Économie

Les requins sont de retour à Cape Cod et c'est bon pour le tourisme

Temps de lecture : 2 min

Ne croyez pas les Dents de la mer: les requins, ça rapporte.

Hot shark summer | Joseph Prezioso / AFP
Hot shark summer | Joseph Prezioso / AFP

En 1975, Steven Spielberg mettait en scène la panique causée par l’arrivée d’un requin mangeur d’homme au large de l’île de Martha’s Vineyard. Afin ne pas faire fuir les touristes, le maire du film faisait tout pour que personne ne soit au courant de la présence du prédateur.

À Cape Cod, station balnéaire à quelques minutes seulement du lieu de tournage du film, les grands requins blancs sont de retour en nombre. Grâce à des dizaines d’années d’efforts de préservation des animaux ainsi que de leurs proies, ils croisent désormais de nouveau dans les eaux du Massachusetts pendant l’été. Mais la réalité n'imite pas toujours la fiction, car loin de créer une psychose, ils sont au contraire un aimant à touristes.

Après avoir mené neufs focus groupes, la chambre de commerce de Cape Cod a déterminé que «les gens sont tout-à-fait au courant de la présence de requins, mais ça ne les éloigne pas de la zone», au contraire. À l'exception des boutiques de surfs, dont la clientèle est particulièrement victime d’attaques de requins, les commerce se frottent les mains.

Car si le film de Spielberg à pu propager une phobie des requins, ils les a surtout rendus immensément populaires. Dans la petite ville de Chatham, d’innombrables boutiques vendent des goodies sur le thème: bijoux, vêtements, casquettes à leur effigie, t-shirt «Nice to eat you», tout y est.

2.500 dollars pour nommer son requin

Le Chatham shark center, un centre d’études sur les requins, a ouvert en 2012. L’an dernier, il accueilli 16.000 personnes. Une hausse de 60% depuis 2016 selon sa conservatrice, Cynthia Wigren. En plus d’une boutique de souvenirs, les fans du prédateur peuvent, pour 500 dollars (448 euros), sponsoriser l’achat d’une bouée de détection. Et pour la modique somme de 2.500 dollars (2.242 euros), il est possible de choisir le nom de l’animal qu’elle détectera.

Le graal du tourisme pour requin est évidemment d’aller les voir en vrai. Il est ainsi possible d’aller plonger à leur rencontre ou simplement de les observer depuis un bateau. Il en coûtera environ 300 dollars par personne.

Il faut par contre faire parfois profil bas. Les panneaux «Des gens ont été sévèrement blessés le long de ces côtes» qui parsèment la plage ne sont pas là que pour faire frémir baigneurs et baigneuses. L’an dernier Arthur Medici, un jeune américain de 26 ans a succombé aux morsures d’un grand requin blanc. Le premier dans l’État depuis 1936. Il a alors fallu ranger discrètement les serviettes «Envoyez plus de touristes…. les derniers étaient délicieux».

Slate.fr

Newsletters

Le changement climatique va coûter cher à tous les pays

Le changement climatique va coûter cher à tous les pays

Aux États-Unis, la somme pour remédier à ses conséquences pourrait représenter jusqu'à 10,5% du PIB d'ici à 2100.

Donald Trump souhaite racheter le Groenland

Donald Trump souhaite racheter le Groenland

La proposition semble très sérieuse.

Le régime de séparation de biens se fait au détriment des femmes

Le régime de séparation de biens se fait au détriment des femmes

Les couples qui s'apprêtent à se marier optent de plus en plus pour un contrat individualisant leurs patrimoines. Une prise en compte du risque de divorce, mais pas seulement.

Newsletters