Monde

Karadzic plaide la légitime défense

Temps de lecture : 2 min

Le procès de Radovan Karadzic a repris ce lundi 1er mars à La Haye devant le Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie (TPIY) après près de quatre mois d'interruption. Karadzic, qui avait refusé d'assister au début de son procès et rejeté l'aide d'un avocat, a présenté sa défense, seul, pendant près de cinq heures en affirmant vouloir «défendre la grandeur de la petite nation serbe en Bosnie».

Selon l'ancien chef politique des Serbes de Bosnie, «tout ce que les Serbes ont fait était de la légitime défense et tout cela a été traité comme un crime».

Radovan Karadzic est accusé de crimes de guerre, crimes contre l'humanité et de génocide durant la guerre de Bosnie au début des années 1990. Plusieurs observateurs le considèrent comme responsable du massacre de Srebrenica et de ses 8.000 victimes bosniaques. Pour tous ces chefs d'inculpation, Karadzic a indiqué qu'il plaiderait non-coupable.

[Lire l'article complet sur RFI]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Image de une: Radovan Karadzic au TPIY, le 3 novembre 2009. REUTERS/Michael Kooren

Newsletters

Covid-19: New York entre les mains d'Andrew Cuomo, nouveau héros des anti-Trump

Covid-19: New York entre les mains d'Andrew Cuomo, nouveau héros des anti-Trump

L'épidémie de coronavirus fait toujours la une aux États-Unis où on dénombre, à cette heure, 12.700 victimes dans le pays, dont presque la moitié dans l'État de New York (5.000), plus 1.200 dans l'État voisin du New Jersey. C'est sur la côte...

Israël va fabriquer des masques pour les barbus

Israël va fabriquer des masques pour les barbus

En pleine pandémie de Covid-19, le gouvernement israélien ne néglige aucun détail, même pas la barbe des citoyens.

Aux États-Unis, les manifs anti-IVG continuent malgré la pandémie

Aux États-Unis, les manifs anti-IVG continuent malgré la pandémie

En Caroline du Nord et dans le Michigan, des personnes anti-avortement arrêtées pour violation des règles de confinement intentent des procès aux autorités locales.

Newsletters