Santé

Les hommes qui se couchent tôt produiraient un meilleur sperme

Temps de lecture : 2 min

Les couples qui cherchent à concevoir devraient limiter les distractions qui pourraient les empêcher de dormir.

Le stress lié au manque de sommeil peut affecter la fertilité des hommes. | awar jahfar / Unsplash
Le stress lié au manque de sommeil peut affecter la fertilité des hommes. | awar jahfar / Unsplash

Pour fournir un sperme de qualité, il faudrait donc en finir avec les veillées nocturnes à bouquiner, consulter son smartphone ou encore regarder le énième épisode d'une série Netflix. C'est en tout cas ce qu'affirme une nouvelle étude danoise rapportée par The Independent, qui précise que pour préserver leur semence, les hommes devraient tomber dans les bras de Morphée avant 22h30.

Une équipe de recherche de l'université d'Aarhus au Danemark a réuni 104 hommes volontaires qui fréquentaient des cliniques de fertilité, dont 56 possédant un sperme de mauvaise qualité, afin d'examiner leurs habitudes de sommeil.

Résultat des courses, les hommes qui se couchent avant 22h30 ont quatre fois plus de chance d'avoir un sperme en bonne santé que les oiseaux de nuit qui eux, restent debout après 23h30, indique l'étude. L'équipe de recherche précise par ailleurs que les hommes qui font des nuits de huit heures sont plus susceptibles d'avoir des spermatozoïdes sains que ceux qui dorment moins de sept heures par nuit.

Fertilité en danger

Si le manque de sommeil est déjà nocif pour la qualité des spermatozoïdes, il joue également un rôle central dans la modération des hormones et des niveaux de stress qui peuvent affecter la fertilité. «Les hommes privés de sommeil souffrent d'un plus grand stress, ce qui peut avoir un impact sur la fertilité», affirme Hans Jakob Ingerslev, coauteur de l'étude et chercheur à l'université d'Aarhus.

Outre la question de la procréation, le professeur Ingerslev et ses collègues se sont également penché·es sur la qualité générale du sommeil, mais n'ont pas trouvé de lien entre la perturbation du sommeil –par exemple, se lever la nuit pour aller aux toilettes– et la qualité du sperme.

Pour l'heure, les résultats ont seulement été présentés lors de la conférence annuelle de la Société européenne de reproduction humaine et d'embryologie (ESHRE) à Vienne et n'ont pas encore été publiés dans une revue qui soumet ses publications à un comité de lecture, rapporte le correspondant à Vienne de The Independent.

Slate.fr

Newsletters

Vouloir stopper vos règles ne fera pas de vous une anti-féministe notoire

Vouloir stopper vos règles ne fera pas de vous une anti-féministe notoire

Vous pouvez prendre la pilule en continu, sang peur et sang reproche.

«Une part de moi sera toujours amoureuse de lui»

«Une part de moi sera toujours amoureuse de lui»

[C'est compliqué] Cette semaine, Lucile conseille Noémie, meurtrie de ne plus être en couple avec celui qu'elle pense être l'homme de sa vie, rencontré alors qu'elle n'avait pas 13 ans.

Pour soigner le sida, il faut (aussi) de l'empathie

Pour soigner le sida, il faut (aussi) de l'empathie

Les malades estiment que le personnel médical manque de bienveillance, d'écoute et de pédagogie.

Newsletters