Santé

Des solutions pour dormir malgré la canicule

Temps de lecture : 2 min

Pour réguler votre température corporelle, la clim n'est pas une fatalité.

Les fortes chaleurs déstabilisent l’équilibre délicat entre sommeil et température corporelle. | Katja Stückrath / Unsplash
Les fortes chaleurs déstabilisent l’équilibre délicat entre sommeil et température corporelle. | Katja Stückrath / Unsplash

La canicule s'apprête à s'abattre sur la France, avec des températures approchant les 40 degrés. Par une telle chaleur, trouver le sommeil peut se révéler extrêmement difficile.

La qualité du repos et la thermorégulation corporelle sont intimement liées. La température du corps suit en effet un cycle de 24 heures lié au rythme d'alternance entre sommeil et éveil. En théorie, le corps se refroidit pendant la phase où l'on dort et se réchauffe lorsque l'on est éveillé. La capacité à s'endormir augmente quand la température du corps décroît et peine davantage à s'imposer lorsqu'elle s'élève.

Nos mains et nos pieds jouent un rôle-clé pour nous aider à nous assoupir. Ils permettent au sang chauffé du centre du corps de se refroidir par le contact de la peau avec l'environnement extérieur. L'hormone du sommeil, dite mélatonine, participe aussi largement à ce processus délicat de perte de chaleur, à travers les parties périphériques du corps.

En début de nuit, la température corporelle diminue mais la température périphérique de la peau augmente. Ces variations se complexifient ensuite au cours de la nuit car l'autorégulation de notre température varie selon le stade du sommeil.

Cycles perturbés

Des recherches ont montré combien la chaleur extérieure peut perturber cet équilibre délicat.

La température ambiante idéale se situe entre 22 et 23 degrés. Toute variation importante par rapport à cette référence engendre des perturbations: le sommeil lent –au cours duquel l'activité électrique du cerveau ralentit et le cerveau se repose– dure moins longtemps et la phase de rêve –ou sommeil paradoxal– se trouve elle aussi raccourcie.

Au cours de cette dernière phase, notre capacité à réguler la température du corps est affaiblie: en cas de froid ou de chaleur extrême, le corps comprend qu'il vaut mieux «sauter» cette étape. Une vague de chaleur peut provoquer plusieurs nuits de sommeil fragmenté. D'où la sensation –justifiée– d'avoir mal dormi et de ne pas se sentir reposé à ces périodes, avec les effets négatifs que la fatigue peut avoir sur notre attention et notre humeur.

En théorie, le phénomène peut aussi avoir des effets plus subtils, tels que des problèmes de mémorisation, un jugement altéré (une capacité de décision affaiblie et des comportements à risques), ou sur le contrôle de la tension artérielle et la régulation du glucose dans le corps. Bref, si vous devez prendre d'importantes décisions en période de canicule, dormez dans un environnement bien climatisé.

Dormir sur le côté, prendre une douche

En dehors de l'air conditionné, quelles solutions pour mieux dormir pendant une vague de chaleur? S'allonger en position latérale pour minimiser le contact avec le matelas peut être une solution, vers laquelle le corps tendra de toute façon naturellement pendant votre sommeil, en réponse à la hausse des températures.

Rafraîchir le milieu du corps avec un vêtement mouillé ou une serviette ou prendre une douche fraîche peut aider.

Rafraîchir le milieu du corps avec un vêtement mouillé ou une serviette ou prendre une douche fraîche peut également aider. Il est en tout cas essentiel d'éviter de s'agiter trop dans les heures précédant votre coucher car cela compliquera d'autant plus la baisse de la température corporelle.


Cet article a été traduit de l'anglais par Nolwenn Jaumouillé.

Cet article est republié à partir de The Conversation sous licence Creative Commons. Lire l'article original.

The ConversationThe Conversation

Ron Grunstein

Newsletters

Pour soigner le sida, il faut (aussi) de l'empathie

Pour soigner le sida, il faut (aussi) de l'empathie

Les malades estiment que le personnel médical manque de bienveillance, d'écoute et de pédagogie.

La psychochirurgie ne s'est pas arrêtée au pic à glace

La psychochirurgie ne s'est pas arrêtée au pic à glace

De la très barbare lobotomie aux techniques prometteuses de stimulation cérébrale, la médecine cherche depuis les années 1930 à traiter les maladies mentales en touchant à notre cerveau.

La démence est-elle plus répandue chez les personnes âgées LGBT+?

La démence est-elle plus répandue chez les personnes âgées LGBT+?

Souvent privé·es de recours médical, les seniors LGBT+ développeraient davantage de troubles cognitifs que les hétérosexuel·les.

Newsletters