Monde

Karadzic plaide la légitime défense

Temps de lecture : 2 min

Le procès de Radovan Karadzic a repris ce lundi 1er mars à La Haye devant le Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie (TPIY) après près de quatre mois d'interruption. Karadzic, qui avait refusé d'assister au début de son procès et rejeté l'aide d'un avocat, a présenté sa défense, seul, pendant près de cinq heures en affirmant vouloir «défendre la grandeur de la petite nation serbe en Bosnie».

Selon l'ancien chef politique des Serbes de Bosnie, «tout ce que les Serbes ont fait était de la légitime défense et tout cela a été traité comme un crime».

Radovan Karadzic est accusé de crimes de guerre, crimes contre l'humanité et de génocide durant la guerre de Bosnie au début des années 1990. Plusieurs observateurs le considèrent comme responsable du massacre de Srebrenica et de ses 8.000 victimes bosniaques. Pour tous ces chefs d'inculpation, Karadzic a indiqué qu'il plaiderait non-coupable.

[Lire l'article complet sur RFI]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Image de une: Radovan Karadzic au TPIY, le 3 novembre 2009. REUTERS/Michael Kooren

Slate.fr

Newsletters

Le travail de sape d'Orbán pour pousser Soros hors de Hongrie

Le travail de sape d'Orbán pour pousser Soros hors de Hongrie

Les fondations du milliardaire-philanthrope américano-magyar quittent Budapest où elles travaillaient depuis 1984. Un départ accéléré par vingt-quatre mois d’intense campagne gouvernementale anti-Open Society.

À San Francisco, des équipes médicales vont aller soigner les toxicomanes directement dans la rue

À San Francisco, des équipes médicales vont aller soigner les toxicomanes directement dans la rue

On leur administrera notamment de la buprénorphine, plus connue sous le nom de Suboxone.

En Irlande du Nord, une mère emmène son fils se faire tirer dessus

En Irlande du Nord, une mère emmène son fils se faire tirer dessus

Dans les faits, la guerre est finie. Dans les têtes et les réflexes sociétaux, pas encore.

Newsletters