Santé / Monde

L'Angleterre met en place sa première clinique pour les enfants addicts au jeu

Temps de lecture : 2 min

Au Royaume-Uni, près de 50.000 jeunes de moins de 18 ans auraient développé une dépendance aux jeux d'argent.

L'addiction aux jeux d'argent n'attend pas le nombre des années et touche des adolescent·es d'à peine 13 ans. | halgatewood / Unsplash
L'addiction aux jeux d'argent n'attend pas le nombre des années et touche des adolescent·es d'à peine 13 ans. | halgatewood / Unsplash

Le nombre de personnes confrontées à un problème de dépendance aux jeux a quadruplé au Royaume-Uni en seulement deux ans. Selon la Commission des jeux de hasard, 50.000 enfants sont touchés. À la suite de ces constats, le Service de santé national d'Angleterre (NHS) a décidé d'ouvrir une clinique dédiée aux jeunes concerné·es.

Addiction de masse

Le nombre d'enfants qui se consacrent aux jeux d'argent dépasse celui des jeunes qui se droguent, qui fument ou qui boivent de l'alcool: la Commission des jeux du Royaume-Uni en compte 450.000. La Commission précise que plusieurs milliers de personnes ont développé une dépendance, sans compter les quelque 2 millions qui risquent d'être bientôt concernées.

La prévalence de ce type d'addiction augmente rapidement chez les moins de 18 ans avec les conséquences que cela laisse augurer sur la santé mentale de ces générations.

Interviewé par le HuffPost, une personne dépendante depuis l'enfance déclare que quand on lui disait d'arrêter de jouer, «c'était comme [lui] dire de respirer moins. [Qu'il devait] jouer comme [il respirait]».

Jusqu'à présent, les services permettant de traiter les problèmes d'addiction en face-à-face étaient très limités en Angleterre. Le NHS a déclaré que des cliniques allaient être installées à travers le pays dans les prochains mois, les estimant en tout au nombre de quatorze.

Dans le cadre de son expansion, la Clinique nationale des problèmes de jeux de Londres offrira désormais une aide spécialisée aux enfants de 13 à 25 ans.

L'industrie du jeu dans le viseur

«Les liens entre le jeu excessif et le stress, la dépression et les problèmes de santé mentale se développent et il y a trop d'histoires de vies perdues et de familles détruites», a déclaré Simon Stevens, directeur général du Service de santé d'Angleterre.

De nos jours, les sites de jeux en ligne et les publicités encouragent vivement à participer aux jeux d'argent, favorisant le développement massif de l'addiction chez les adultes comme chez les plus jeunes.

Selon Simon Stevens, l'industrie du jeu devrait mettre en place des mesures pour lutter contre la dépendance: «Il s'agit d'un secteur qui génère 1,5 milliard de livres sterling de campagnes de marketing et de publicité. Une grande partie de celle-ci est désormais diffusée en ligne et via les médias sociaux, mais elle ne consacre qu'une fraction de cette somme à aider les clients et leurs familles à faire face aux conséquences directes de la dépendance.»

Slate.fr

Newsletters

Pour soigner le sida, il faut (aussi) de l'empathie

Pour soigner le sida, il faut (aussi) de l'empathie

Les malades estiment que le personnel médical manque de bienveillance, d'écoute et de pédagogie.

La psychochirurgie ne s'est pas arrêtée au pic à glace

La psychochirurgie ne s'est pas arrêtée au pic à glace

De la très barbare lobotomie aux techniques prometteuses de stimulation cérébrale, la médecine cherche depuis les années 1930 à traiter les maladies mentales en touchant à notre cerveau.

La démence est-elle plus répandue chez les personnes âgées LGBT+?

La démence est-elle plus répandue chez les personnes âgées LGBT+?

Souvent privé·es de recours médical, les seniors LGBT+ développeraient davantage de troubles cognitifs que les hétérosexuel·les.

Newsletters