Société / Tech & internet

Sur Wikipédia, les rédactrices sont victimes de harcèlement

Temps de lecture : 2 min

Plusieurs contributrices ont déserté le site.

Elles représentent à peine 10% des personnes qui contributuent à la rédaction de contenus pour l'encyclopédie en ligne. | Christin Hume via Unsplash
Elles représentent à peine 10% des personnes qui contributuent à la rédaction de contenus pour l'encyclopédie en ligne. | Christin Hume via Unsplash

Alors que les hommes seraient à l’origine de la majorité des contributions, Wikipédia a fait l’objet de recherches scientifiques relatives au manque de contributrices et on comprend bien pourquoi. Plusieurs d’entre elles ont déclaré subir du harcèlement sur la plateforme selon une nouvelle étude américaine.

Trois chercheuses des universités de Washington et Syracuse ont conduit des entretiens avec vingt-cinq femmes qui écrivent pour l’encyclopédie en ligne la plus populaire au monde afin d'en savoir davantage sur le quotidien auquel elles sont confrontées sur la plateforme. Bilan des courses, plusieurs d'entre elles ont indiqué ne pas se sentir en sécurité, d’autres ont également affirmé que leurs contributions se trouvent contestées par d’autres membres.

Menaces de mort

Si les exemples de harcèlement sur internet sont légion, les scientifiques s’inquiètent de la participation féminine de plus en plus faible à cause du harcèlement. «Les gens peuvent être harcelés lorsqu’ils éditent du contenu sur Wikipédia. Si vous recevez constamment des commentaires négatifs pour avoir écrit quelque chose, à quelle fréquence allez-vous recommencer?», s'interroge Wanda Pratt, professeure à l’université de Washington et co-autrice de l’étude.

Certain.es peuvent penser qu’il ne s’agit que de polémiques liées à une guéguerre d’édition mais les chercheuses soulignent le pas franchis par certains membres de l’encyclopédie en ligne. «Dans les données que nous avons recueillies, cela va au-delà du trolling. Il y a le doxxing, qui consiste à exposer les renseignements personnels des gens et à savoir où les trouver en ligne ou dans un espace physique comme à leur adresse. Certaines des femmes à qui nous avons parlé ont reçu des menaces de mort», détaille Amanda Menking, doctorante à l’Information School de l’université de Washington.

Les trois autrices suggèrent des solutions pour les futurs espaces en ligne qui encouragent l’équité, l’inclusivité, et la sécurité pour les internautes marginalisé·es. «Quand on prétend être à la pointe des connaissances humaines on porte la responsabilité de faire contribuer des personnes qui sont représentatives des informations que l'on met à disposition», estime Amanda Menking.

Newsletters

Un londonien se coince un câble USB dans le pénis en tentant de le mesurer

Un londonien se coince un câble USB dans le pénis en tentant de le mesurer

L'expérience a obligé l'adolescent à subir une opération d’urgence.

La semaine imaginaire de l'Arc de triomphe

La semaine imaginaire de l'Arc de triomphe

Chaque samedi, Louison se met dans la peau d'une personnalité (ou presque) qui a fait l'actu et imagine son journal de bord.

Une bouteille à la mer découverte trente-sept ans plus tard

Une bouteille à la mer découverte trente-sept ans plus tard

À 6.000 kilomètres de son lieu de départ.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio