Égalités / Sciences

En matière d'orientation sexuelle, la fluidité est une réalité

Temps de lecture : 2 min

Au moins jusqu'à l'aube de la trentaine et d'autant plus pour les femmes.

Faudra-t-il bientôt s'accorder sur une nouvelle partition sexuelle? | filmbetrachterin via Pixabay
Faudra-t-il bientôt s'accorder sur une nouvelle partition sexuelle? | filmbetrachterin via Pixabay

Les trois catégories définissant nos orientations sexuelles –hétéro, homo ou bi– sont-elles trop restrictives et peinent-elles à saisir la réalité d'une fluidité bien plus courante qu'on pourrait le croire? C'est en tout cas ce que pense Christine Kaestle, chercheuse à Viginia Tech et spécialiste de la santé adolescente.

Selon son étude publiée en mai dans le Journal of Sex Research, les changements d'attirance et d'identité sexuelles seraient très fréquents de la puberté au début de la vingtaine et l'orientation ne se fixerait pas avant l'âge de 30 ans environ.

Son travail, mené sur près de 12.000 étudiant·es qui ont participé à la grande enquête démographique américaine Add Health suivant au long cours près de 100.000 individus, laisse entendre que le développement de l'orientation sexuelle se poursuivrait bien après la puberté. Kaestle montre également que ce développement suivrait deux trajectoires bien distinctes selon les sexes –les femmes ayant tendance à être plus fluides et à le rester sur une période plus longue.

Deux sexes, neuf catégories

Dès lors, Kaestle propose de remplacer les trois catégories classiques par un total de neuf –cinq pour les femmes et quatre pour les hommes.

Les catégories féminines seraient:

  • hétéro (73,8% de l'échantillon);
  • principalement hétéro de manière discontinue (10,1%);
  • bi en émergence (7,5%);
  • lesbienne en émergence (1,5%);
  • expression sexuelle minimale (7%).

La catégorie «principalement hétéro de manière discontinue» concerne les femmes se sentant attirées par les deux sexes jusqu'à leur vingtaine et qui semblent ensuite se fixer sur les hommes. Quand aux catégories «en émergence», elles portent sur les femmes s'orientant à l'inverse sur la bisexualité ou le lesbianisme après un début de vie sexuelle plus varié.

Chez les hommes, les nouvelles catégories seraient:

  • hétéro (87%);
  • principalement hétéro ou bi (3.8%);
  • gay en émergence (2,4%);
  • expression sexuelle minimale (6,5%).

Chez les hommes comme chez les femmes, les hétéros constituent le groupe le plus peuplé et le plus stable. En outre, selon les données rassemblées par Kaestle, les hommes seraient plus susceptibles que les femmes d'être hétérosexuels –près de 90% des hommes, contre moins de 75% des femmes.

Slate.fr

Newsletters

Les juges de Trump ont peut-être trouvé la parade pour bloquer le droit à l'IVG

Les juges de Trump ont peut-être trouvé la parade pour bloquer le droit à l'IVG

Au mépris de la jurisprudence, la Louisiane, le Texas et le Mississippi semblent vouloir empêcher les cliniques de contester leurs législations avant même que des litiges ne soient ouverts.

Il serait grand temps de changer de regard sur l'asexualité

Il serait grand temps de changer de regard sur l'asexualité

Une personne asexuelle ne ressent pas d'attirance sexuelle pour autrui. Cette communauté représente 1% de la population mondiale mais n'a pourtant aucune visibilité dans les médias.

Il manque des crèches aux États-Unis pour que toutes les mères travaillent

Il manque des crèches aux États-Unis pour que toutes les mères travaillent

Alors que des études démontrent que plus il y a de services de garde, plus le taux d'emploi des femmes augmente.

Newsletters