Santé

Pour votre cœur, mieux vaut vous asseoir au bureau que devant la télé

Temps de lecture : 2 min

Le risque de développer des troubles cardiaques pourrait augmenter après quatre heures ou plus devant la télévision.

Les scientifiques supposent que manger tout en restant sédentaire pendant plusieurs heures peut être particulièrement néfaste. | JESHOOTS.COM via Unsplash
Les scientifiques supposent que manger tout en restant sédentaire pendant plusieurs heures peut être particulièrement néfaste. | JESHOOTS.COM via Unsplash

Si rester assis·e n'est dans tous les cas pas une bonne idée pour allonger son espérance de vie, ça le serait encore moins en regardant la télé. Du moins, c'est ce qu'affirme une nouvelle étude publiée dans la revue Journal of American Heart Association, qui stipule que s'asseoir devant la télé pourrait augmenter le risque de développer une maladie cardiovasculaire et de mourir prématurément.

Ces travaux de recherche se sont appuyés sur les données de 3.592 Afro-Américain·es vivant dans l'État du Mississippi et ayant participé à une précédente étude d'observation débutée en 2000. La nouvelle étude a pour objectif de déterminer si regarder la télévision ou rester assis·e sur son lieu de travail sont des comportements susceptibles d'aggraver les possibilités de contracter des maladies cardiovasculaires chez la population afro-américaine, qui aurait 30% de risques supplémentaires –par rapport à la population générale– d'être touchée.

Les scientifiques ont examiné les déclarations des participant·es sur leurs habitudes quotidiennes, telles que le temps passé devant la télévision et assis·es pendant leur activité professionnelle. Ils ont ensuite procédé à un suivi de leur état de santé sur une période de huit ans en moyenne.

Résultat des courses, comme on pouvait s'y attendre: les personnes qui regardaient la télévision quatre heures ou plus par jour risquaient davantage de développer des maladies cardiovasculaires et de mourir prématurément que celles qui ne la regardaient que deux heures ou moins. 7,5% des individus qui ont déclaré la regarder le moins longtemps ont eu une maladie cardiovasculaire ou sont décédé·es, contre 13% pour ceux qui passaient beaucoup plus de temps devant le petit écran.

Différentes théories

Bien que cette étude n'avance que des preuves indirectes pour attester de ces conclusions, l'équipe de recherche a quelques théories sur les raisons pour lesquelles l'assise sur le lieu de travail n'alourdit pas le cœur autant que devant son téléviseur.

«Au travail, nous nous levons régulièrement de notre bureau pour nous rendre à une imprimante, une photocopieuse ou au bureau d'un collègue. Certaines recherches suggèrent que ces petites périodes d'activité pourraient suffire à réduire les dommages causés par la position assise», explique Keith Diaz, chercheur en psychologie de l'exercice au Centre médical de l'Université Columbia et coauteur de l'étude.

La façon dont nous regardons la télévision peut également jouer un rôle: manger tout en restant sédentaire pendant plusieurs heures peut être particulièrement néfaste. Mais tout n'est pas perdu: faire de l'exercice pourrait annuler les effets d'un comportement sédentaire.

Slate.fr

Newsletters

Les marcheurs lents sont plus susceptibles de tomber malades lorsqu'ils sont vieux

Les marcheurs lents sont plus susceptibles de tomber malades lorsqu'ils sont vieux

Les scientifiques ont découvert que les personnes d'âge moyen qui marchent plus lentement ont des poumons, des dents et un système immunitaire plus faibles.

Pour perdre du poids, mieux vaut manger moins que faire plus de sport

Pour perdre du poids, mieux vaut manger moins que faire plus de sport

Nous avons parfois beau nous agiter à la salle de sport, nous ne perdons pas de poids. Notre propre corps nous trahit, adaptant ses besoins à notre niveau d'activité physique.

Votre téléphone est devenu une source de stress supplémentaire

Votre téléphone est devenu une source de stress supplémentaire

Quelques conseils pour contrer les effets néfastes du stress chronique sur votre santé.

Newsletters