Économie

Les grandes entreprises ne prennent pas assez en compte la transition écologique

Temps de lecture : 2 min

Un quart des entreprises cotées en Bourse ne publie aucune information concernant leurs émissions de gaz à effet de serre.

Dans de nombreux pays, les grandes sociétés n'ont pas l'obligation de publier leurs informations extra-financières. | stevepb via Pixabay
Dans de nombreux pays, les grandes sociétés n'ont pas l'obligation de publier leurs informations extra-financières. | stevepb via Pixabay

Souvenez-vous de l'accord de Paris. Rappelez-vous de ce moment de grâce, où en 2015, 196 dirigeant·es se proclamaient uni·es pour lutter contre la destruction de la biodiversité et le réchauffement climatique.

Quatre ans plus tard, rien n'a vraiment bougé. Encore moins du côté des grandes entreprises, mal parties pour permettre à l'accord de Paris d'être respecté, et donc au réchauffement climatique d'être limité à 2°C. Ce sont les conclusions d'une étude réalisée par Grantham Research Institute de la London School of Economics.

Ce groupe d'investisseurs, qui a pour objectif d'évaluer la capacité des entreprises à agir contre le réchauffement climatique, s'est intéressé aux 274 entreprises cotées en Bourse les plus émettrices de CO2 au monde et qui ont en commun de devoir publier certaines données financières.

Ces scientifiques ont ainsi analysé les résultats des sociétés présentent sur des secteurs clés comme le pétrole, le gaz, l'acier, la construction automobile... Des domaines d'activités représentant 40% des émissions de gaz à effet de serre rejetées par les entreprises à travers le monde.

Silence radio

Selon l'étude, seule une grande entreprise sur huit réduit suffisamment ses émissions et près de la moitié ne prennent pas suffisamment en compte le réchauffement climatique dans leurs prises de décisions internes.

Simon Dietz, codirecteur de l'Institut Grantham, déclarait au Guardian: «Cela fait plus de trois ans que l'accord de Paris a été signé, et cette étude montre que les entreprises améliorent leur planification et sa performance en matière de climat, mais pas assez vite.»

Aussi, les experts démontrent qu'environ un quart des entreprises ne publient aucune information concernant leurs émissions de gaz à effet de serre.

En France et en Europe, les sociétés cotées en Bourse ont l'obligation de publier ces informations extra-financières. Mais, dans de nombreux pays, elles ne sont pas tenus de le faire. Ce sont pourtant des informations essentielles pour permettre aux investisseurs de prendre des décisions en adéquation avec les objectifs de l'accord de Paris.

«C'est une obligation prévue par la loi. Le problème c'est que, même en France, si une entreprise décide de ne pas les publier, les sanctions n'existent pas. Le caractère contraignant est donc assez relatif», déplore Laura Monnier, avocate chez Greenpeace France.

Dans les prochaines années, les entreprises vont-elles nous prouver que nous pouvons avoir confiance en elles, et que le modèle capitaliste, auquel elles tiennent tant, peut nous permettre de gagner la guerre écologique? Restons optimistes.

Newsletters

Trois krachs boursiers en vingt ans, cela fait beaucoup

Trois krachs boursiers en vingt ans, cela fait beaucoup

À l'évidence, le violent recul boursier de ces dernières semaines ne trouve pas son origine dans une crise de la finance. Il n'en pose pas moins beaucoup de questions.

Les sept défis capitaux pour vaincre le coronavirus

Les sept défis capitaux pour vaincre le coronavirus

[TRIBUNE] Seul un véritable effort mondial concerté permettra d'éradiquer le Covid-19, par une coordination des mesures d'endiguement et la mutualisation des ressources médicales.

Le télétravail, et si c'était pas si mal?

Le télétravail, et si c'était pas si mal?

Selon une étude, près de neuf cadres français·es sur dix s'estiment plus efficaces en travaillant à la maison.

Newsletters