Monde

Les baleines noires sont plus menacées que jamais

Temps de lecture : 2 min

Depuis le début de l'année, huit d'entre elles, soit 2% de la population mondiale, ont été retrouvées mortes au Canada.

Il ne resterait plus que 411 individus sur toute la planète. | Andres Corredor via Unsplash
Il ne resterait plus que 411 individus sur toute la planète. | Andres Corredor via Unsplash

«C'est un pas terrible vers l'extinction. Ce sont des animaux tranquilles, des super-héros discrets que nous sommes en train de perdre, s'attriste Regina Asmutis-Silvia, directrice de Whale and Dolphin Conservation USA.

Le 19 juillet, Pêches et Océans Canada a annoncé que les corps de huit baleines noires de l'Atlantique Nord avaient été localisés dans les eaux du pays en 2019, la plupart avec la peau en lambeaux.

L'espèce, autrefois chassée car peu dangereuse, lente et pouvant produire beaucoup d'huile, est classée en danger depuis 1996 par l'Union internationale pour la conservation de la nature. Selon le North Atlantic Right Whale Consortium, il ne resterait aujourd'hui plus que 411 individus sur toute la planète.

La situation alarme à la fois le gouvernement, les activistes et les scientifiques, qui pensaient pourtant avoir fait des progrès dans la préservation de cette espèce.

Le coup est d'autant plus dur que quatre des bêtes retrouvées mortes étaient des femelles reproductrices. Elles ne seraient plus que cent en tout, et la Woods Hole Oceanographic Institution estime que le taux de natalité des baleines noires a chuté de 40% depuis 2010.

Filets de pêche et réchauffement climatique

Selon une étude publiée en juin 2019 dans Diseases of Aquatic Organisms, 88% des morts de baleines noires au cours des quinze dernières années dont la cause a pu être déterminée résultaient de collisions avec des navires ou d'emmêlements avec des filets de pêche, blessant la chair et les os des animaux et provoquant une mort lente et douloureuse par noyade, famine ou infection.

Les conclusions des autopsies des individus récemment repérés au large du Canada sont encore attendues, mais d'après les recherches préliminaires, trois de ces morts seraient imputables à des chocs avec des bateaux.

Le gouvernement canadien a mis en place des politiques volontaristes afin de préserver les baleines noires: fermeture de zones de pêche, limitation de vitesse pour les embarcations, drones de surveillance, prévention... Jusqu'ici, ces mesures semblaient porter leurs fruits: en 2018, aucune mort n'a été à déplorer.

Les scientifiques soutiennent que celles de 2019 seraient dues à un changement migratoire assez inhabituel lié au réchauffement climatique. La température des zones d'habitat des baleines noires s'étant élevée, les crustacés à la base de leur alimentation ont migré, et elles les ont suivi. Arrivées dans de nouveaux territoires, leur protection est devenue plus difficile.

Slate.fr

Newsletters

Dans le conflit syrien, Trump a ruiné la crédibilité de l'Amérique

Dans le conflit syrien, Trump a ruiné la crédibilité de l'Amérique

En abandonnant ses alliés kurdes en Syrie, la Maison-Blanche envoie au monde entier le message que l'on ne peut plus faire confiance à Washington.

Les séries télé, nouvelle arme politique d'Erdoğan

Les séries télé, nouvelle arme politique d'Erdoğan

Une manière pour le régime islamo-nationaliste de valoriser le passé impérial.

Face à l'arrivée des réfugiés, la population européenne bricole une hospitalité

Face à l'arrivée des réfugiés, la population européenne bricole une hospitalité

Des actions collectives spontanées initiées par des volontaires non politisé·es peuvent aboutir à des actions ayant un impact sur les opinions publiques. Mais pas sur l'accueil des réfugié·es lui-même.

Newsletters