Monde

Histoire de la conversion d'un néo-nazi au judaïsme

Temps de lecture : 2 min

Le New York Times raconte l'histoire de Pawel, un Polonais qui fut, dans sa jeunesse, un néo-nazi. Crâne rasé, membre d'un groupe de skin-heads, il épousa à 18 ans une jeune fille des mêmes convictions politiques que lui. Jusqu'à ce qu'elle apprenne qu'elle avait des origines juives. En allant consulter un registre des Juifs de Varsovie, elle découvrit leurs noms à tous les deux.

Pawel changea alors du tout au tout: il couvrit son crâne rasé d'un chapeau, prit un nom hébreu, quitta ses anciens compagnons de route, apprit la Torah, et se fit juif orthodoxe.

Pawel n'est pas le cas le plus courant des conversions en Pologne — la plupart ne font pas un tel grand écart. Mais le pays, à la réputation d'anti-sémitisme virulent depuis les pogroms de la Deuxième Guerre mondiale, connaît effectivement un retour vers le judaïsme.

Pour certains, comme pour Pawel, cela est dû à une redécouverte de leurs racines juives. Au sortir de la guerre, les Juifs polonais ayant survécu ont préféré cacher leur racines juives. Ils osent désormais les avouer. Au cours des cinq dernières années, la communauté juive de Varsovie est passée de 250 familles à 600.

Lire l'article complet sur le New York Times

Image de une: Wikipedia CC, Synagogue de Varsovie.

Newsletters

Une semaine dans le monde en 7 photos

Une semaine dans le monde en 7 photos

Attentat terroriste sur le London Bridge, démission du Premier ministre maltais soupçonné d'ingérences dans l'enquête sur le meurtre de la journaliste Daphne Caruana Galizia, manifestations en France contre la réforme des retraites....

Un homme invente une frontière et fait payer des migrants pour la franchir

Un homme invente une frontière et fait payer des migrants pour la franchir

Il avait érigé un faux poste-frontière, en Russie, et faisait croire que la Finlande se trouvait de l'autre côté.

Renvoyer les demandeurs d'asile chez eux est une erreur

Renvoyer les demandeurs d'asile chez eux est une erreur

Rapatrier les réfugiés dans des pays dangereux contrevient au droit international et alimente les conflits, l'instabilité et les crises. Il existe de meilleures alternatives.

Newsletters