Santé

Des pénuries de préservatifs gratuits inquiètent les associations

Temps de lecture : 7 min

Obligées de faire des choix, plusieurs associations alertent des conséquences sur les actions de prévention et certaines populations.

Dans certaines régions, la dotations de l'État a été divisée par deux, voire plus. | Parkerryank de Pixabay
Dans certaines régions, la dotations de l'État a été divisée par deux, voire plus. | Parkerryank de Pixabay

Fin novembre 2018, Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé, annonçait le remboursement partiel des préservatifs masculins Eden, des laboratoires Majorelle. Délivrés sur ordonnance, ces préservatifs sont pris en charge par l'assurance maladie à 60% du coût. Depuis mars dernier, une seconde marque, Sortez Couverts, est elle aussi remboursable sur prescription médicale.

L'initiative gouvernementale insistait, dans un communiqué, sur les «6.000 nouveaux cas de séropositivité découverts chaque année». Le communiqué précisait que «cette mesure ne se substitue aucunement à la mise à disposition de préservatifs gratuits par les pouvoirs publics (plus de cinq millions de préservatifs). L'accès large sur le territoire et au plus près des publics clés reste un impératif».

Cet été, le Planning familial soulève pourtant une inquiétude. Il commence à s'alarmer d'un début de pénurie de préservatifs gratuits dans certains départements. Une préoccupation que l'association souhaite partager, notamment à travers une plateforme d'appels à témoignages, afin d'évaluer l'ampleur de la problématique sur les territoires.

Nommée Capotes on est à sec! et accompagnée du hashtag #niquesanspanique, la plateforme souhaite recueillir des paroles d'associations, mais également du secteur professionnel (infirmerie scolaire, travail social) et de bénéficiaires, qui ne trouveraient plus cet outil de prévention gratuitement.

«L'idée est de rassembler un maximum de témoignages et de les faire remonter aux politiques. On ne lâchera pas là-dessus», assène Sarah Durocher, membre du bureau national du Planning familial.

La distribution verticale des préservatifs gratuits diffère d'une région à une autre. Elle comprend des pochettes dites préservatifs duo standards et préservatifs duo XL, avec préservatifs masculins et dosette de gel, des préservatifs féminins et des préservatifs en vrac tailles standard et XL.

Médicaliser la sexualité

Santé Publique France, établissement public sous la tutelle du ministère de la Santé, distribue chaque année environ cinq millions de préservatifs masculins et 360.000 préservatifs féminins à l'Agence régionale de santé (ARS) pour un budget annuel de 850.000 euros, selon les chiffres de Santé Publique France. À noter que l'institution diffuse ces matériels de prévention «au titre de la prévention du VIH et autres IST».

C'est ensuite l'ARS elle-même qui va parfois dispatcher ces préservatifs aux acteurs locaux (plannings familiaux et autres associations). Dans certaines régions, l'ARS délègue cette distribution aux Instances régionales de l'éducation et de promotion de la santé (IREPS).

Sarah Durocher observe «une baisse assez régulière de préservatifs gratuits. Ce sont d'abord des plus petites associations souvent de lutte contre le sida, qui nous ont interpellées. Elles avaient de moins en moins accès à ces préservatifs gratuits...».

Un problème qui semble surtout s'installer en région, moins palpable à Paris, où l'association Paris sans sida effectue un important travail de prévention, conjointement avec la municipalité.

Si le Planning familial s'est montré très prudent à l'annonce des préservatifs remboursés, «re-médicaliser la sexualité, on sait bien que ça ne fonctionne pas!», appuie Sarah Durocher, il s'alarme aujourd'hui d'une possible corrélation entre cette nouvelle mesure et la baisse de dotations des préservatifs gratuits.

Des choix insupportables

En Auvergne-Rhône Alpes, cet amaigrissement du chiffre de préservatifs gratuits affole les associations. Véronique Dalemans, coordinatrice régionale du Planning, interpelle sur la ruralité de la région et les dégâts qu'une pénurie pourrait engendrer: «Il ne faut pas oublier que c'est un territoire rural, composé à 80% de montagnes. En dehors des villes, les gens ont très peu accès à des distributeurs ou des lieux qui ont des préservatifs. Il y a un défaut de mobilité…Si nous ne pouvons plus en distribuer, que se passera t-il?» Une baisse qui, de plus, se confronte à une demande en hausse.

Dans cette région, le Planning familial est présent dans neuf départements sur douze, soit une quarantaine de lieux. Ce qui représente 160.000 personnes, dont environ 45.000 scolaires. «Alors forcément, on distribue beaucoup. Et on ne cesse d'alerter tout le monde sur cette baisse.» D'autant que sur ces neuf lieux, «trois sont juste des établissements d'information, donc dépendant du gratuit. Les autres, qui sont des centres de planification, sont gérés par le département, qui va donc financer, en partie, les contraceptifs».

Les chiffres, eux, sont sans appel. En Isère, la dotation a été divisée par deux, passant de 30.000 à 15.000. Cécile Bruzzese, conseillère conjugale au Planning de Clermont Ferrand, indique avoir reçu 3.000 préservatifs, contre 15.000 auparavant. Pour une prochaine demande en...2020. «On sera donc dans l'obligation d'en acheter nous-mêmes, de mettre ça dans notre dossier de financement. Or en parallèle, nos subventions sont en baisse...»

«Des enseignants de SVT ne peuvent plus faire leur action de prévention faute de préservatifs.»
Sonia*

Alors certaines associations font des choix, insupportables pour elles et leurs missions de prévention: «Il y a des plannings familiaux qui ne distribuent plus aux scolaires lors des interventions..

Un paradoxe qui agace Sarah Durocher. «On ne peut pas faire des campagnes de prévention et en même temps ne pas distribuer de préservatifs dans les lieux de prévention! On va être obligé d'empiéter sur un budget déjà fragile… Peut-être peut-on envisager une mobilisation collective des associations?»

En attendant, la récente plateforme, ouverte depuis le 14 juin, accueille les premiers inquiets. Ainsi, Aurélien*, bénévole au Planning familial de Tours, indique qu'«il est difficile de prévoir des animations sur la réduction des risques, car nous devons limiter le stock de préservatifs à cause d'un gros manque».

Annaëlle*, infirmière scolaire dans la région nantaise, indique ne pas avoir reçu son habituelle commande du 1er décembre (journée mondiale de lutte contre le VIH). «La demande des élèves était très présente et je n'ai pu y répondre, cela m'a mise en difficulté.»

Tout comme sa collègue Sonia*, qui confie à la plateforme son désarroi face à «des enseignants de SVT qui ne peuvent plus faire leur action de prévention faute de préservatifs. L'ARS n'en donne plus!»

Laurine*, quant à elle, explique que sa situation économique ne lui permet plus d'en acheter et s'inquiète «de devoir un jour renoncer à ces outils, à mes droits en santé sexuelle».

Dans un Point accueil et d'écoute jeunes (PAEJ) de la région Occitanie, qui reçoit beaucoup de jeunes en situation précaire, Elisabeth* s'insurge de la réponse de l'ARS, qui lui dit d'attendre 2020 pour la prochaine commande. «Je suis en colère car mon association n'a pas les moyens d'en acheter. On a l'impression que bientôt les jeunes auront un carnet de dix tickets par mois pour aller chercher leurs capotes!»

«La responsabilité est bien au fournisseur, c'est-à-dire l'État, via Santé Publique France.»
Léo Calzetta, coordinateur du CRIPS

Alors quels sont les critères de Santé Publique France en matière de répartition? Léo Calzetta, coordinateur du Centre régional d'information et de prévention du sida et pour la santé des jeunes (CRIPS) de l'IREPS Auvergne-Rhône Alpes, qui s'occupe de la distribution sur ce territoire, indique que trois critères sont pris en compte pour l'arbitrage des dotations régionales: la démographie, le taux de découvertes VIH dans la région et les volumes commandés en 2016 et 2017.

La région Auvergne-Rhône Alpes reçoit ainsi 425.000 préservatifs, dont 318.000 duos et 107.000 en vrac. Un chiffre pas si conséquent «quand vous voyez la superficie de la région et les demandes» souligne Cécile Bruzzese.

«Au final, l'ARS a une marge de manœuvre assez limitée, résume Léo Calzetta. La responsabilité est bien au fournisseur, c'est-à-dire l'État, via Santé Publique France. C'est effectivement une situation délicate. L'IREPS, qui distribue sur la région Auvergne-Rhône Alpes, est le dernier arbitrage. Donc quand nous établissons un refus, ce n'est jamais de gaieté de cœur.»

Dans la région Grand Est aussi, le problème commence à se faire sentir. Ici, l'ARS a fait le choix de co-gérer la distribution avec la Coordination régionale de lutte contre le VIH (COREVIH).

Anne Misbach, coordinatrice COREVIH, insiste sur la nécessité d'avoir «une politique volontariste. Si on s'en tient seulement à la dotation de Santé Publique France, on ne peut pas couvrir nos besoins à l'année. Alors la COREVIH finance le surplus nécessaire, avec l'accord de l'ARS».

La région, grande comme deux fois la Belgique, reçoit environ 100.000 préservatifs, dont 35.000 en vrac. «On a fourni les prides, avec 15.000 préservatifs. On voit donc bien que ce chiffre n'est pas suffisant. On finit alors par mettre en place des critères d'arbitrage, donc d'exclusion.» Un contresens total pour cette professionnelle. «On nous demande de continuer à faire la promotion des capotes mais à côté de ça la dotation de l'État est insuffisante

Les jeunes, mis de côté

Au-delà de ces inquiétudes de chiffres, un questionnement lié au facteur humain se profile. Auparavant, ces dotations de préservatifs gratuits par Santé Publique France étaient à destination de deux publics principaux. Les publics dits «vulnérables», migrants, travailleurs et travailleuses du sexe, détenus, consommateurs de drogues, et le public «jeune», notamment en lien avec le premier rapport sexuel. Or, Santé Publique France paraît avoir recentré sur les publics vulnérables.

Capture d'écran d'une page, aujourd'hui supprimée, du site Santé Publique France qui définissait les cibles de la distribution des préservatifs gratuits. | Capture d'écran via santepubliquefrance.fr

«Il semblerait que le public jeune soit passé à la trappe!», remarque Cécile Bruzzese, du Planning de Clermont Ferrand. Un second objectif qui aurait disparu quasiment en même temps que l'arrivée du préservatif remboursé, notent les professionnel·es.

Contactée, Santé Publique France assure que «les objectifs n'ont pas été modifiés. Il s'agit bien de promouvoir l'utilisation du préservatif auprès des jeunes et d'assurer son accès aux populations très exposées et/ou en grande difficulté sociale».

En revanche, l'Agence nationale de santé publique indique bien que «le budget annuel est réparti entre les régions» mais que «cette répartition a été revue en 2018 (la précédente datant de 2005).» Cette nouvelle distribution régionale est-elle à l'origine de ce début de pénurie? Nul doute que les associations et les bénéficiaires sauront continuer à alerter.

* Les prénoms ont été changés.

Elsa Gambin Journaliste indépendante, ancienne éducatrice spécialisée

Newsletters

«Lorsque je lui demande du plus sérieux, c'est silence radio»

«Lorsque je lui demande du plus sérieux, c'est silence radio»

[C'est compliqué] Cette semaine, Lucile conseille Alicia, qui aimerait que ce qui fut une relation extra-conjugale se transforme en quelque chose de plus solide.

Il existe enfin des vêtements adaptés à la ménopause

Il existe enfin des vêtements adaptés à la ménopause

Et aussi des produits cosmétiques spécifiques.

Les marcheurs lents sont plus susceptibles de tomber malades lorsqu'ils sont vieux

Les marcheurs lents sont plus susceptibles de tomber malades lorsqu'ils sont vieux

Les scientifiques ont découvert que les personnes d'âge moyen qui marchent plus lentement ont des poumons, des dents et un système immunitaire plus faibles.

Newsletters