Sciences / Monde

Des scientifiques découvrent un nouvel insecte à cause de son étrange pénis

Temps de lecture : 2 min

Ce coléoptère a été récupéré à New-York mais n’est pas originaire des États-Unis.

Un coléoptère via Pixnio.
Un coléoptère via Pixnio.

À New-York, il y a un cimetière de 300 hectares qui traverse l’ouest de Brooklyn. Le terrain offre une des vues les plus belles de la ville. Mais aussi une étonnante diversité végétale et animale. Et c’est dans ce cimetière que des scientifiques ont découvert une nouvelle espèce de coléoptère, en se basant sur la forme étrange de son… pénis.

D’après Gizmodo, les chercheurs n’ont pas découvert tout de suite la nouvelle espèce. De 2017 à 2018, ils ont collecté des spécimens de coléoptère dans le cadre d’un programme de surveillance d’arbres endommagés dans le cimetière. Ils en ont récolté 1.500 spécimens.

Mais c’est lorsqu’ils ont analysé les différents insectes qu’un d’entre eux ne correspondait pas aux coléoptères connus. Alors que tous faisaient partie de la famille des Agrilus, ce spécimen en particulier avait un pénis différent de toutes les autres espèces. Les tests ADN ont confirmé par la suite que les chercheurs étudiaient une nouvelle espèce, qui n’est probablement pas native des États-Unis.

Comment est-il arrivé ici, se demande Gizmodo. «Comme les autres insectes de la famille des Agrilus, il est probablement arrivé à bord d’un moyen de transport humain comme un bateau», explique le média américain. Contrairement aux autres coléoptères, celui-ci se développe sur les hêtres. Cela pourrait provoquer des problèmes écologiques à New-York car ces coléoptères creusent des trous dans les arbres et les déciment en posant leurs larves. Ces dernières sont xylophages et se nourrissent et se développent dans le bois.

Selon le European Journal of Entomoloy, les insectes sont peut-être «l’une des invasions écologiques les plus coûteuses en Amérique du Nord à ce jour», rappelle Gizmodo. Et peu importe la tête de leur pénis.

Newsletters

À cause de la fonte des glaces, les ours polaires utilisent quatre fois plus d'énergie pour survivre

À cause de la fonte des glaces, les ours polaires utilisent quatre fois plus d'énergie pour survivre

Ces mammifères doivent nager pendant trois jours ou parcourir de grandes distances sur la terre à la recherche de nourriture.

Selon la science, il est possible de communiquer avec une personne qui est en train de rêver

Selon la science, il est possible de communiquer avec une personne qui est en train de rêver

Les rêveurs ont notamment été capables de répondre à des questions ou encore aptes à faire des mathématiques.

Le cotonéastre, une «super-plante» qui absorbe la pollution atmosphérique sur les routes

Le cotonéastre, une «super-plante» qui absorbe la pollution atmosphérique sur les routes

Les haies de sa sous-espèce, le cotoneaster franchetii, qui pousse le long de l'asphalte, sont 20% plus efficaces que d'autres plantes.

Newsletters