Société

Les techniques pour diminuer le plastique dans nos vêtements

Temps de lecture : 2 min

Il ne suffit pas de regarder l'étiquette.

La production de polyester s'est multipliée par dix depuis 1980, pour atteindre 53,7 millions de tonnes en 2017. | Pexels via Pixabay
La production de polyester s'est multipliée par dix depuis 1980, pour atteindre 53,7 millions de tonnes en 2017. | Pexels via Pixabay

Aujourd'hui, plus de la moitié des textiles produits chaque année contiennent du plastique. La production de polyester s'est multipliée par dix depuis 1980, pour atteindre 53,7 millions de tonnes en 2017, selon les données recueillies par le Textile Exchange –ce qui implique la consommation d'une quantité importante de pétrole et de beaucoup d'énergie.

Malgré les mythes persistants aux sujets des matériaux recyclés (coûts trop élevés et faible demande), la diminution du plastique dans les produits de consommation est un sujet qui devient de plus en plus important pour les personnes qui les achètent. Les entreprises devront s'adapter.

Si l'argument marketing ne fonctionne pas auprès des entreprises, des taxes pourraient obliger les marques à changer. Dans son rapport intitulé Fixing Fashion, publié en février 2019, le Comité d'audit environnemental anglais a déclaré qu'une taxe d'un pound sur chaque vêtement permettrait de collecter 35 millions de livres par an pour améliorer les infrastructures de collecte et de tri des vêtements.

Des procédés pour changer

Pour les entreprises, des techniques existent pour recycler le plastique. En triant et en transformant les déchets en copeaux, des producteurs tels qu'Unifi aux États-Unis, qui fabrique la fibre recyclée Repreve, disposent de techniques capables de transformer les copeaux en fil.

À elle seule, Unifi a traité plus de 16 milliards de bouteilles depuis 2008 et espère atteindre 30 milliards d'ici 2022. L'entreprise fournit Patagonia ainsi que des marques comme Ford, pour laquelle elle fabrique des revêtements de sièges.

«Nous avons lancé notre premier polyester recyclé en 1993», a insisté Matt Dwyer, directeur de l'innovation des matériaux chez Patagonia, au Guardian. Plus de 80% de la matière synthétique que l'entreprise utilise est transformé.

Il serait nécessaire que davantage de marques prennent part au combat contre le plastique alors que nous jetons environ 48 millions de tonnes de vêtements chaque année. Tolemia Gregory, blogueuse de mode durable, n'est pas très optimiste: «La grande question qui me préoccupe, c'est que oui, nous pouvons faire pression pour que les marques deviennent plus durable. Mais, tant qu'elles continueront de produire autant de vêtements, je pense que rien ne changera.»

Robin Lemoine

Newsletters

C'est trop facile de dire que les femmes sont coupables d'en faire trop

C'est trop facile de dire que les femmes sont coupables d'en faire trop

L'égal partage des tâches domestiques est difficile à atteindre, y compris quand on est féministe. Et ça n'a rien à voir avec une guerre de territoire ni une exigence naturellement féminine.

Face à l'arrivée des réfugiés, la population européenne bricole une hospitalité

Face à l'arrivée des réfugiés, la population européenne bricole une hospitalité

Des actions collectives spontanées initiées par des volontaires non politisé·es peuvent aboutir à des actions ayant un impact sur les opinions publiques. Mais pas sur l'accueil des réfugié·es lui-même.

À la place du clivage droite-gauche, de multiples fractures françaises

À la place du clivage droite-gauche, de multiples fractures françaises

Au sein de la population française, la perte de repères politiques est flagrante.

Newsletters