Égalités / Sports

La visibilité des lesbiennes lors de la Coupe du monde a un impact bien au-delà du terrain

Temps de lecture : 2 min

Avec trente-huit joueuses ouvertement lesbiennes ou bisexuelles, cette Coupe du monde féminine fait beaucoup pour l'inclusivité des LGBT+ dans le sport.

Megan Rapinoe après la victoire de l'équipe des États-Unis contre la France lors des quart de finales de la Coupe du monde féminine de football, au stade de Decines-Charpieu, en France, le 2 juillet 2019. | Franck Fife / AFP
Megan Rapinoe après la victoire de l'équipe des États-Unis contre la France lors des quart de finales de la Coupe du monde féminine de football, au stade de Decines-Charpieu, en France, le 2 juillet 2019. | Franck Fife / AFP

Trois titres mondiaux, une coach et cinq joueuses out: l’équipe nationale féminine des États-Unis qui affrontera ce dimanche celle des Pays-Bas lors de la finale est à l’image d’une Coupe du monde de football exceptionnellement flamboyante. Sur vingt-quatre équipes, le site Outsport a recensé quarante professionnelles ouvertement LGBT+ (trente-huit joueuses, la coach Jillian Ellis et l’entraîneuse de l’équipe suédoise Pia Sundhage).

Visibilité en hausse

C’est deux fois plus qu’en 2015. Cette visibilité croissante est un signe que le sport devient de plus en plus inclusif. Pour Cheryl Cooky, professeure à l’université Purdue (Indiana) travaillant sur le genre et la sexualité, «cela signifie en partie que cette nouvelle génération de jeunes femmes qui entrent dans le sport, qui ont grandi dans un contexte culturel différent en étant ouvertement out, queer, non-conformes aux normes de genre –quelle que soit leur identité–, ne sont pas autant stigmatisées qu’elles auraient pu l’être dans le passé».

Par comparaison, dans le milieu du football masculin, le coming out reste encore largement tabou. Il n’y a actuellement que trois joueurs professionnels actifs ouvertement gays dans le monde (Collin Martin aux États-Unis, Anton Hysen en Suède et Andy Brennan en Australie), et visiblement aucun sur le terrain de la dernière Coupe du monde masculine.

Matt Hatzke, un ancien joueur des Earthquakes de San Jose qui avait fait son coming out en 2015, quelques années après avoir pris sa retraite, estime que de nombreux joueurs restent encore comme lui au placard tant qu’ils sont sur le terrain:

«Évidemment, s’il y a quarante femmes qui s’identifient comme lesbiennes, je peux garantir qu’il y a de bonnes chances qu’il y en ait au moins autant du côté des hommes», a-t-il déclaré à NBC News.

Besoin d'inclusivité

La liste des athlètes ouvertement LGBT+ s’allonge au fil des ans, ouvrant la voie à des discours plus inclusifs: en mai 2019, le supplément hebdomadaire de L’Équipe publiait en une le baiser de deux joueurs de waterpolo gays, recevant un OUT d’or pour l’occasion, tandis que Griezmann apparaissait en une de Têtu, prenant position contre l’homophobie.

Malgré tout, les identités queer restent à l’étroit dans le sport. Selon un rapport de Human Rights Watch sur les athlètes américain·es, seulement 24% des jeunes LGBT+ pratiquent une activité sportive à l’école, quand la moyenne nationale est à 68%. L'homophobie affichée ou latente dans le sport constitue encore un obstacle majeur pour les jeunes, autant au niveau amateur que professionnel.

Si une joueuse comme Megan Rapinoe, vedette du terrain de foot et de la défense des droits civils est devenue une icône, ce type de modèle est encore trop souvent absent de la vie quotidienne. Selon Sarah Kogod, membre du projet You Can Play, qui œuvre à l’inclusion des personnes LGBT+ dans le sport, «il y a une différence entre un modèle et quelqu'un qui vous apporte de la visibilité»: en tant que stars, les stars restent, précisément, inaccessibles, et le relais est rarement pris par des professeur·es ou des entraîneur·ses auprès des jeunes.

On met encore trop l’accent sur la discrimination, et pas assez sur la nécessité de mettre en place des politiques sur l’inclusivité dès le secondaire, estime-t-elle. «La discrimination n’est pas la chose la plus préjudiciable ; c’est le manque de véritable inclusion qui fait que quelqu'un ne se sent pas le bienvenu pour être authentique».

Après sa victoire à 2-1 contre la France lors des quarts de finale, Megan Rapinoe lançait fièrement un «go gays !», ajoutant : «on ne peut pas gagner de grande compétition sans gays dans son équipe –ce n'est jamais arrivé auparavant, jamais».

Slate.fr

Newsletters

C'est trop facile de dire que les femmes sont coupables d'en faire trop

C'est trop facile de dire que les femmes sont coupables d'en faire trop

L'égal partage des tâches domestiques est difficile à atteindre, y compris quand on est féministe. Et ça n'a rien à voir avec une guerre de territoire ni une exigence naturellement féminine.

«Mulholland Drive» est-il un film féministe?

«Mulholland Drive» est-il un film féministe?

Reconnu comme un chef-d'œuvre de l'histoire du cinéma, «Mulholland Drive» fait aussi état de la violence contre les femmes à Hollywood et montre une impossible solidarité entre elles.

Les femmes, premières victimes de la guerre du fake sur internet

Les femmes, premières victimes de la guerre du fake sur internet

Les deepfakes porno ne sont qu'un symptôme de plus d'un usage misogyne des technologies.

Newsletters