Sciences

L'Europe de l'Est, championne de la parité dans les métiers scientifiques

Temps de lecture : 2 min

La région est encore influencée par son passé communiste et son idéal d'égalité parfaite entre les individus.

En Lituanie, 57% des scientifiques et des ingénieur·es sont des femmes, suivie par la Bulgarie et la Lettonie avec 53%. | fernandozhiminaicela via Pixabay
En Lituanie, 57% des scientifiques et des ingénieur·es sont des femmes, suivie par la Bulgarie et la Lettonie avec 53%. | fernandozhiminaicela via Pixabay

La science est encore un monde d'hommes qui manque cruellement de femmes. D'après le rapport de l'Unesco sur la science: vers 2030, les femmes représentent seulement 28% des personnes qui font de la recherche dans le monde. Depuis 1903, année où Marie Curie recevait le prix Nobel pour la première fois, les femmes sont en outre sous-représentées dans les cérémonies de remise de prix: près de 600 hommes contre seulement 51 femmes (Marie Curie en ayant reçu 2) ont remporté la récompense tant convoitée en physique, chimie ou médecine, soit 4% des lauréat·es.

Une région fait exeption à la règle: l'Europe de l'Est. Alors que l'Union européenne (UE) affiche de mauvais résultats du point de vue de la parité –deux cinquièmes des scientifiques et ingénieur·es sont des femmes– ce territoire reste influencé par son passé communiste et se montre égalitaire.

Égalitarisme

Selon un rapport récent de l'université de Leiden (Pays-Bas), la Pologne et la Serbie tirent aussi leur épingle du jeu. Leurs universités ont été classées parmi les meilleures au monde pour l'égalité des sexes dans les publications de recherche. Selon Eurostat la Lituanie n'est pas en reste avec 57% de femmes scientifiques et ingénieur·es, suivie par la Bulgarie et la Lettonie avec 53%.

Pourquoi font-ils mieux que nous? L'héritage soviétique y est pour beaucoup. L'idée que l'égalité entre les individus devait être atteinte par tous les moyens et dans tous les domaines passait par le travail, qui occupait une place de choix dans le processus de libération des femmes: «Pour qu'elle soit réellement émancipée, pour qu'elle soit vraiment l'égale de l'homme, il faut qu'elle participe au travail productif commun et que le ménage privé n'existe plus», affirmait Lénine.

En Union soviétique, ces dernières étaient encouragées à s’engager dans des disciplines scientifiques. Depuis 1991 ces pays ont ainsi enregistré un nombre croissant de femmes scientifiques, principalement dans des «champs traditionnels pour les femmes», tels que la médecine clinique, la biologie et la recherche biomédicale.

La région a bien compris l'importance de la femme dans le monde scientifique. «Soutenir la place des femmes dans la recherche, c'est se donner toutes les chances d'une innovation scientifique bénéfique à tous», a déclaré Alexandra Palt, directrice générale de la Fondation L'Oréal –une association qui encourage les femmes scientifiques– à Sciences et Avenir.

Newsletters

À cause de la fonte des glaces, les ours polaires utilisent quatre fois plus d'énergie pour survivre

À cause de la fonte des glaces, les ours polaires utilisent quatre fois plus d'énergie pour survivre

Ces mammifères doivent nager pendant trois jours ou parcourir de grandes distances sur la terre à la recherche de nourriture.

Selon la science, il est possible de communiquer avec une personne qui est en train de rêver

Selon la science, il est possible de communiquer avec une personne qui est en train de rêver

Les rêveurs ont notamment été capables de répondre à des questions ou encore aptes à faire des mathématiques.

Le cotonéastre, une «super-plante» qui absorbe la pollution atmosphérique sur les routes

Le cotonéastre, une «super-plante» qui absorbe la pollution atmosphérique sur les routes

Les haies de sa sous-espèce, le cotoneaster franchetii, qui pousse le long de l'asphalte, sont 20% plus efficaces que d'autres plantes.

Newsletters