Égalités / Médias

Hubertine Auclert, patronne du premier journal d'opinion féministe

Temps de lecture : 7 min

Lassée des commentaires sexistes des rédacteurs en chef pour lesquels cette intellectuelle écrivait, elle a fondé La Citoyenne en 1881.

En 1877, lorsque Le Gaulois diffuse sa lettre ouverte sur le droit de vote, le rédacteur en chef la rebaptisera «Le manifeste de ces dames», s'adressant «à l'Europe en jupons». Hubertine Auclert en 1910 | BNF / Wikipédia
 

 

 
En 1877, lorsque Le Gaulois diffuse sa lettre ouverte sur le droit de vote, le rédacteur en chef la rebaptisera «Le manifeste de ces dames», s'adressant «à l'Europe en jupons». Hubertine Auclert en 1910 | BNF / Wikipédia      

Elle s'est avancée au pupitre avec cette élégance que tout le monde lui connaît... Dès les premiers mots attribués à son rôle, Carole Thibaut a incarné la colère froide et habitée de celle qui fut, selon la légende, la première à se revendiquer «féministe», Hubertine Auclert.

«Les femmes ont à se défier de ceux qui prônent l'égalité de l'avenir et qui, dans le présent, s'opposent à ce qu'elles apportent leur intelligence, leurs idées, leurs goûts dans l'arrangement de cette société future. Femmes de France, je vous le dis du haut de cette tribune. Ceux qui nient notre égalité, dans le présent, la nieront dans l'avenir. Comptons donc sur nous-mêmes, n'abandonnons pas nos revendications. Nous sommes depuis des siècles trop victimes de la mauvaise foi, pour nous oublier nous-mêmes et croire qu'en travaillant pour le bien-être général, nous aurons notre part du bien général», prononça celle qui s'est aussi battue pour le droit de vote des femmes, au Congrès ouvrier socialiste de Marseille en 1879.

Quelques mois plus tard, je reverrai Carole Thibaut, directrice du Centre national d'art dramatique de Montluçon, monter à la tribune pour dénoncer l'hypocrisie des cercles progressistes, toujours prompts à mettre la condition féminine en bas de la liste des priorités.

C'était au Festival d'Avignon, où elle refusait le Molière qui lui était attribué, ce «pavé jeté en pleine gueule». Le thème de cette édition 2018 portait sur le genre et se drapait du violet, la couleur du féminisme, comme l'avait rappelé son directeur Olivier Py, dans le discours d'inauguration. Pour une programmation théâtrale dont la part des créatrices atteignait péniblement les 10,6%.

Avant d'être invitée à une table ronde sur les femmes dans la presse, je n'avais que rarement entendu parler d'Hubertine Auclert. Elle restait, dans mon esprit, la théoricienne d'un «féminisme intégral» et une avant-gardiste présentée un peu rapidement comme la cheffe de file des suffragettes françaises. Elle a surtout créé le premier journal d'opinion féministe.

Devenue patronne de presse, probablement parce qu'elle avait fait le même constat que Carole Thibaut plus d'un siècle avant: tant que les femmes laisseront aux hommes la prérogative de raconter le monde, la société restera modelée selon leur vision et leurs intérêts dominants.

Correspondances avec Hugo

La conscience féministe d'Hubertine se forge dès l'enfance, dans le cercle familial. Elle est issue d'un milieu social supérieur –comme souvent les pionnières de ces luttes, qui nécessitent le temps et les moyens dont les plus fragiles ne disposent pas. Elle naît en 1848 dans un petit village de l'Allier. Son père, un riche fermier, est un fervent républicain et un opposant notoire au Second Empire. Sa mère défie le corset moral de l'époque en s'occupant des «filles-mères». Hubertine se politise très tôt. Son engagement surgit naturellement à l'intersection du combat pour la République et de la solidarité féminine.

En 1869, elle hérite de ses parents, acquiert son indépendance financière et décide de se rendre à Paris. Elle a bien tenté d'épouser la vie monacale et fut un temps religieuse. C'est en anticléricale convaincue qu'elle a quitté le couvent, jugée trop indépendante par les nonnes.

La jeune femme se tourne alors vers le journalisme, sous l'influence de Victor Hugo, avec lequel elle entretient une correspondance depuis plusieurs années. C'est par la presse, déjà, que depuis son hameau de province, elle avait entendu parler du combat pour le droit de vote des femmes.

Le grand homme de lettres la fait entrer à la rédaction de L'Avenir des femmes, un journal politique qui paraissait tous les dimanches, dont la direction est assurée par Léon Richer. Elle entame aussi sa carrière militante en rejoignant l'Association pour le droit des femmes –dont la présidence d'honneur revient à Hugo lui-même. Soit deux hommes qui, s'ils sont féministes convaincus, n'en restent pas moins des chefs donnant sa chance à une jeune femme. Le caractère d'Hubertine n'allait pas souffrir longtemps d'écrire à l'ombre de mentors.

«Le manifeste de ces dames»

Pendant une dizaine d'année, elle signe des textes engagés qui définissent, petit à petit, la matrice de son féminisme. La chute du Second Empire et l'arrivée de la IIIe République lui laissent espérer la possibilité d'une refonte du Code Napoléon.

Éducation, égalité de statut dans le mariage et le divorce, indépendance économique, droit de vote et éligibilité sont les points cardinaux de sa pensée. Mais, à chaque fois qu'elle cherche publier une tribune dans un grand journal généraliste, elle essuie le refus de ses confrères.

Pourtant, Hubertine Auclert est déjà une intellectuelle confirmée. Quand un rédacteur en chef lui octroie de relayer un de ses textes, ce dernier est assorti de commentaires méprisants et misogynes.

Elle ne veut pas faire entrer la femme en République: elle demande à ce que la République entre dans le ménage.

C'est le cas en 1877, lorsque Le Gaulois –qui porte bien son nom– diffuse sa lettre ouverte sur le droit de vote intitulée «Les femmes aux électeurs» que le rédacteur en chef rebaptisera «Le manifeste de ces dames», s'adressant «à l'Europe en jupons». De fait, son obstination à vouloir exprimer le point de vue féministe dans la presse établie énerve tous les journalistes mâles de la place de Paris.

La Citoyenne, bimensuel féministe

Sa grande déception vient du Congrès ouvrier socialiste de 1879 à Marseille où elle tient ce discours fondateur. Elle est la première à lier le progrès de la société et la cause prolétaire à la condition féminine, en tant que luttes consubstantielles.

Hubertine Auclert ne veut pas seulement faire entrer la femme en République: elle demande à ce que la République entre dans le ménage. Par son évocation du partage des tâches, elle anticipait même nos débats les plus contemporains. Ce seul manifeste est un exemple pour tout combat féministe, tant sa portée est universelle. Hubertine insiste: il n'y a pas de petite cause. Évoquer l'égalité dans le foyer ou la féminisation des noms n'est pas plus prosaïque que de réclamer des femmes élues aux plus hautes fonctions.

Malgré sa prestation remarquable et remarquée, le Congrès relèguera les questions féministes au second plan des objectifs programmatiques. C'est alors qu'elle décide de créer son propre journal. La Citoyenne paraît pour la première fois le 13 février 1881, en format bimensuel. Ce sera le point de rendez-vous éditorial de toutes les grandes figures féministes de l'époque, comme Caroline Rémy ou Marie Bashkirtseff.

La Citoyenne, numéro 21, 3 juillet 1881. | Bibliothèque Marguerite Durand / Wikipédia

Ses textes seront compilés et publiés en 1900 par La Société d'éditions littéraires sous le titre Les femmes arabes en Algérie. Là encore, elle est à l'avant-garde puisqu'il s'agit vraisemblablement de la première étude féministe universaliste sur l'inégalité des conditions dans une société maghrébine. En 1888, elle s'installe en Algérie pour suivre son mari, muté là-bas comme juge de paix. C'est l'occasion pour elle d'y faire un long terrain d'enquête sur la condition des femmes. Après avoir été éditorialiste, journaliste d'opinion, patronne de presse, la voici désormais grande reporter.

Faute de fonds, La Citoyenne arrête sa diffusion en 1891. Dans ses colonnes auront été défendues des propositions qui défrisaient les conservateurs de l'époque, comme la possibilité d'un contrat de mariage pour protéger l'autonomie des femmes en cas de divorce.

Émules

Rapidement, d'autres journaux féministes seront créés sur le même modèle, tels que La Femme ou La Fronde, parus tous deux en 1897. On peut parler d'une tradition éditoriale dont seule Causette serait aujourd'hui, peut-être, le dernier représentant.

Hubertine décède en 1914 sans avoir assisté à l'aboutissement de son combat pour le droit de vote, accordé sur le tard aux femmes en 1944. Citoyennes engagées, nous lui devons toutes quelque chose.

À dire vrai, il y a bien des points de désaccord dont j'aurais adoré débattre avec elle. À titre personnel, je suis assez insensible à la question de la charge mentale ou de la féminisation des noms. Mais je lui reconnais une modernité injustement oubliée. Surtout, ce coup de génie: puisque les hommes dirigent la presse et puisqu'ils nous censurent ou nous ridiculisent, créons notre journal.

Les revendications récurrentes pour plus de mixité dans les postes à responsabilité au sein de nos rédactions ne peuvent que lui donner raison. Comment ne pas penser à ces femmes journalistes que j'ai eu la chance de croiser en Turquie, lorsque je couvrais la guerre de 2016 dans les régions kurdophones. Elles ont fondé les premières agences de presse féminines et féministes. Avec pour ambition de «changer le langage des médias» et de mettre un terme au narratif sexiste qui domine le récit des guerres au Moyen-Orient.

«Le phallocentrisme et la domination masculine sont la honte de tout le milieu intellectuel, artistique et culturel de ce pays.»

Carole Thibaut, directrice du Centre national d'art dramatique de Montluçon

Nos consœurs suisses, en dignes héritières d'Hubertine Auclert, faisaient la grève de la plume en une du quotidien Le Temps pas plus tard que la semaine dernière pour montrer qu'un média fabriqué sans les femmes délivre une information aussi biaisée qu'incomplète.

J'ai aimé découvrir la journaliste de combat qu'elle a été, ne l'étant pas moi-même –ma conception du métier est différente. Si les féministes de son époque ne s'étaient pas approprié les ressorts de la presse pour s'adresse à la société, si elles n'avaient pas endossé ces luttes radicales, je n'aurais peut-être jamais eu la liberté d'exercer le grand reportage selon l'idée que je m'en fais. Même si ça n'est pas sans difficultés.

Je laisse à Carole Thibaut le soin de conclure: «Le phallocentrisme et la domination masculine sont la honte de tout le milieu intellectuel, artistique et culturel de ce pays. Ils sont la honte de chaque artiste de ce pays et d'ailleurs. De chaque institution qui ne respecte pas une juste redistribution de l'argent public. De chaque directeur de lieu, de galerie, de festival, qui ne fait que représenter et reproduire à l'infini la pensée dominante.»

Laura-Maï Gaveriaux Grand-reporter indépendante

Grandes journalistes, mais oubliées
Titaÿna, grande reporter, aventurière et libre avant tout

Épisode 2

Titaÿna, grande reporter, aventurière et libre avant tout

Dame Ann Leslie, première femme journaliste de terrain dans l'histoire du Royaume-Uni

Épisode 3

Dame Ann Leslie, première femme journaliste de terrain dans l'histoire du Royaume-Uni

Newsletters

En Arabie saoudite, elle perd la garde de sa fille à cause de photos en bikini

En Arabie saoudite, elle perd la garde de sa fille à cause de photos en bikini

Pendant le procès, son ex-mari a accusé la jeune femme américaine de porter des habits inappropriés et de gérer un studio de yoga.

Des hommes politiques américains refusent d'être interviewés par une femme

Des hommes politiques américains refusent d'être interviewés par une femme

Robert Foster et Bill Waller, candidats au poste de gouverneur du Mississippi, ne veulent pas se retrouver seuls avec une journaliste, notamment sous prétexte de respect de leur foi chrétienne.

Dame Ann Leslie, première femme journaliste de terrain dans l'histoire du Royaume-Uni

Dame Ann Leslie, première femme journaliste de terrain dans l'histoire du Royaume-Uni

Légende du grand reportage, elle a rencontré tous les leaders politiques importants du XXe siècle et décroché des interviews dans les pays réputés les plus fermés au monde.

Newsletters