Parents & enfants / Culture

«Je pense que la transition écologique pourrait venir des enfants Barbapapa»

Temps de lecture : 5 min

Barbotine, Barbidou, Barbalala et les autres n'ont pas tout à fait adopté la trajectoire prévue. À moins que...

Au premier rang, Barbouille et Barbibul; au second rang, Barbidur, Barbalala, Barbabelle et Barbotine. Absent: Barbidou. | Capture d'écran via YouTube
Au premier rang, Barbouille et Barbibul; au second rang, Barbidur, Barbalala, Barbabelle et Barbotine. Absent: Barbidou. | Capture d'écran via YouTube

Allez savoir pourquoi je suis passé au travers du phénomène Barbapapa étant gamin. Peut-être parce que je suis né après la bataille, au milieu des années 1980, alors que les premières salves de livres et de dessins animés datent des années 1970.

À en croire Wikipédia, il n'y a pas eu de nouvelle aventure barbapapesque entre 1981 et 1991, date à laquelle Annette Tison et Talus Taylor ont relancé leur série avec L'Arbre des Barbapapa.

Si j'ai l'impression que la Barbapapa est nettement plus visible qu'il y a quelques années, c'est sans doute parce qu'à force de faire moi-même des enfants, j'ai multiplié mes chances de les trouver sur mon chemin, mais également parce que les produits dérivés se sont multipliés dans les années 2000, et pas seulement à destination des enfants.

Futurs parents, préparez-vous: dès leurs premiers jours d'existence, vos enfants risquent de recevoir des produits estampillés «Barbapapa». Chez moi, il a notamment fallu expérimenter le jeu d'adresse à base de petits Barbapapa en mousse, la veilleuse pour les nuits difficiles, la peluche déformable remplie de billes de polystyrène, le porte-monnaie et, pire que tout, le «Jacques a dit électronique», aussi mauvais pour les tympans que pour la santé mentale.

La vidéo ci-dessous n'est pas sponsorisée, bien au contraire: je pense qu'elle peut vous convaincre de ne JAMAIS acheter ce jeu, sauf à des enfants dont vous détesteriez les parents.

Toujours est-il que les personnages de la famille Barbapapa pullulent dans mon existence depuis pas loin de neuf ans. Je ne parle même pas des livres et des DVD qui sont venus s'ajouter peu à peu à la liste. Tout était réuni pour que, tôt ou tard, la mère de mes enfants et moi-même atteignions le point de saturation.

Pourtant, la famille Barbapapa n'est pas antipathique: elle prône l'éducation positive, la vie au grand air, le do it yourself... C'est même sans doute la première famille zéro déchet de France. Mais que voulez-vous. Même les personnages les plus gentils et bien intentionnés finissent par agacer. C'est la réalité de la vie. On n'est pas dans le monde des Bisounours ici.

Destination finale

Alors nous avons commencé à faire ce que, par bienveillance, nous nous interdisons lorsqu'il s'agit de personnes réelles: de temps à autre, la famille Barbapapa devenait un défouloir. Nous imaginions avec appétit les événements dramatiques qui finiraient par détourner cette smala bigarrée de son chemin pavé de bonheur.

Je m'abstiendrai de développer en détails les accidents de la vie qui pourraient survenir et briser l'harmonie de la famille, mais le fil directeur consistait à mixer peu à peu l'univers des Barbapapa et celui de la saga Destination finale.

Dans les cinq films qui composent cette franchise, «la Mort» fait preuve d'une imagination débordante afin de récupérer des jeunes gens qui auraient dû passer l'arme à gauche.

Le principe est celui de l'effet domino: n'importe quel micro imprévu peut entraîner votre mort par noyade, décapitation ou écrasement par un piano. Les Barbapapa étant déformables à l'envi, ça rend les choses encore plus rigolotes.

De façon nettement moins puérile, il nous est aussi arrivé de projeter sur les enfants Barbapapa nos propres angoisses de parents. Avec notamment cette grande question: suffit-il d'élever ses enfants de façon positive, en prônant des valeurs de respect de la planète et des autres, pour en faire de bonnes personnes? Bien sûr que non.

En consacrant sa vie à l'activité sportive, Barbidur n'est pas à l'abri de devenir l'un de ces hygiénistes intolérants qui méprisent les personnes moins affûtées que lui.

Sur le très sérieux site officiel des Barbapapa, sa fiche signalétique indique même que dès l'enfance, il est «assez vantard». Un défaut qui risque de s'amplifier en grandissant. Barbidur a tout pour devenir ce type qui soulève de la fonte dix heures par jour en expliquant à qui veut l'entendre (et aux autres) que quand on veut, on peut.

«La déception fait partie du jeu»

De même, Barbotine, la sœur orange qui sait tout sur tout, risque bien de finir par ennuyer tout le monde par sa pédanterie. Elle qui aime tant jouer à l'institutrice n'est jamais loin de se transformer en donneuse de leçons.

À l'âge adulte, bien que membre de l'Éducation nationale, elle ne cessera de fustiger ses élèves, jamais assez intelligent·es pour elle, ainsi que ses collègues, à qui elle estime être bien supérieure. «Statistiquement, quand tu fais sept gosses, il y a effectivement des chances pour que certains ne soient pas aussi parfaits que ce que tu aurais voulu», confirme Mathieu, 44 ans et père de trois enfants.

«Les valeurs enseignées par les parents Barbapapa sont super louables: chouchouter la nature, dire non au béton et au capitalisme, favoriser la récup... Mais on sait bien que par paresse, ou parce qu'ils vont rencontrer des gens moins impliquées qu'eux, certains des enfants Barbapapa risquent de finir par vivre dans des immeubles et par commander n'importe quoi grâce à Amazon Prime. Quand tu te reproduis, il faut t'attendre à ce genre de revers. La déception fait partie du jeu.»

À supposer que Mathieu ait raison, comment alors réagiraient les parents Barbapapa? «Alors là, difficile à dire. Ils sont tellement dans leur monde, je crois qu'ils pourraient ne pas s'en remettre. Quand tu te sens déçu ou trahi par tes enfants, tu fais quoi? Tu essaies d'en discuter avec eux, mais la réaction que tu risques de recevoir, c'est: "Papa, tu me rabâches les mêmes discours depuis trente ans, j'ai fait mes choix, change de disque." Mais j'imagine bien Barbapapa décider d'excommunier ses gosses les plus consuméristes et les moins écolos, au grand désespoir d'une Barbamama qui essaie de lui rappeler que ce sont leurs enfants pour toute la vie, quoi qu'il arrive.»

Élise, 33 ans, imagine les choses de façon plus positive: «Je pense que la transition écologique pourrait venir des enfants Barbapapa. Je les vois bien en copains et copines de Greta Thunberg. Je pense qu'un vrai mouvement populaire pourrait naître, à l'initiative de Barbidou.»

Barbidou est le Barbapapa jaune, celui qui affectionne tout particulièrement les animaux et la nature. «Il ne faut pas oublier que les Barbapapa ont beaucoup d'imagination, et que leur côté pâte à modeler les rend aptes à exécuter les tâches les plus surhumaines», reprend Élise.

«Nettoyer les mers et les océans, préserver les espèces en danger, faire dégager les responsables politiques irresponsables... d'un seul coup, tout semblerait possible. Quand j'étais petite, même si je ne connaissais pas le mot, les Barbapapa m'ont donné le goût de l'utopie. Je me sens un peu idiote de parler de ça de façon sérieuse, mais je pense qu'avec des êtres humains ayant le charisme et les compétences des Barbapapa, notre monde aurait une chance de se remettre du traitement qu'on lui inflige actuellement.»

Je me suis dit qu'Élise n'avait pas tort, et ça m'a d'ailleurs fait un peu regretter d'avoir imaginé les Barbapapa dans des situations aussi atroces que mortelles. Alors que ce sont des enfants attachant·es, fruits d'une éducation sensible et attentive de la part de parents faisant de leur mieux.

Thomas Messias Prof de maths et journaliste

Newsletters

Des écoles du Colorado équipées de litières en cas de confinement lors d'une fusillade

Des écoles du Colorado équipées de litières en cas de confinement lors d'une fusillade

Pour la pré-rentrée, le personnel enseignant a reçu des seaux et de la litière pour chat à utiliser en cas de verrouillage des classes pendant une fusillade.

En Chine, des écoles financées par l'industrie du tabac

En Chine, des écoles financées par l'industrie du tabac

La première productrice mondiale de tabac investit dans les écoles primaires des zones rurales de la Chine, et cherche à exporter ce modèle à l'étranger.

«Je vois bien Fantômette à la tête d'une académie consacrée aux super-héroïnes»

«Je vois bien Fantômette à la tête d'une académie consacrée aux super-héroïnes»

Le personnage créé par Georges Chaulet n'a toujours pas fait tomber le masque. Ça commence à être un peu ridicule.

Newsletters