Santé

«Je suis à la limite de l'anorgasmie»

Temps de lecture : 4 min

[C'est compliqué] Cette semaine, Lucile conseille Clément qui vit une relation amoureuse sous le signe du tumulte et n'arrive pas à atteindre l'orgasme lors des rapports sexuels.

«J'en finis par croire que nous ne sommes tout simplement pas compatibles, voire toxiques l'un pour l'autre.» | Bodie Strain via Flickr 
«J'en finis par croire que nous ne sommes tout simplement pas compatibles, voire toxiques l'un pour l'autre.» | Bodie Strain via Flickr 

«C'est compliqué» est une sorte de courrier du cœur moderne dans lequel vous racontez vos histoires –dans toute leur complexité– et où une chroniqueuse vous répond. Cette chroniqueuse, c'est Lucile Bellan. Elle est journaliste: ni psy, ni médecin, ni gourou. Elle avait simplement envie de parler de vos problèmes. Si vous voulez lui envoyer vos histoires, vous pouvez écrire à cette adresse: [email protected]

Vous pouvez aussi laisser votre message sur notre boîte vocale en appelant au 07 61 76 74 01 ou par Whatsapp au même numéro. Lucile vous répondra prochainement dans «C'est compliqué, le podcast», dont vous pouvez retrouver les épisodes ici.

Et pour retrouver les chroniques précédentes, c'est par là.

Chère Lucile,

Je suis en couple avec une femme plus jeune que moi d'une dizaine d'années. Elle est divinement belle, intelligente, très sociable et attire la convoitise des hommes (et de certaines femmes).

Il y a quelques années, nous étions amis, et plus récemment (on va dire un peu plus de six mois), comme nous étions célibataires au même moment, nous nous sommes retrouvés elle et moi comme amis et partenaires, de soirée comme de loisir.

De fil en aiguille, je l'ai redécouverte, elle se doutait de mes sentiments et c'est elle qui a provoqué le destin. Nous avons de très forts sentiments l'un pour l'autre, mais…

Nous passons notre temps à nous disputer. Pour tout: ses (nombreux) ex, notre passion commune, sa façon de vivre notre relation cachée aux yeux du plus grand nombre, son refus de vivre avec moi pour l'instant.

Tombée de cheval de nombreuses fois, elle ne veut pas prendre de risques et aller trop vite à son goût pour ne pas encore avoir à galérer et se reconstruire en cas de rupture. Et ça a le don de m'insupporter.

Elle craint mes réactions colériques, voire stoïques et froides lorsque je suis contrarié. J'ai beaucoup progressé en la matière, mais ça ne lui suffit pas. Elle est tout le temps dans l'analyse et dicte le tempo de notre relation.

L'un des symptômes de notre relation conflictuelle est que je n'ai jamais délivré la moindre goutte de semence pendant nos ébats (et d'un point de vue médical, tout va bien chez moi) alors que je n'ai jamais connu de relation aussi épanouissante de toute ma vie sur ce plan.

Conséquence: elle pense ne pas me convenir sexuellement. J'ai consulté un sexologue, mais à part me conseiller de faire exactement l'inverse de ce que doit faire l'éjaculateur précoce –et c'est un échec– je n'en ai rien tiré. Je suis à la limite de l'anorgasmie (c'est rare, mais ça existe chez l'homme.)

J'en finis par croire que nous ne sommes tout simplement pas compatibles, voire toxiques l'un pour l'autre, et pourtant, quand bien même nous nous sommes séparés quelques jours, nous nous retrouvons le plus rapidement possible.

Comment selon vous peut-on accepter l'autre, alors que cette relation est passionnelle à souhait et que nous avons tous les deux un vécu chargé (très chargé pour elle)? Y voyez-vous un réel problème de confiance et de qualité de dialogue?

Clément.

Cher Clément,

Je pense en effet que les rapports sexuels peuvent catalyser grand nombre des problèmes du couple. C'est pour cela qu'il est important de bien se connaître et de toujours s'écouter. Il est possible que la relation soit passionnée et que la compatibilité sexuelle ne soit pas au rendez-vous. L'inverse existe également.

La violence de votre réaction physique semble quand même symptomatique d'un blocage: quelque chose ne va pas. Ce que vous retenez peut être le signe d'un défaut de confiance… en elle ou en vous. Mais rien ne me semble impossible tant que la volonté de dialoguer et de continuer ensemble le chemin est là. C'est un travail séparément et ensemble que vous allez devoir faire.

De son côté, votre compagne a besoin de reconstruire sa confiance. Vous, vous semblez avoir besoin de trouver votre place dans la relation, de construire un équilibre entre vous. Surtout, vous avez besoin l'un et l'autre de décider de ce dont vous avez vraiment besoin et si cet objectif a du sens dans l'avenir.

Pour l'instant, l'un comme l'autre, vous semblez vous complaire dans une relation pansement, passionnelle et destructrice qui agit comme une drogue.

Dialoguer n'a de sens que si l'échange se fait sur un pied d'égalité. Pourtant vous comme elle restez sur la défensive, comme si chacun avait peur de blesser ou de se faire blesser. C'est un sentiment noble mais qui vous empêche d'exprimer toute faiblesse ou sincérité totale. Le filtre qu'il représente est désormais un vrai mur entre vous et votre corps le manifeste par l'anorgasmie.

C'est ce mur qu'il faut casser. Mais c'est un choix qui suppose un véritable engagement. Il faut accepter l'un et l'autre de se mettre en situation de fragilité. Il faut décider de construire ensemble, de rater, de tâtonner. Il faut sortir d'une posture de survie ou d'une vision égoïste pour faire le pari de l'avenir à deux. C'est à dire qu'il faut décider, parce que les sentiments l'imposent, de repartir de zéro ensemble.

Je suis convaincue que c'est le seul moyen de rendre cette histoire viable. Sinon, cet entre-deux où vous vous déchirez pourrait bien durer longtemps mais laisser des cicatrices.

La question, la vraie, n'est pas si vous savez dialoguer mais comment êtes-vous prêts à le faire et jusqu'où? Aller voir un médecin ou un analyste est envisageable mais à deux et non pas séparément.

L'anorgasmie, comme les disputes, n'est pas seulement votre problème mais un problème de couple. Comme les blessures passées de votre compagne le sont également. C'est cette posture différente qui pourrait bien vous sauver… si vous le décidez.

«C'est compliqué», c'est aussi un podcast. Retrouvez tous les épisodes:

Lucile Bellan Journaliste

Newsletters

Les juges de Trump ont peut-être trouvé la parade pour bloquer le droit à l'IVG

Les juges de Trump ont peut-être trouvé la parade pour bloquer le droit à l'IVG

Au mépris de la jurisprudence, la Louisiane, le Texas et le Mississippi semblent vouloir empêcher les cliniques de contester leurs législations avant même que des litiges ne soient ouverts.

Boire du thé vert ne réduit pas les risques de cancer

Boire du thé vert ne réduit pas les risques de cancer

On prête au thé, et notamment au thé vert, d'innombrables vertus. Pourtant, aucun effet n'a jamais été mis en évidence chez l'être humain.

Il existe un médicament miracle pour la schizophrénie

Il existe un médicament miracle pour la schizophrénie

Mais presque personne n'y recourt.

Newsletters