Égalités / Monde

À Chicago, les riches peuvent vivre 30 ans de plus que les pauvres

Temps de lecture : 3 min

C’est la différence qu’il y a entre habiter dans un quartier blanc ou dans un quartier noir.

Des habitants du quartier d'Englewood derrière un ruban de police, le 25 octobre 2008, à Chicago | Scott Olson / Getty Images North America / AFP
Des habitants du quartier d'Englewood derrière un ruban de police, le 25 octobre 2008, à Chicago | Scott Olson / Getty Images North America / AFP

Quinze kilomètres séparent le quartier de Streeterville de celui d’Englewood. L’un est au centre de Chicago, l’autre dans la partie sud de la ville. Le premier est majoritairement blanc et aisé, le second majoritairement noir, et pauvre. À Streeterville, on peut vivre jusqu’à 90 ans. À Englewood, on meurt plutôt à 60. L’écart d’espérance de vie est de 30 ans, c’est le plus élevé des États-Unis au sein d’une même ville.

Une durée de vie en code postal

Les deux quartiers partagent pourtant le même maire, les mêmes forces de police et, en théorie, le même système scolaire. Mais leurs réalités socio-économiques respectives démentent toute ressemblance. Le revenu médian annuel de la chic Streeterville est autour des 100.000$, quand celui d’Englewood en représente à peine le quart. Pour plus de 80% de résidents diplômés de l’université au centre-ville de Chicago, il y en a seulement 8,2% à Englewood.

«On comprend de mieux en mieux que votre code postal a autant à voir avec votre santé que votre code génétique», explique Marc Gourevitch, professeur à l’Université de New York et directeur du département de la Santé de la population, qui a récemment produit une étude sur les écarts d’espérance de vie à travers les États-Unis.

Ses conclusions pointent les conséquences dramatiques des effets de ségrégation ethnique qui persistent aux États-Unis. «Une autre façon de voir les choses est de dire que votre code postal ne devrait pas déterminer votre possibilité ou non de connaître vos petits-enfants. À un certain niveau, c’est ce que je vois et ressens en regardant ces données. C’est choquant», ajoute Gourevitch.

Violence chronique

Si les taux de violence sont en baisse depuis deux ans à Englewood, le quartier a longtemps été considéré comme l’un des plus dangereux de Chicago. Entre 2000 et 2017, il a été le théâtre de 4.800 fusillades. Un peu en retrait de la longue et semi-déserte 69ème rue, on trouve une franchise de Subway, l’une des rares enseignes qui n’a pas encore fermé ses portes. À l’intérieur, les clients doivent crier leur commande aux serveurs à travers une épaisse vitre pare-balles.

Un peu plus loin, il y a une petite épicerie qui vend quelques fruits et légumes, certains jours – la seule sur deux kilomètres à la ronde. Au nord, entre le Ritz-Carlton, l’hôpital pour enfants de Lurie et le Musée d’art contemporain, les habitants de Streeterville peuvent flâner quant à eux sur un petit marché ouvert où l’on trouve des produits frais et du tofu artisanal.

Erin Vogel, la co-directrice exécutive de I Grow Chicago, une association locale engagée pour le développement d’Englewood, déclare que 100% des enfants suivis par l’association ont déjà eu un proche tué par balle et ont entendu des coups de feu alors qu’ils se trouvaient chez eux:

«93% d’entre eux ont littéralement vu une fusillade de leurs propres yeux. Il y a un jeune homme avec qui je travaille, qui vient juste d’avoir 15 ans, et qui au cours des treize premières années de sa vie a perdu cinq de ses amis par assassinat. Il en a vu deux mourir», raconte-t-elle.

Précarité sanitaire

Si la violence réduit évidemment l’espérance de vie, les inégalités en matière de santé sont également à l’origine de la violence, souligne le Guardian. Pendant des décennies, Englewood a enregistré l’un des taux d’empoisonnement au plomb parmi les plus élevés du pays. Or des études ont montré que ce type d’empoisonnement, lié à une contamination résidentielle, produisait chez les enfants des pics d’agressivité.

Le déclin du quartier s’est amorcé dans les années 1980-1990, avec la disparition progressive des emplois locaux. Le chômage a ouvert un boulevard à la drogue, la drogue à la violence, la violence à la précarité.

Depuis, des initiatives communautaires tâchent d’améliorer les conditions de vie des habitants et de redynamiser l’économie du quartier, mais les moyens, financiers comme sanitaires, sont encore à la traîne. Surtout, ils ont 30 ans à compenser.

Newsletters

«Détester les hommes», le nouveau cool de l'édition féministe?

«Détester les hommes», le nouveau cool de l'édition féministe?

Dans cet épisode de Poire et Cahuètes, on se penche sur deux livres de la rentrée qui ont fait beaucoup parler: Moi les hommes, je les déteste, de l'écrivaine et féministe Pauline Harmange (Éditions du Seuil), et Le Génie lesbien, de la...

En Hongrie, un livre inclusif crée la discorde

En Hongrie, un livre inclusif crée la discorde

S'il n'avait pas de visée politique au départ, «Meseország Mindenkié», une anthologie prônant l'ouverture et la tolérance, incarne désormais un symbole de résistance face au conservatisme d'Orbán.

En Turquie, la communauté LGBT+ doublement asphyxiée par le coronavirus

En Turquie, la communauté LGBT+ doublement asphyxiée par le coronavirus

[ÉPISODE 3] Alors que la crise du Covid-19 a privé la communauté queer de sa fête thérapeutique et précarisé de nombreuses personnes LGBT+, ces dernières doivent faire face à la poussée de l'homophobie qui anime la classe politique au pouvoir.

Newsletters