Monde

Karadzic plaide la légitime défense

Temps de lecture : 2 min

Le procès de Radovan Karadzic a repris ce lundi 1er mars à La Haye devant le Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie (TPIY) après près de quatre mois d'interruption. Karadzic, qui avait refusé d'assister au début de son procès et rejeté l'aide d'un avocat, a présenté sa défense, seul, pendant près de cinq heures en affirmant vouloir «défendre la grandeur de la petite nation serbe en Bosnie».

Selon l'ancien chef politique des Serbes de Bosnie, «tout ce que les Serbes ont fait était de la légitime défense et tout cela a été traité comme un crime».

Radovan Karadzic est accusé de crimes de guerre, crimes contre l'humanité et de génocide durant la guerre de Bosnie au début des années 1990. Plusieurs observateurs le considèrent comme responsable du massacre de Srebrenica et de ses 8.000 victimes bosniaques. Pour tous ces chefs d'inculpation, Karadzic a indiqué qu'il plaiderait non-coupable.

[Lire l'article complet sur RFI]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Image de une: Radovan Karadzic au TPIY, le 3 novembre 2009. REUTERS/Michael Kooren

Newsletters

En Inde, le sujet sensible de la santé mentale

En Inde, le sujet sensible de la santé mentale

La tradition et la culture du collectif laissent peu de place à l'expression d'un mal-être, dont souffrent de nombreux Indiens.

Donald Trump fait son grand retour chez les ultraconservateurs

Donald Trump fait son grand retour chez les ultraconservateurs

Le silence et le calme semblent régner à Washington depuis le départ de Donald Trump, particulièrement depuis la suspension définitive de son compte Twitter. Mais cette période d'apaisement est peut-être terminée: ce dimanche 28 février, Trump s...

L'Espagne va-t-elle légaliser la PMA pour les personnes trans?

L'Espagne va-t-elle légaliser la PMA pour les personnes trans?

Le texte qui prévoit de garantir le droit des «personnes trans ayant la capacité de porter un enfant» à l'assistance médicale à la procréation pourrait ne jamais arriver au Parlement.

Newsletters