Monde

Des agents frontaliers américains se moquent des morts à la frontière

Temps de lecture : 2 min

Des milliers de membres de l'agence de protection des frontières ont un groupe Facebook où ils tiennent des propos xénophobes et misogynes particulièrement violents.

Un centre de détention opéré par l'agence frontalière Customs and Border Protection (CBP), à Clint au Texas, le 26 juin 2019. | Paul Ratje / AFP
Un centre de détention opéré par l'agence frontalière Customs and Border Protection (CBP), à Clint au Texas, le 26 juin 2019. | Paul Ratje / AFP

Le site ProPublica a révélé l'existence d'un groupe Facebook où des membres de l'agence fédérale de protection des frontières américaines font des commentaires amusés sur les morts de migrant·es et postent des images pornographiques d'élues démocrates.

En dessous d'un article sur le décès d'un migrant guatémaltèque de 16 ans à un poste frontalier au Texas en mai dernier, un membre du groupe a posté un GIF d'Elmo avec les mots «tant pis», alors qu'un autre a écrit «s'il meurt, il meurt».

Ce groupe Facebook s'appelle «I'm 10-15», un code qui signifie «étranger en détention», et rassemble environ 9.500 membres, tous des employés (actuels ou retraités) du Customs and Border Protection (CBP), l'agence qui lutte contre l'immigration illégale aux États-Unis et gère des centres de détention récemment dénoncés comme inhumains.

Des conditions de détention déplorables

Dans ce même groupe privé, un membre a écrit sous la photo d'un migrant du Salvador mort noyé avec sa fille que l'image avait l'air fausse car ils avaient l'air trop «propres» et que la photo avait pu être manipulée par «les Démocrates et la gauche».

Les reporters de ProPublica ont aussi trouvé plusieurs menaces et appels à la violence à l'encontre d'élues démocrates, dont Alexandria Ocasio-Cortez, représentante de New York au Congrès. Les mots sont tellement vulgaires et violents que de nombreux sites ont préféré ne pas les citer. Des montages photo pornographiques d'Ocasio-Cortez ont aussi été postés, notamment un où le président Trump la force à lui faire une fellation.

Un porte-parole de l'agence de protection des frontières a condamné le groupe Facebook et dit qu'une enquête serait menée.

Ces révélations ont été faites juste avant la visite de plusieurs représentant·es démocrates au Congrès, dont Ocasio-Cortez, dans des centres de détention texans. Ces responsables politiques ont rencontré des femmes et des hommes détenus dans des conditions déplorables (manque d'eau et d'accès à des douches). Selon Ocasio-Cortez, une des migrantes a rapporté qu'un agent de la protection des frontières lui avait dit de boire de l'eau dans la cuvette des toilettes.

La représentante de Californie Judy Chu a parlé de conditions «atroces et dégoûtantes» et la représentante de Pennsylvanie Madeleine Dean a évoqué une «crise des droits humains».

Newsletters

Le calvaire d’une journaliste philippine en dit long sur l'état démocratique du pays asiatique

Le calvaire d’une journaliste philippine en dit long sur l'état démocratique du pays asiatique

L’expérimentée Maria Ressa est une cible dans le pays d’Asie du Sud-Est. Elle est visée par dix mandats d’arrêt et est victime de torrents de haine misogyne et de menaces de viol ou de mort.

L’Union américaine pour les libertés civiles accusée de «racisme systémique»

L’Union américaine pour les libertés civiles accusée de «racisme systémique»

L’ACLU défend les droits de l’homme aux USA et ses actions ont parfois changé le droit constitutionnel américain. Mais un ancien directeur clame avoir été licencié pour avoir dénoncé le racisme interne dans l’organisation.

Une semaine dans le monde en 7 photos, du 5 au 11 juin 2021

Une semaine dans le monde en 7 photos, du 5 au 11 juin 2021

Victoire de la judokate Clarisse Agbegnenou aux Championnats du monde, sécheresse en Californie et émoi après la découverte des ossements de 215 enfants autochtones au Canada... La semaine du 5 au 11 juin 2021 en images.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio