Monde

Le Salva­dor a célébré son premier jour sans meurtre depuis plus de 2 ans

Temps de lecture : 2 min

Le 31 juillet 2019 était le huitième jour sans homi­cide depuis l’an 2000 dans le pays.

Des soldats durant une patrouille à San Salvador, le 3 juillet 2019, durant le lancement du nouveau plan de sécurité du président Nayib Bukele. Marvin Recinos / AFP
 
Des soldats durant une patrouille à San Salvador, le 3 juillet 2019, durant le lancement du nouveau plan de sécurité du président Nayib Bukele. Marvin Recinos / AFP  

Le Salvador est un pays dangereux. En 2015, 6.670 meurtres avaient eu lieu, soit 104 pour 100.000 habitants. Le pays est le plus meurtrier d’Amérique Centrale, devant le Guatemala ou le Honduras. Mais le 31 juillet dernier, aucun homicide n’a été à déplorer.

Pour trouver la dernière journée sans assassinat, il faut remonter au 13 janvier 2017, écrit le journal anglais The Independent. La fois d’avant, c’était le 22 janvier 2015, et il y en avait une en 2013 et deux en 2012, une bonne année. En tout, huit jours sans homicide ont eu lieu en 19 ans dans le pays.

Pour un criminologiste, cette journée sans homicide pourrait être un signe des efforts du nouveau président, Nayib Bukele, contre l’insécurité. Ce dernier entame son deuxième mois de mandat et a lancé en juillet une initiative appelée «Sécuriser le Salvador».

Ce projet a cinq points: amélio­rer le système judi­ciaire, empêcher les crimes et la violence, renforcer la protection des victimes, donner plus de pouvoir aux institutions qui sont responsables de la sécurité des Salvadoriens et améliorer la réhabilitation des criminels.

Autre point «positif», le ministre de la Justice a indiqué qu’il y avait eu un total de 154 morts en juillet, contre 291 l’année dernière.

Le nombre de morts au Salvador est principalement dû aux violences entre les gangs et notamment entre les fameux MS-13 et leurs rivaux les Barrio 18. Il y aurait plus de 60.000 membres de gangs dans le pays, qui sont impliqués dans le crime organisé et le trafic de drogues.

Newsletters

En Syrie, la natation pour panser les blessures de la guerre

En Syrie, la natation pour panser les blessures de la guerre

Dans la piscine de Bisan, à Idlib, les enfants courent prudemment sur le rebord, slalomant entre les béquilles et les prothèses. Dans le bassin, Abdul Wahid Al-Naqer s'active, casquette vissée sur la tête, sifflet aux lèvres. Coach de natation...

La Nouvelle-Zélande préfère les voyageurs fortunés aux touristes à sac à dos

La Nouvelle-Zélande préfère les voyageurs fortunés aux touristes à sac à dos

Les backpackers bientôt bannis du pays?

À Hanoï, le retour de la propagande de rue par haut-parleurs 

À Hanoï, le retour de la propagande de rue par haut-parleurs 

Les autorités locales prévoient d'installer des haut-parleurs partout dans la capitale du Vietnam pour des annonces quotidiennes. 

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio