Culture

Scarlett Johansson veut pouvoir jouer «n'importe quelle personne, n'importe quel arbre»

Temps de lecture : 2 min

L'actrice n'a toujours pas digéré d'avoir dû renoncer à un rôle d'homme transgenre.

Scarlett Johansson présente «Avengers: Endgame» à Los Angeles, le 22 avril 2019 | Valerie Macon / AFP
Scarlett Johansson présente «Avengers: Endgame» à Los Angeles, le 22 avril 2019 | Valerie Macon / AFP

Il est visiblement difficile pour Scarlett Johansson de passer à autre chose. Quelques temps après avoir été accusée de whitewashing parce qu'elle avait incarné Motoko Kusanagi dans l’adaptation live de Ghost in the shell, l'actrice avait accepté un rôle d'homme transgenre dans Rub & Tug.

Ce nouveau projet de Rupert Sanders (déjà réalisateur de Ghost in the shell) devait revenir sur l'histoire vraie de Dante Tex Gill, un truand transgenre qui devint le parrain du Pittsburgh des années 70 grâce à une entreprise de faux salons de massage.

Face à la nouvelle polémique qui avait commencé à enfler, Scarlett Johansson avait finalement décidé d'abandonner le projet. Elle avait accompagné sa décision d'un communiqué dans lequel elle disait comprendre pourquoi les associations LGBT étaient montées au créneau.

Extrait: «Je comprends pourquoi beaucoup de gens pensent que Gill devrait être joué par une personne transgenre, et je suis heureuse que ce débat, bien que polémique, ait permis d'ouvrir davantage la réflexion sur la diversité et la représentation dans les films».

Des humains et des arbres

Un an plus tard, la pilule semble avoir toujours du mal à passer. Le projet Rub & Tug est au point mort, et l'actrice n'a pu s'empêcher de revenir sur cette affaire pour le magazine As If. «En tant qu'actrice, je devrais avoir le droit de jouer n'importe quelle personne, n'importe quel arbre, n'importe quel animal, parce que c'est mon métier, et parce que ce sont les exigences de mon métier». Plus loin, elle ajoute que «l'art devrait s'affranchir des restrictions».

Le plus gênant dans les propos de l'actrice, c'est qu'elle ne fait visiblement pas la différence entre un homme transgenre et un arbre. Il serait effectivement assez difficile de demander à un arbre d'interpréter un arbre, et les besoins de visibilité et de représentation des arbres sont somme toute assez limitées. En revanche, il y a sur cette planète des personnes humaines, dont certaines ambitionnent de faire du cinéma, qui sont un tout petit peu fatiguées que de grandes stars très sollicitées s'emparent de leur identité dans un but de performance artistique.

Slate.fr

Newsletters

Une rentrée 2019 sous le signe des arts lyriques à l’Opéra-Comique

Une rentrée 2019 sous le signe des arts lyriques à l’Opéra-Comique

En cet automne, (re)découvrez une scène historique de la capitale qui met à l’honneur le répertoire lyrique français tout en faisant la part belle à la création contemporaine et aux innovations artistiques.

«Martin Eden», la légende du siècle

«Martin Eden», la légende du siècle

Le film de Pietro Marcello réinvente le grand livre de Jack London pour une traversée hallucinée et lucide d'un passé porteur des promesses, des menaces et des fantômes du présent.

«Sorry for Your Loss», pour en finir avec le deuil parfait

«Sorry for Your Loss», pour en finir avec le deuil parfait

La télévision n'a plus peur d'aborder les questions de santé mentale, et elle commence à comprendre comment le faire intelligemment. La preuve avec «Sorry for Your Loss».

Newsletters