière, permettant à des millions de spectateurs et de spectatrices d'avoir la confirmation qu'en croyant en ses rêves et en travaillant d'arrache-pied, la petite fille qui soignait ses peluches a pu accéder au métier qui lui faisait si envie.

Il n'est pas impossible que Dottie devienne même le fer de lance d'un gigantesque élan visant à aider les femmes noires à se lancer dans des carrières scientifiques ambitieuses, dont elles se tiennent trop souvent éloignées par manque de confiance en elles, d'opportunités ou de moyens financiers.

En 2013, afin de gagner en visibilité, des médecins et scientifiques afro-américaines se sont réunies au sein d'un mouvement nommé We are Doc McStuffins, devenu depuis une association, l'Artemis Medical Society.

Nul doute que Dottie ferait une excellente présidente d'une organisation de type, sa rencontre avec Michelle Obama à la Maison-Blanche ayant définitivement scellé son envie de devenir une femme puissante et une porte-parole écoutée.

La vidéo ci-dessous offre un extrait du premier contact entre la petite médecin en herbe et celle qui fut bien plus qu'une simple First Lady:

Le genre de rencontre qui marque tout une vie, non? Mère de trois filles, Victoria est d'accord: «J'ai regardé avec mes filles l'épisode où Docteur La Peluche découvre Michelle Obama, ça nous a toutes émues. On s'est dit que ça allait lui donner envie d'accomplir de grandes choses, et l'une des mes filles a même suggéré que Dottie pouvait devenir la première femme à présider les États-Unis... Je crois que ça aurait de la gueule.»

Oui, mais Dottie est née en 2012... Faudra-t-il attendre 2052 pour que les États-Unis soient dirigés par une femme? «Je n'avais pas pensé à ça. Disons que ça pourrait être la première femme afro-américaine à accéder à la Maison-Blanche, en espérant que d'autres femmes aient pu présider les États-Unis avant cela.»

On se dirige en tout cas vers une période stimulante en matière d'élections américaines, puisqu'auparavant, c'est un certain Forrest Gump Junior qui sera devenu POTUS 46.

Créatrice de vocations

«Ma fille de 8 ans veut devenir médecin et ma fille de 6 ans vétérinaire, raconte Victoria. Elles ont encore le temps de changer mille fois d'avis, évidemment, mais je suis persuadée que c'est Docteur la Peluche qui leur a donné envie de s'intéresser à ces domaines-là. Elles m'ont demandé des livres sur le sujet, elles me posent des questions... Bref, ce n'est pas rien! Dottie a réellement une influence. Elles ne vont pas regarder Docteur La Peluche jusqu'à l'âge adulte, mais si ça se trouve, leur vocation est trouvée. On ne sait jamais.»

Muriel, 41 ans, se dit que Dottie finira peut-être par bifurquer pour trouver un métier plus proche de sa personnalité: «Dans le dessin animé, on voit qu'elle aime s'entourer de la même bande jour après jour, ce qui lui permet de bien connaître ses camarades et de les aider au mieux. Bien sûr, ça peut changer, mais je pense que si elle conserve le même état d'esprit, elle pourrait plutôt devenir éducatrice, pourquoi pas pour des enfants malades. En fait, il va juste falloir qu'elle détermine ce qu'elle aime le plus: diagnostiquer des maladies ou vivre au plus près des gens qu'elle a envie d'aider.»

N'est-on pas encore en train de pousser une jeune fille talentueuse vers un métier du care, c'est-à-dire tout ce qui concerne le soin et l'attention aux autres, plutôt que vers le genre de postes plus élevés souvent promis aux hommes?

«Pas faux, concède Muriel. Idéalement, il faudrait qu'elle puisse devenir chirurgienne, mais tout en gardant beaucoup de contact avec ses patients. Je ne bosse pas dans le médical, mais je me dis qu'il est peut-être impossible de concilier l'aspect technique et le relationnel au sein d'un même métier. Il va falloir que Dottie trouve le poste idéal pour ne pas renier sa nature. Ce sera peut-être à elle de l'inventer...» Espérons qu'elle puisse demander conseil à Michelle Obama.

Thomas Messias Prof de maths et journaliste

Newsletters

Le «parcours 1.000 jours» inclura-t-il un allongement du congé paternité?

Le «parcours 1.000 jours» inclura-t-il un allongement du congé paternité?

Cette semaine, j'ai eu l'agréable surprise de découvrir que la mission de réflexion autour des congés parentaux n'était pas tombée aux oubliettes.

Se faire des potes, le secret pour que votre enfant réussisse à l'école

Se faire des potes, le secret pour que votre enfant réussisse à l'école

Le personnel enseignant a aussi son rôle à jouer.

Moqué pour son logo fait main, un enfant devient le héros de l'université du Tennessee

Moqué pour son logo fait main, un enfant devient le héros de l'université du Tennessee

La réponse de l'université dépasse tout ce qu'il était permis d'attendre.

Newsletters