Santé

Préparez vos masques anti-allergies, le pollen va pulluler avec le changement climatique

Temps de lecture : 4 min

Mauvaise nouvelle pour les personnes qui y sont sensibles.

Le nombre d'allergiques au pollen ainsi que la sévérité des symptômes vont probablement augmenter ces prochaines décennies. | cenczi / Pixabay 
Le nombre d'allergiques au pollen ainsi que la sévérité des symptômes vont probablement augmenter ces prochaines décennies. | cenczi / Pixabay 

Début avril 2019, la ville de Durham en Caroline du Nord (États-Unis) a été submergée par un nuage de pollen. Les images sont impressionnantes, au point que le terme «pollenpocalypse» a été employé pour décrire l'événement.

L'émission de pollen dans l'atmosphère, c'est la vie (végétale) qui cherche à se reproduire: aussi spectaculaires que soient ces images de nuages jaunes, il est surprenant de parler d'apocalypse. Le fait est que certains pollens transportés par le vent contiennent des protéines reconnues par le système immunitaire comme étant des allergènes et, qu'à ce titre, ils peuvent déclencher une réaction allergique chez certains sujets sensibilisés.

Cette profusion de pollen dans l'atmosphère devient alors une épreuve pour les personnes allergiques –d'où l'emploi du terme «pollenpocalypse», qui fait écho aux forts épisodes de pollution de l'air baptisés «airpocalypse».

Les symptômes de ce type d'allergie compliquent la vie quotidienne des personnes touchées, allant jusqu'à provoquer asthme et allergies alimentaires dites «croisées» (un allergique au pollen de bouleau peut par exemple développer une allergie alimentaire aux pommes).

Plus de 10% de la population française est allergique au pollen, et le nombre de personnes atteintes aurait quasiment doublé au cours de ces dernières décennies.

Rôle du changement climatique

Le changement climatique est-il un facteur aggravant des allergies au pollen? Ces nuages de pollen sont-ils les premiers signaux d'une adaptation des plantes aux conditions atmosphériques et climatiques en évolution? Les allergies au pollen vont-elles continuer leur progression au sein de la population?

Répondre à ces questions implique de faire appel à plusieurs disciplines scientifiques: l'aérobiologie (pour étudier la présence des allergènes dans l'atmosphère), la biologie végétale (pour déterminer les effets du changement climatique sur les plantes et leur reproduction), les sciences climatiques (pour émettre des hypothèses sur le climat des prochaines décennies), la chimie atmosphérique (pour analyser les effets des polluants sur le pollen) et enfin, la recherche médicale (pour préciser les liens entre exposition et sensibilisation au pollen d'une part, et symptômes allergiques d'autre part).

Les liens entre quantités d'allergènes et gravité des symptômes ne sont pas encore complètement élucidés.

La complexité du sujet exige une approche résolument transdisciplinaire, personne ne pouvant prétendre être spécialiste dans tous ces domaines et posséder une compréhension générale des systèmes en interconnexion.

À la lumière des connaissances actuelles dans ces différentes disciplines, même si l'on peine encore aujourd'hui à expliquer les raisons de l'explosion des allergies –dans ce contexte, on ne peut pas prévoir l'évolution à venir de manière sûre–, un certain pessimisme est de mise: il semble bien possible que les allergies au pollen continuent de croître au cours du siècle.

L'une des conséquences de l'augmentation des températures moyennes est de stimuler certains végétaux, et notamment d'accroître les quantités de pollen produit ainsi que les quantités d'allergènes qui y sont présents. Cette augmentation peut favoriser la sensibilisation et aggraver les symptômes, même si les liens entre quantités d'allergènes et gravité des symptômes ne sont pas encore complètement élucidés.

Des périodes allergisantes plus longues

Le début de la saison pollinique est déterminé par les conditions météorologiques. Or, du fait de l'élévation des températures moyennes, la date d'apparition des premiers pollens tend à être de plus en plus précoce pour certaines espèces végétales.

Cette modification n'aurait que peu de conséquences sanitaires si elle n'engendrait qu'un décalage dans la période de pollinisation: la durée de cette période augmente, et avec elle la durée d'exposition aux pollens allergisants.

Il faut cependant préciser que cette tendance n'est pas vraie pour toutes les espèces; pour certaines d'entre elles, les émissions de pollen tendent même à décroître depuis ces dernières décennies.

Les conditions climatiques influencent aussi la répartition géographique des plantes. À propos de l'ambroisie, une plante invasive dont le pollen est particulièrement allergisant, des travaux prédisent une extension future des zones favorables à sa présence, ce qui pourrait concourir à la multiplication par quatre des concentrations atmosphériques de pollen d'ambroisie d'ici à 2050 en Europe.

Le changement climatique, parce qu'il provoque des orages plus intenses, pourrait également déboucher sur une fréquence accrue d'épisodes d'asthme d'orage. Ces événements sont caractérisés par un afflux de consultations dans les services d'urgences dans les heures qui précèdent l'ondée.

Le plus violent épisode d'asthme d'orage jamais enregistré s'est ainsi produit à Melbourne en novembre 2016: des milliers de personnes ont consulté en urgence –neuf ont succombé.

Des liens avec le taux de CO2 et de polluants

En plus des effets directs du changement climatique, l'augmentation des concentrations atmosphériques en dioxyde de carbone (CO2) est susceptible d'amplifier la tendance à l'augmentation de la production de pollen. Une étude a par exemple montré que les concentrations en CO2 attendues à la fin du siècle (720 ppm contre 410 ppm aujourd'hui) pourraient amener à multiplier par treize la production de pollen du chêne. Une autre étude a pu encore montrer que concernant l'ambroisie, la quantité d'allergènes par grain de pollen est corrélée à la concentration atmosphérique en CO2.

Grains de pollen d'ambroisie vus au microscope électronique à balayage, avec sur la gauche, un grain de pollen de fléole (une graminée). Tous deux contiennent des protéines allergisantes. | Marie Choël

Les polluants atmosphériques peuvent en plus agir sur le système respiratoire et moduler le caractère allergisant des pollens. Les protéines allergisantes sont par exemple modifiées en qualité et en quantité par certains polluants comme le dioxyde d'azote et l'ozone. Le pollen pollué, fragilisé, est plus à même de délivrer ses allergènes, qui peuvent alors pénétrer au cœur du système respiratoire et favoriser les crises d'asthme.

La lutte contre les plantes invasives, en particulier l'ambroisie, doit être une priorité affirmée.

Un faisceau de données scientifiques incite à prévoir une augmentation probable des quantités de pollen et d'allergènes dans l'atmosphère, du moins pour certaines espèces végétales. Les effets sur la part d'allergiques dans la population future ou sur la sévérité des symptômes sont quant à eux incertains.

Il paraît néanmoins important pour la santé publique d'être prudente en considérant les probables modifications à venir. La lutte contre les plantes invasives, en particulier l'ambroisie, doit être une priorité affirmée.

Si nous avons besoin d'une végétation plus abondante dans nos villes pour notre bien-être, la biodiversité et atténuer les îlots de chaleur urbaine, la prise en compte du risque d'allergie doit devenir un réflexe dans la gestion des espaces verts urbains.

Cet article est republié à partir de The Conversation sous licence Creative Commons. Lire l'article original.

The Conversation

Marie Choël

Nicolas Visez

Newsletters

«Lorsque je lui demande du plus sérieux, c'est silence radio»

«Lorsque je lui demande du plus sérieux, c'est silence radio»

[C'est compliqué] Cette semaine, Lucile conseille Alicia, qui aimerait que ce qui fut une relation extra-conjugale se transforme en quelque chose de plus solide.

Il existe enfin des vêtements adaptés à la ménopause

Il existe enfin des vêtements adaptés à la ménopause

Et aussi des produits cosmétiques spécifiques.

Les marcheurs lents sont plus susceptibles de tomber malades lorsqu'ils sont vieux

Les marcheurs lents sont plus susceptibles de tomber malades lorsqu'ils sont vieux

Les scientifiques ont découvert que les personnes d'âge moyen qui marchent plus lentement ont des poumons, des dents et un système immunitaire plus faibles.

Newsletters