Santé

Comment se débarrasser de ses regrets

Temps de lecture : 2 min

Apprendre de ses erreurs et passer à autre chose, ce n'est pas si facile.

«Les gens qui disent “je ne regrette rien” sont des saints ou des imbéciles.» | sashafreemind via Unsplash
«Les gens qui disent “je ne regrette rien” sont des saints ou des imbéciles.» | sashafreemind via Unsplash

Le proverbe «Aucun regret» est plus facile à dire qu'à mettre en pratique. Chaque choix ou action est susceptible de susciter des regrets qui, sur le long terme, peuvent détruire des vies: c'est ce à quoi sont confronté·es quotidiennement les psychologues interviewé·es par le Guardian. Leur but: nous aider à donner un sens à nos regrets et à passer à autre chose.

«Les patient·es [...] sont incapables de mener une vie pleine à cause de [leurs regrets], que cela concerne des choix de carrière ou des relations», explique David Morgan, qui travaille à l'Institut de psychanalyse britannique. Pour lui, ce qui pousse les gens à venir le consulter sont les regrets «paranoïaques et persécuteurs. C'est une autoflagellation, et cela peut être extrêmement dommageable à la santé mentale».

Accepter de se tromper

Il est essentiel de nous ouvrir à la possibilité de commettre des erreurs et de les regretter afin de tirer des leçons de l'expérience, plutôt que de se blâmer indéfiniment pour ce qui est arrivé. «Ce n'est pas une chose facile à faire, déclare Catriona Wrottesley, psychothérapeute, mais avec la pratique, cela devient plus facile, car plus nous nous permettons de faire des erreurs, si nous pouvons en tirer des leçons, moins nous en commettons.»

Il existe une tendance à regretter de ne pas avoir emprunté un certain chemin, que l'on considère comme préférable à notre chemin actuel, mais rien ne nous dit qu'il aurait réellement été le meilleur des deux. Cette certitude qui s'impose en nous et nous obnubile, c'est un regret toxique. Il faut comprendre qu'on a pris les décisions qu'on a prises en fonction des informations qu'on avait à ce moment-là.

Pourtant, certaines personnes terrifiées à l'idée de revivre la déception et la douleur qu'elles ont déjà subies se réfugient dans leurs regrets, car ceux-ci les protègent des souffrances et des risques de vivre pleinement.

Comprendre ses regrets

Windy Dryden, thérapeute en comportement cognitif, explique que lorsque nous sommes sous l'emprise d'un cycle de regrets, pour éviter qu'ils ne deviennent toxiques, il faut comprendre pourquoi nous avons choisi de prendre ce chemin sur la base des informations dont nous disposions à l'époque. Se poser la question «Pourquoi je l'ai fait?» au lieu de se dire «Je n'aurais absolument pas dû le faire» permet d'adopter un état d'esprit plus souple.

«Le souvenir implique de comprendre ce que l'on a fait aux autres. C'est le début de la prise de conscience de la manière dont on se comporte et de la volonté de faire les choses différemment», affirme David Morgan.

Pouvoir ressentir des regrets qui sont compris et exploités est le signe le plus puissant d'une vie bien vécue et d'un esprit en bonne santé. Pour Catriona Wrottesley, «le regret, bien que très douloureux, peut être un cadeau. Il peut être la porte vers une meilleure façon de vivre et d'être avec les autres».

Slate.fr

Newsletters

Pour soigner le sida, il faut (aussi) de l'empathie

Pour soigner le sida, il faut (aussi) de l'empathie

Les malades estiment que le personnel médical manque de bienveillance, d'écoute et de pédagogie.

La psychochirurgie ne s'est pas arrêtée au pic à glace

La psychochirurgie ne s'est pas arrêtée au pic à glace

De la très barbare lobotomie aux techniques prometteuses de stimulation cérébrale, la médecine cherche depuis les années 1930 à traiter les maladies mentales en touchant à notre cerveau.

La démence est-elle plus répandue chez les personnes âgées LGBT+?

La démence est-elle plus répandue chez les personnes âgées LGBT+?

Souvent privé·es de recours médical, les seniors LGBT+ développeraient davantage de troubles cognitifs que les hétérosexuel·les.

Newsletters