Société / Économie

Les critères pour rejoindre une colocation deviennent insensés

Temps de lecture : 2 min

La crise du logement frappe l'ensemble de l'Europe, de l'Espagne à la Suède. Dans ces conditions, tout est permis pour sélectionner les locataires.

Même à plus de 30 ans, les colocations sont parfois la seule option pour se loger. Encore faut-il réussir le casting d'entrée. | Thomas Samson / AFP
Même à plus de 30 ans, les colocations sont parfois la seule option pour se loger. Encore faut-il réussir le casting d'entrée. | Thomas Samson / AFP

On se rappelle de L'Auberge Espagnole de Cédric Klapisch comme du film qui nous a fait rêver de colocation. Cette image de la jeunesse issue des quatre coins de l'Europe, entassée dans une petite chambre et heureuse d'être ensemble n'a pourtant pas grand-chose à voir avec les colocations d'aujourd'hui.

Face à la pénurie d'appartements, les excès dans le choix des locataires se multiplient. À Londres, les prix du logement ont triplé entre 2006 et 2016. À Stockholm, pour 12.438 locations libérées en 2017, on recensait 600.000 demandes. À Paris, la barre des 10.000 euros le mètre carré à l'achat est en passe d'être dépassée. Dans ce contexte, les options d'hébergement se raréfient sérieusement.

Pas de Capricorne

Avec une telle demande, les propriétaires se permettent d'être excessivement regardant·es, non plus seulement sur les revenus, mais aussi sur la personnalité des candidat·es à la location. Ce droit, les locataires établi·es d'une colocation se l'arrogent aussi. Ainsi exigera-t-on d'une candidate qu'elle ne soit pas Capricorne, d'un autre qu'il ne soit pas anthropologue.

Certaines personnes vont même jusqu'à établir des règlements plus stricts qu'un pensionnat: douches de moins de quinze minutes, deux visites par mois autorisées avec accord préalable du colocataire et amende de 15 livres sterling (environ 17 euros) pour toute vaisselle non lavée.

On n'invente rien: ces règles figurent dans la liste qu'a reçue Laura Evelyn, une actrice anglaise, pour une colocation à Londres. Le plus troublant n'est pas tant la rigueur fantaisiste du règlement que le fait qu'elle a hésité à accepter la proposition du propriétaire.

«En tant que locataire sans aucune possibilité d'acheter, le marché de l'immobilier me tenait par les couilles.» Cette phrase de la comédienne, interviewée par le Guardian au sujet de ce fameux règlement, est la réalité d'une foule de locataires à qui il ne reste parfois qu'une solution: retourner vivre chez leurs parents –comme l'avaient déjà fait 3,4 millions de jeunes Britanniques en 2017.

«Ces annonces exigeantes attestent que le pouvoir, comme la richesse, est concentré entre les mains des propriétaires», souligne une membre du groupe de pression pour les droits des locataires Renters Right London.

Newsletters

Noël peut être un enfer pour les jeunes mères, voici comment l'éviter

Noël peut être un enfer pour les jeunes mères, voici comment l'éviter

Si cette année, vous comptez parmi vos proches une femme qui vient d'accoucher, vous entrez dans une zone sensible.

Comme de l'eau sur les plumes d'un canard

Comme de l'eau sur les plumes d'un canard

Dans une interview récente, la chroniqueuse et poétesse Kiyémis recommandait la lecture de la poétesse américaine contemporaine Nayyirah Waheed, et notamment les vers suivants: ...

La Nouvelle-Zélande aussi est confrontée à une paralysie des transports

La Nouvelle-Zélande aussi est confrontée à une paralysie des transports

La principale compagnie de bus d'Auckland a suspendu 800 chauffeurs grévistes, perturbant les déplacements de milliers de personnes. Cette situation pourrait durer jusqu'à Noël.

Newsletters