Monde

Apple avoue avoir fait travailler des enfants

Temps de lecture : 2 min

Onze enfants de quinze ans ont été découverts l'an dernier, dans trois usines fournissant Apple, rapporte le quotidien britannique The Telegraph.  La compagnie co-fondée par Steve Jobs n'a pas donné le nom des usines, ni l'endroit où elles se trouvent, mais les pièces qui y sont fabriquées sont majoritairement assemblées en Chine.

Apple a déclaré qu'elle n'employait désormais plus aucun enfant, ou que les enfants employés sont désormais majeurs. «Dans chacune des trois usines, nous avons exigé de vérifier tous les contrats de travail de l'année, ainsi qu'une analyse complète du processus de recrutement pour clarifier de quelle manière des mineurs avaient pu être embauchés», a déclaré Apple.

La firme a reçu de nombreuses critiques quant aux conditions de travail de ses salariés. La semaine dernière, le public a appris que 62 employés d'une usine fabriquant des pièces pour Apple avaient été empoisonnés par des produits chimiques toxiques pouvant causer une dégénération musculaire et des troubles de la vue.

L'an dernier, un employé de Foxconn, une entreprise taïwanaise parmi les plus importants fournisseurs d'Apple, s'était suicidé après avoir été accusé de vol d'un prototype d'iPhone.

[Lire l'article complet sur le Telegraph.co.uk.]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Image de une: Apple Store de San Francisco REUTERS/Robert Galbraith

Inscrivez-vous à la newsletter de SlateInscrivez-vous à la newsletter de Slate

 

Newsletters

Une semaine dans le monde en 7 photos, du 15 au 21 janvier 2022

Une semaine dans le monde en 7 photos, du 15 au 21 janvier 2022

Guerre au Yémen, éruption volcanique aux îles Tonga, et famine en Afghanistan… La semaine du 15 au 21 janvier en images.

Pourquoi les savants se battent depuis des siècles sur l'origine du nom «Amérique»

Pourquoi les savants se battent depuis des siècles sur l'origine du nom «Amérique»

Depuis le dernier tiers du XIXᵉ siècle, certains auteurs cherchent à prouver que le pays ne doit pas son nom à l'explorateur florentin Amerigo Vespucci.

Mon Europe à moi: «À quand un Erasmus qui s'adresse vraiment à tous les jeunes?»

Mon Europe à moi: «À quand un Erasmus qui s'adresse vraiment à tous les jeunes?»

L'Union européenne s'est engagée sur un nouveau programme Eramus+ qui devrait s'ouvrir à de nouveaux publics.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio