Politique / Société

Les violences policières ont écorné l'image des forces de l'ordre

Temps de lecture : 9 min

L'indice de confiance de la population française envers la police a baissé de 12% en trois ans.

De 21% des Français·es qui jugeaient excessif l'usage de la violence exercée par les forces de l'ordre au moment de la Loi Travail, le nombre est monté à 39% après les manifestations des «gilets jaunes». Un protestataire blessé par un tir de LBD le 11 mai 2019 à Nantes. | Sébastien Salom-Gomis / AFP
De 21% des Français·es qui jugeaient excessif l'usage de la violence exercée par les forces de l'ordre au moment de la Loi Travail, le nombre est monté à 39% après les manifestations des «gilets jaunes». Un protestataire blessé par un tir de LBD le 11 mai 2019 à Nantes. | Sébastien Salom-Gomis / AFP

En route pour couvrir les manifestations des «gilets jaunes» du samedi 25 mai non loin des Champs-Élysées, j'ai remarqué que des groupes qui n'avaient pourtant rien à voir avec les habitué·es des ronds-points faisaient l'objet de repérages avant d'être fouillés puis dispersés par les forces de l'ordre. Très vite, plusieurs personnes se sont retrouvées acculées puis encerclées par les autorités, sans aucune possibilité de traverser le cordon de sécurité.

Plusieurs heures se sont écoulées. Tant pis pour les gens qui avaient faim, soif ou qui avaient d'autres besoins naturels à satisfaire. À la fin de cette «rétention», ces personnes ont à nouveau été fouillées puis conduites dans des bus vers un commissariat du XVIIIe arrondissement de Paris. La plupart seront relâché·es en fin d'après-midi. Certain·es n'auront pas cette chance.

«Tout le monde déteste la police»

C'est à cette occasion que j'ai rencontré Lolo. «Gilet jaune» de la première heure, elle vient tous les samedis de Haute-Savoie pour manifester. Après des mois de mobilisation, son rapport aux forces de l'ordre a changé. «Avant je n'avais rien contre eux. Plus jeune, je voulais même être gendarme mais aujourd'hui je ne reconnais plus l'humain sous les gilets par balles.»

Un revirement qu'elle attribue aux violences policières, aux coups de matraques «gratuits» qu'elle a reçus, aux insultes mais aussi au gaz lacrymogène et aux nombreuses personnes blessées qui ont émaillé le mouvement. Des propos corroborés par Vanessa Codaccioni, maîtresse de conférences à l'université Paris VIII et autrice de Répression. L'État face aux contestations politiques.

Selon elle, «beaucoup de «gilets jaunes» avaient du respect pour les forces de l'ordre et n'auraient jamais frappé ni injurié un policier. Mais comme ils ont été violentés et interdits de manifester, ils se sont dit qu'en réalité la police était une force de répression violente. Certains se sont radicalisés et ont commencé à nourrir un ressentiment contre la police. Au black bloc habitué à prendre la police pour cible se sont joints les symboles anticapitalistes de nombreux «gilets jaunes» confrontés aux violences».

Trois fois plus de cartouches de LBD

Si les forces de l'ordre ont été acclamées à la suite de la stupeur qui a saisi la population après les attentats, il n'est plus rare aujourd'hui d'entendre les manifestant·es scander «tout le monde déteste la police» et de voir fleurir le tag ACAB sur les murs (pour «All Cops Are Bastards»).

Les autorités sont-elles plus violentes ou est-ce la perception de cette violence qui évolue? Lors d'une conférence de presse le 13 juin 2019, Brigitte Jullien, directrice de l’Inspection générale de la police nationale (IGPN) dévoilait qu'en 2018, 19.071 cartouches de lanceur de balle de défense (LBD) ont été tirées, contre 6.357 l'année précédente. Presque trois fois plus. Même chose pour les grenades de désencerclement: 5.420 munitions ont été utilisées en 2018 contre 1.367 en 2017.

L'inspectrice détaille: la «période allant du 17 novembre au 31 décembre représente près du tiers des déclarations d'usage du LBD et plus de la moitié des munitions tirées pour les seules manifestations de “gilets jaunes”».

Ce mois et demi a concentré à lui seul 50% de l'augmentation des usages de grenades de désencerclement. Une augmentation significative qui a entraîné son lot de blessé·es plus ou moins graves. À la suite des nombreux membres arrachés par l'arsenal des autorités au cours des manifestations répétées, un collectif a vu le jour en janvier dernier, Les mutilés pour l'exemple. Ces manifestant·es dénombrent «vingt-trois personnes éborgnées et cinq qui ont perdu une main». Un bilan lourd –a fortiori sur une période aussi courte.

«Monopole de la violence légitime»

Parler de violences policières n'a pas vraiment de sens, selon David Le Bars, secrétaire général du Syndicat des commissaires de la police nationale (SCPN): «Le débat, ce sont les violences légitimes et illégitimes. Le maintien de l'ordre, juridiquement, peut engendrer l'usage de la force. Il peut, à l'occasion du rétablissement de l'ordre, y avoir des blessés sans que la violence soit illégitime.»

Une déclaration qui peut choquer mais dont les principes rejoignent ceux du sociologue allemand Max Weber. En 1919, dans Le savant et le politique, il écrivait: «Ltat consiste en un rapport de domination de l'homme sur l'homme fondé sur le moyen de la violence légitime (c'est-à-dire sur la violence qui est considérée comme légitime). L'État ne peut donc exister qu'à la condition que les hommes dominés se soumettent à l'autorité revendiquée chaque fois par les dominateurs.» Pour que l'État existe, la violence serait donc nécessaire et acceptée.

Violences intramuros

La population française semble ne découvrir cette brutalité que depuis quelques mois. Pourtant, cela fait des années que la dénonce Amal Bentounsi du collectif Urgence notre police assassine: «Si vous allez dans toute la France, il n'y a pas un quartier [populaire] qui ne subit pas la répression.»

Sur son site, le collectif présente une longue liste de «personnes tuées par la police ou à cause de son action» de 2005 à 2015. Ces morts ont été évoqués par la presse sans que cela suscite de vrai débat en France.

«Quand il y a des violences contre les minorités, les caméras ne sont pas forcément là pour diffuser.»

Amal Bentounsi, membre du collectif Urgence notre police assassine

«Il y a quelques années, on parlait de police qui assassine. Tout le monde criait au scandale, tout le monde disait qu'on était anti-flics. Au moment du mouvement Nuit debout, la Ligue des droits de l'Homme (LDH) m'avait présentée à Tubiana au cours d'une réunion et je me souviens qu'ils étaient assez réticents à l'idée de me recevoir. J'avais senti une espèce de mal-être. Quand je vois la LDH crier aux violences policières, ça me fait légèrement sourire. On se dit “mieux vaut tard que jamais”.»

Comment expliquer cette prise de conscience tardive? Amal Bentounsi estime que «ces violences sont plus visibles parce qu'elles ne touchent pas les Noirs et les Arabes. [...] C'est aussi lié au discours médiatique. Quand il y a des violences contre les minorités, les caméras ne sont pas forcément là pour diffuser».

«Voilà une classe qui se tient sage»

Cette situation va basculer le 6 décembre 2018 lorsqu'un policier poste sur son compte twitter une vidéo où l'on voit des dizaines de jeunes, sac d'écolièr·e sur le dos, agenouillé·es, les mains croisées derrière la tête. Le tout assorti d'un commentaire sarcastique: «Voilà une classe qui se tient sage.»

Ces images ont provoqué de nombreuses réactions et une médiatisation massive: «Cette vidéo a touché au niveau international. On a vu débarquer à Mantes des journalistes anglais, allemands, espagnols. Certains ont comparé ces images à celles du Chili; d'autres à celles de la Seconde Guerre mondiale», raconte Yessa Belkhodja du collectif de Défense des jeunes du Mantois.

«Ça devient un sujet dont il est possible de parler sur des chaînes qui font de l'audience, témoigne Vanessa Codaccioni. Tous les médias voulaient des spécialistes de violences policières sur leur plateau alors qu'on n'était pas invités avant. Il y a eu une rupture.»

Ce qui est devenu une affaire concerne un peu plus de 150 jeunes, âgés de 12 à 20 ans, interpellé·es à la suite de violences commises en marge de blocages aux lycées Saint-Exupéry et Jean Rostand. Yessa Belkhodja est la mère d'un lycéen scolarisé à Jean Rostand.

Elle raconte son jeudi 6 décembre. Tout commence au moment de la pause de midi: «Je n'avais pas de nouvelles de mon fils, alors je me suis rendue au lycée et j'ai attendu. J'étais avec d'autres parents. Mon fils a fini par m'appeler vers 14 heures. Il fait partie d'un groupe de lycéens qui a réussi à fuir mais je ne me voyais pas rentrer chez moi. Je suis restée avec des professeurs et des parents qui attendaient des nouvelles de leurs enfants. On n'est pas repartis avant 17 heures, moment où le dernier lycéen a été mis dans un fourgon. Jusqu'au vendredi, certaines familles ne savaient toujours pas dans quel commissariat avaient été placés leurs enfants.»

C'est cette expérience qui a motivé la création du collectif Défense des jeunes du Mantois. «Très vite, on a recueilli des témoignages. Même si les enfants ne se connaissent pas entre eux car ils sont scolarisés dans deux lycées différents, les histoires se recoupent, comme celle de la convention de stage par exemple: un policier a fouillé le sac à dos d'un élève. En le retournant, la convention de stage est tombée du carnet de correspondance. Là, le policier la déchire et lui dit: “Toi, t'es un bon à rien. Tu n'en auras plus besoin.”»

«Désormais on ne fuit plus la police uniquement dans les quartiers mais aussi au cœur de Paris.»

Collectif de Défense des jeunes du Mantois

D'autres récits recueillis par le collectif font froid dans le dos: «Des policiers ont chopé les cheveux de certains mômes et ont fait des selfies. Durant ces quatre heures, ces enfants ont eu très peur. Ils ont été humiliés, frappés, insultés. Certaines jeunes filles se sont fait palper par des policiers. Quand l'une d'elles s'est levée pour chercher son petit frère, un policier lui a lancé: “Sale pute, retourne te mettre à genou.” Des mômes se sont aussi uriné dessus parce qu'on ne les a pas laissés s'isoler pour qu'ils puissent faire leurs besoins. Tout ça sous les moqueries des forces de l'ordre.»

Depuis, les soutiens affluent: «Certaines personnes se sont même excusées. Je pense à cette dame à Mantes-la-Jolie présente au rassemblement du mercredi et qui avait suivi l'interpellation. Elle m'a expliqué qu'elle avait souvent jugé ces jeunes parce qu'elle les trouvait trop bruyants mais qu'aucun adolescent ne méritait d'être traité ainsi, peu importent les bêtises qu'il a commises.»

Le collectif de Défense des jeunes du Mantois ne sait pas si les plaintes vont aboutir. Mais l'espoir est permis. «C'est un moment-clé dans l'histoire des violences policières. Je pense aussi aux trente-quatre de la Pitié-Salpêtrière. Désormais, on ne fuit plus la police uniquement dans les quartiers mais aussi au cœur de Paris. Ces différents segments de la population qui ont été longtemps séparés ont à présent la même volonté d'exister politiquement. En créant un rapport de force, il est possible de faire changer les choses.»

Fin de garde à vue. | Denis Pessin / Slate.fr

Le collectif organise régulièrement des réunions d'informations. C'est à l'une d'elles que j'ai croisé Nathan, fin mai. Depuis qu'il a quitté sa Bretagne natale, le regard de ce jeune étudiant de 20 ans a bien changé: «J'avais une bonne image de la police. Mais depuis que j'habite le Xe arrondissement de Paris, j'ai été témoin de méthodes qui m'ont choqué, notamment vis-à-vis des migrants.»

Le jeune homme soutient les lycéen·nes de Mantes-la-Jolie au fil des réunions. «Quand j'ai vu la façon dont ils les ont traités sur la vidéo, je me suis dit que c'était insupportable: j'ai un petit frère du même âge.»

L'image de la police mise à mal

Si la population française s'interroge face à de telles pratiques, elle continue d'avoir confiance en la police. Un sondage Elabe pour BFMTV datant d'avril 2019 montre que «74% des Français ont une bonne image de la police nationale». Un chiffre qui pourrait paraître élevé mais qui reste à nuancer.

En juin 2016, une enquête BVA pour L'Obs révélait que «86% des Français avaient une bonne image de la police». Ce qui représente une baisse de 12% en seulement trois ans.

Puisque la police s'en est prise à des individus qui ne venaient pas des banlieues, ça a changé la perception des violences.

Vanessa Codaccioni, sociologue

Pourtant,c'est à cette période que les manifestations violentes contre la Loi Travail battaient leur plein. À ce moment, seuls 21% des Français·es jugeaient excessif l'usage de la force. Pour les «gilets jaunes», ce chiffre est monté à 39%.

La nouveauté, «c'est que beaucoup de personnes qui n'avaient jamais été confrontées à la police s'y sont retrouvées nez à nez. Puisque la police s'en est prise à des individus qui ne venaient pas des banlieues, ça a changé la perception des violences et de la police de manière générale. Cette impression mettra un temps certain à disparaître», estime Vanessa Codaccioni.

Newsletters

«État assassin» contre «ultra-jaunes»: la guerre des mots

«État assassin» contre «ultra-jaunes»: la guerre des mots

Lors des mouvements sociaux, la bataille ne se joue pas que dans la rue. Elle est aussi sémantique. Les mots ont leur importance: ils servent à légitimer l'action de son propre camp comme à condamner la violence de celui d'en fance, à travers...

Mais sur quoi repose le pessimisme français?

Mais sur quoi repose le pessimisme français?

Il serait temps que les responsables politiques disent tout haut ce que montre les chiffres plutôt que de jouer sur le moral des Français·es afin de se faire élire.

Réforme des retraites: les enjeux de la clause du grand-père

Réforme des retraites: les enjeux de la clause du grand-père

Cette disposition est déjà appliquée outre-Alantique et au Québec.

Newsletters