Santé / Société

La pollution de l'air affecte la fertilité des femmes

Temps de lecture : 2 min

Plus elles sont exposées aux particules fines, plus elle seront ménopausées jeunes.

C'est désormais au tour des femmes de voir leur fertilité menacée par la pollution. | Henk Mull via Unsplash
C'est désormais au tour des femmes de voir leur fertilité menacée par la pollution. | Henk Mull via Unsplash

En 2017, une étude taïwanaise établissait un lien entre particules fines et qualité des spermatozoïdes. C'est désormais au tour des femmes de voir leur fertilité menacée, d'après les résultats d'une étude italienne présentée à la Société européenne de reproduction humaine et d'embryologie (ESHRE).

Il y aurait une relation directe entre la durée de la vie reproductive d'une femme et la concentration en particules fines PM2,5 et en dioxyde d'azote dans l'air –tous deux considérés comme les principaux polluants de l'atmosphère terrestre– à laquelle elle est exposée. Autrement dit, plus son environnement est pollué, plus une femme sera ménopausée tôt.

Impact sur l'hormone

Pendant dix ans, l'équipe de recherche a observé le niveau des réserves ovariennes de 1.300 femmes vivant à Modène (Italie). Cette réserve est déterminée par le taux d'hormone antimüllerienne (AMH) dans le sang. Dans la mesure où c'est l'hormone aux commandes du développement des follicules ovariens –les cellules qui contiennent l'ovule relâché chaque mois pendant l'ovulation– ses variations ont une énorme influence sur l'arrêt de la vie reproductive, marqué par la ménopause. Pour se donner une idée des ordres de grandeur, une concentration sanguine d'AMH de 4,5 nanogrammes/millilitre à l'âge de 20 ans conduit à une ménopause classique, autour de 50 ans, alors qu'une femme avec un taux de 3,3 ng/ml au même âge sera ménoposée à 35 ans.

L'équipe a divisé la ville de Modène et ses environs selon quatre catégories de niveau de concentration de particules fines et de dioxyde d'azote –de 1 à 4, 4 étant le plus pollué. Chaque femme s'est vu attribuer une catégorie en fonction de son adresse de résidence. Si le taux d'AMH a chuté chez toutes au fil du temps, celles qui vivaient dans la zone 4 l'ont expérimenté beaucoup plus rapidement, certaines présentant même 1 ng/ml avant 30 ans. En zone 4, les femmes sont trois fois plus susceptibles d'atteindre ces taux aussi jeunes. À titre de comparaison, ils sont habituellement constatés chez moins de 10% des femmes en bonne santé.

Un lien fragile

On sait déjà que le taux d'AMH est influencé par la génétique et l'âge, mais il l'est aussi par les conditions de vie ou la consommation de tabac. Seul le paramètre de l'âge a été pris en compte par l'étude, fait pour le moins discriminant quand on sait que bien souvent, les zones polluées sont les plus pauvres, où la propension à fumer et la précarité sont élevées. On peut se demander aussi quelle est la valeur d'une étude menée dans une seule ville, où la frontière entre les zones de pollution est probablement ténue.

Enfin, si on arrive à prouver que la pollution peut avoir une influence sur le taux d'AMH, encore reste-t-il à déterminer si l'effet est réversible. Autrement dit, s'il suffit de s'éloigner de la zone pour rétablir des taux normaux, ou pas. D'importantes questions demeurent donc sans réponse, dans la recherche sur la pollution et la fertilité. On a déjà mené de nombreuses études pour les hommes et le spectre à explorer pour les femmes est encore plus vaste.

Slate.fr

Newsletters

Pour soigner le sida, il faut (aussi) de l'empathie

Pour soigner le sida, il faut (aussi) de l'empathie

Les malades estiment que le personnel médical manque de bienveillance, d'écoute et de pédagogie.

La psychochirurgie ne s'est pas arrêtée au pic à glace

La psychochirurgie ne s'est pas arrêtée au pic à glace

De la très barbare lobotomie aux techniques prometteuses de stimulation cérébrale, la médecine cherche depuis les années 1930 à traiter les maladies mentales en touchant à notre cerveau.

La démence est-elle plus répandue chez les personnes âgées LGBT+?

La démence est-elle plus répandue chez les personnes âgées LGBT+?

Souvent privé·es de recours médical, les seniors LGBT+ développeraient davantage de troubles cognitifs que les hétérosexuel·les.

Newsletters