Monde

Plus de 400 victimes: en Grande-Bretagne, le démantèlement d'un vaste réseau d'esclavage

Temps de lecture : 2 min

Un gang des West Midlands faisait venir en Grande-Bretagne des bus de Polonais·es pour les exploiter.

Liasses de billets et cartes bancaires aux noms des esclaves du gang retrouvées par la police britannique | Capture d'écran / West Midlands Police
Liasses de billets et cartes bancaires aux noms des esclaves du gang retrouvées par la police britannique | Capture d'écran / West Midlands Police

C'est l'un des plus gros réseaux d'esclavage contemporains connus en Grande-Bretagne: la police estime son nombre de victimes à plus de 400 personnes. Un gang des West Midlands faisait venir en bus de Pologne en Angleterre des individus, âgés de 17 à plus de 60 ans, avec la promesse d'y trouver un travail et une vie meilleure. Une fois arrivées, les victimes étaient enfermées dans des maisons insalubres et forcées d'effectuer divers travaux ouvriers.

Trafic d'êtres humains

Un premier procès avait eu lieu en février dernier, au terme duquel cinq membres du gang, associés à deux familles du crime polonaises, avaient été condamnés pour avoir commis des crimes de trafic d'êtres humains, de travail forcé et de blanchiment d'argent. Ce vendredi, trois autres membres de ce réseau de crime organisé viennent d'être jugés coupables. Leurs peines vont de trois à onze ans d'emprisonnement, et l'un des condamnés, Ignacy Brzezinski, est actuellement en cavale.

Les huit criminel·les –cinq hommes et trois femmes– visaient les plus précaires, choisissant leurs cibles parmi les sans-abris, les ancien·nes détenu·es et les alcooliques. Leur réseau a été démantelé après que deux de leurs victimes ont parvenu à s'échapper en 2015 et ont contacté l'association Hope for Justice.

Violences et humiliations

Entassées à quatre par chambre dans des maisons infestées de rats, parfois sans eau courante, dans les environs de West Bromwich, Smethwick et Walsall, les victimes devaient travailler toute la journée dans des centres de recyclage, des fermes et des usines de transformation de dinde pour un salaire de 20£ par semaine versé sur des comptes contrôlés par les membres du gang. Si elles se révoltaient, elles étaient soumises à des traitements violents et humiliants. L'un·e des prisonnier·es est mort·e en captivité.

On estime qu'entre juin 2012 et octobre 2017, le gang a ainsi gagné plus de deux millions de livres sterling. Marek Chowaniec, âgé de 30 ans, est considéré comme le «visage respectable» de cette organisation, ayant joué un rôle principal auprès des banques et des agences d'emploi.

L'enquête aura duré quatre ans: elle a mené à l'identification de 92 victimes, mais la police estime qu'au moins 350 autres personnes sont passées entre les mains du gang.

Slate.fr

Newsletters

Pourquoi l'art arabe n'est-il pas plus reconnu?

Pourquoi l'art arabe n'est-il pas plus reconnu?

Si le Machrek et le Maghreb occupent depuis longtemps une place de choix sous l'œil médiatique, il en va autrement pour leur scène artistique, pourtant intimement liée à leurs trajectoires politiques.

En Inde, pour empêcher ses étudiants de tricher, une université leur demande de se mettre un carton sur la tête

En Inde, pour empêcher ses étudiants de tricher, une université leur demande de se mettre un carton sur la tête

Une mesure un peu excessive ?

En Croatie, des manifestations dénoncent la libération de cinq hommes suspectés de viol

En Croatie, des manifestations dénoncent la libération de cinq hommes suspectés de viol

Des marches de contestation sont prévues ce samedi dans plusieurs villes croates.

Newsletters